musique colombienne

Publié le 11 Avril 2019

La connaissance musicale de ces traditions se transmet oralement de génération en génération, les jeunes exécutants étant guidés par des musiciens plus expérimentés. Avec un fort pourcentage de la population afro-colombienne de la région ayant émigré vers les zones urbaines au cours des dernières décennies, son patrimoine musical demeure une source importante d’identité communautaire, que ce soit dans ses villages d’origine ou en ville.

Unesco

Parmi les musiques urbaines colombienne, figure la Champeta, aux rythmes venus du Palenque de San Basilio, des Congos (soukous) et des Antilles (zouk). Ce genre musical est aujourd'hui un vrai phénomène musical et social, omniprésent sur toute la côte Caraïbe de la Colombie et représente un véritable phénomène culturel et un genre musical particulier en Colombie en identifiant le mieux la culture des descendants des esclaves africains. Avec un langage populaire les champeteros sont inventifs, ils chantent leurs expériences de vie. Les paroles, superposées sur des titres africains ou avec de la musique originale et s’attaquent à l’exclusion sociale et économique en exprimant leurs rêves de changement et de progrès.

Palenque de San Basilio ou San Basilio de Palenque est un village situé dans les contreforts des Montes de María au nord de la Colombie. Le village de Palenque de San Basilio, qui compte près de 3 500 habitants, est situé dans les contreforts des Montes de María, à 70 kilomètres au sud de Carthagène, la capitale régionale. Ce village fut fondé au XVIIe siècle par des fugitifs de ce qui était alors le principal port négrier de la Couronne espagnole. Les “palenques” sont traditionnellement des refuges d’esclaves marrons et la communauté de San Basilio qui représente un irréductible coin d’Afrique en Colombie, en relative autarcie depuis l’époque coloniale.

L’organisation sociale de la communauté afro-colombienne est fondée sur les réseaux familiaux et sur des groupes d’âges appelés ma-kuagro. L’appartenance au kuagro crée entre les membres du groupe un ensemble de droits et de devoirs et se caractérise par une forte solidarité interne. L’une des originalités de Palenque de San Basilio est sa langue. Le palenquero est le premier signe de l’identité du village. 

Ils parlent la seule langue créole des Amériques à associer une base lexicale espagnole et des caractéristiques grammaticales des langues bantoues autochtones du continent africain.

Un portrait musical de Palenque de San Basilio

Les rites afro-colombiens qui ont influencé une grande partie de la côte caraïbe de la Colombie et d’autres régions du pays ont pour but la commémoration d’un événement ou d’un rite funèbre. Outre la musique et la langue créole, la danse est la reconnaissance de la culture, de la coexistence, de l'ethnicité et de l'abolition de l'esclavage. La côte pacifique colombienne est une région a dominante noire; le currulao (ou danse Marimba) est la principale danse de cette région. Le Currulao  est un événement festif. Les hommes jouent de la Marimba et interprètent des chants profanes, tandis que les gens chantent, dansent, mangent, boivent, et racontent des histoires.

Cette musique est d'origine africaine et dérive de la culture des esclaves.

Les arts, et en particulier la musique colombienne, ont reçu un apport important des Afro-Colombiens. La cumbia, le vallenato, le currulao et la champeta sont des styles musicaux directement issus de la culture afro-colombienne. Selon leurs traditions, la musique joue un rôle très important dans la culture, qui accompagne la plupart des rites et des célébrations, en particulier le lumbalú.

La musique Palenquera est joyeuse et s’exprime dans des danses telles que: l’entrompao, le pa raíto ou la promenade, la danse à deux ou le mapalé (danse qui célèbre la liberté), le púyala, le son palenquero, la chalusonga, la champeta. Mais dans de nombreux rites, la musique accompagne également les rites de douleur, tels que ceux mentionnés dans le "lumbalu". Celles-ci sont basées sur la religiosité palenquera et son organisation sociale.

La « champeta », musique afro-colombienne

Avec un fort pourcentage de la population afro-colombienne de la région ayant émigré vers les zones urbaines au cours des dernières décennies, son patrimoine musical demeure une source importante d’identité communautaire, que ce soit dans ses villages d’origine ou en ville. Parmi les musiques urbaines colombienne, figure la Champeta, aux rythmes venus du Palenque de San Basilio, des Congos (soukous) et des Antilles (zouk). 

Dans les années 1920, une importante diaspora de Palenque s'installe vers les villes du Nord de Colombie. La musique de Palenque suivra cette population pour s'intensifier ensuite dans tout le pays. C’est dans les années 1970, qu’apparaîtra un nouvel acteur capital dans la diffusion de cette musique: les premiers sound systems locaux : les picos.

Une rétrospective de l'histoire musicale et de la danse de l'un des genres populaires les plus traditionnels de la Colombie: La champeta. Avec une mise en scène colorée, plus de 20 danseurs sur scène, des musiciens en direct et une histoire riche en saveurs, les spectateurs connaîtront de bout en bout la chronologie de l'origine de ce genre qui est apprécié aujourd'hui non seulement en Colombie. mais aussi dans le monde entier.

Palenque : un irréductible coin d'Afrique en Colombie

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Palenque, #Colombie, #musique colombienne, #esclavage, #champeta

Repost0

Publié le 11 Avril 2019

C'est un appel de la musique pour éveiller l'attention sur l'environnement et l'amour de la vie.

C'est un appel de la musique pour éveiller l'attention sur l'environnement et l'amour de la vie.

L'objectif principal de ce projet est d'utiliser la musique pour éveiller la conscience environnementale et l'amour de la vie, dans le but d'inviter toute la société à prendre soin de l' environnement et à le respecter.

Le festival présente des groupes colombiens et internationaux de différents genres. Les artistes internationaux et quelques autres ressortissants sont invités par le comité organisateur. C'est la première fois que l'édition aura lieu dans quatre villes de la Colombie, Bogotá, Cali, Medellín et Paipa.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 11 Avril 2019

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Martina La Peligrosa, #To El Mundo, #musique colombienne

Repost0