musique cubaine

Publié le 20 Octobre 2021

Amaury Pérez (né à La Havane Cuba, le ) est un compositeur et chanteur cubain. Membre fondateur du Mouvement Nueva Trova, ses chansons sont proches du jazz et de la pop, d'autres mêlées à la musique rock, et sa ligne de création la plus récente est basée sur le style de la chanson romantique. Il est l'un des compositeurs cubains les plus importants de la seconde moitié du XXe siècle. Il est également interprète, producteur de disques, écrivain (Il a écrit plusieurs romans et poèmes), scénariste, réalisateur et animateur de radio, d'émissions et de télévision12.

Biographie

Amaury Pérez Vidal est né dans le quartier de Vedado, à La Havane, le 26 décembre 1953. Il est le fils de deux figures emblématiques de la télévision cubaine, Amaury Pérez García et Consuelito Vidal3.

En , il compose l'hymne de son école primaire « Augusto Cesar Sandino » et travaille comme l'acteur dans les émissions infantiles de la télévision cubaine4. Il apprend la guitare en autodidacte en 1968.

En 1969 il compose ses premières chansons inspirées par les chansons de son ami Enrique Núñez Diaz5.

En 1971 il rencontre Silvio Rodríguez, Pablo Milanés, Sara González et Noel Nicola avec qui il deviendra membre fondateur du « Movimiento de la Nueva Trova Cubana» en 1972.

En 1972, il donne un concert à l'Union nationale des écrivains et artistes de Cuba (UNEAC), lors d'une rencontre avec des poètes (il a créé des œuvres avec des textes de Cubains Nicolás Guillén, Otto Fernández, Fayad Jamís, Pedro de Oráa et Luis Marré)6.

En 1995, parrainé par l'UNICEF, il enregistre la chanson El escaramujo, de Silvio Rodríguez, dans laquelle Luis Eduardo Aute, Vicente Feliú, Anabell López, Carmen Flores et Silvio Rodríguez font office d'interprètes . Cette même année il propose, au Théâtre National de Cuba, son Concert de Noël7. En 1997, il a participé au Festival Cervantino, au Mexique, où il a interprété, dans la cathédrale de la Communauté de Jésus à Guanajuato et dans la salle Netzahualcoyotl, dans le district fédéral, deux chants de la messe cubaine, du compositeur José María Vitier8.

Il met en musique les textes des poètes cubains et espagnols comme José Martí, Nicolás Guillén, Miguel Hernández, Antonio Machado. Au début, certaines chansons s’approchent du jazz et de « Emerson Lake and Palmer ». D'autres sont proches du rock. Plus tard, il a composé des chansons romantiques.

Le 31 décembre 2003, il a été décoré par Fidel Castro de l'Ordre Félix Varela, la plus haute distinction officielle de la culture à Cuba9.

Le 7 octobre 2004, sa mère, Consuelito Vidal meurt10.

En 2006, l'album "Los duos" est présenté, où sont compilées toutes les chansons qu'il a interprétées avec plusieurs des plus importants interprètes de chansons cubaines et latino-américaines11.

Notes et références

  1.  (es) « Amaury Pérez Vidal - EcuRed » [archive], sur www.ecured.cu(consulté le )
  2.  (es) « Amaury Pérez Vidal » [archive], sur Cubadebate (consulté le)
  3.  (en-US) admin, « AMAURY PÉREZ VIDAL, Singer, Composer, and Television Conductor. * AMAURY PÉREZ VIDAL, Cantante, Compositor y Conductor de la Televisión. PHOTOS/VIDEOS | The History, Culture and Legacy of the People of Cuba » [archive] (consulté le )
  4.  « La página de Amaury Pérez - Biografía » [archive], sur www.amauryperez.com.mx (consulté le )
  5.  « La página de Amaury Pérez - Biografía » [archive], sur www.amauryperez.com.mx (consulté le )
  6.  (en-US) admin, « AMAURY PÉREZ VIDAL, Singer, Composer, and Television Conductor. * AMAURY PÉREZ VIDAL, Cantante, Compositor y Conductor de la Televisión. PHOTOS/VIDEOS | The History, Culture and Legacy of the People of Cuba » [archive] (consulté le )
  7.  (es) « Amaury Pérez Vidal - EcuRed » [archive], sur www.ecured.cu(consulté le )
  8.  (es) « Amaury Pérez Vidal - EcuRed » [archive], sur www.ecured.cu(consulté le )
  9.  « La página de Amaury Pérez - Biografía » [archive], sur www.amauryperez.com.mx (consulté le )
  10.  « La página de Amaury Pérez - Biografía » [archive], sur www.amauryperez.com.mx (consulté le )
  11.  « La página de Amaury Pérez - Biografía » [archive], sur www.amauryperez.com.mx (consulté le )

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Cuídame tú, #Amaury Pérez, #Teresita Fernández, #Musique cubaine

Repost1

Publié le 20 Octobre 2021

Pourquoi le trio Matamoros s'est converti en la plus grande étoile du son cubano et synonyme de la bonne musique jusqu'à nos jours ?

Le Trio Matamoros est un groupe de musique cubain formé en 1925 par Miguel Matamoros, le guitariste Rafael Cueto (Santiago de Cuba 1900 - La Havane 1991)1 et Siro Rodriguez (Santiago de Cuba 1899 -La Havane 1981)2 qui interprétait du boléro-son, un mélange de ces deux genres, ainsi que du mambo, du swing et d'autres genres musicaux.

Lágrimas negras (en espagnol : larmes noires) est un boléro-son écrit et composé par le cubain Miguel Matamoros en 1929, et qui est devenu un standard de la musique cubaine.

Carrière artistique

Tous trois étaient chanteurs et compositeurs. Le groupe s'appelait à l'origine Trio Oriental, mais a changé son nom en Trio Matamoros en 1928 après la découverte qu'un autre groupe revendiquait déjà le nom de Trio Oriental3. La voix grave de Siro s'harmonise parfaitement avec celle, nasillarde, de Miguel, ce qui leur permet d'obtenir une originalité spécifique qui compte pour beaucoup dans le succès rencontré par le trio durant une quarantaine d'années4.

Rafael Cueto a appris à jouer les accords à la guitare de manière autodidacte et, selon le musicologue cubain Hello Onovio, il a été le créateur d'un modèle rythmique basé sur un mouvement mélodique-harmonique appelé tumbao, joué avec les basses auxquelles il ajoute la percussion56. Ce tumbao, en plus d'être harmonique, se distinguait par son éminente saveur rythmique cubaine, qui rehaussait le délicieux scratch que Miguel faisait à la guitare. En ne faisant pas le scratch de Miguel, Cueto a évité la cacophonie, à la fois rythmique et harmonique ; Selon le chercheur Vicente González-Rubiera (Guyún)7 il a utilisé un rythme totalement différent, plus les basses qu'il a jouées, dans les tumbaos desquelles il a introduit une polyrythmie jamais entendue auparavant8.

Beny Moré a ensuite fait partie du groupe de 1945 à 1947 avant de créer son orchestre.

Ils se sont produits pour la dernière fois devant le peuple cubain au Théâtre Chaplin début mars 1960 . Le même mois, ils se rendent aux États-Unis, reviennent peu de temps après et prennent immédiatement leur retraite9.

Postérité

Ce trio a laissé derrière lui, dans d'innombrables enregistrements, un panorama unique de sones, boléros et autres genres de la musique populaire cubaine, qui se sont propagés presque à l'échelle mondiale10.

Discographie

  • 1975 : Ecos de Cuba
  • 1980 : Lagrimas Negras
  • 1989 : Origen de La Salsa
  • 1993 : Son de La Loma
  • 1994 : Un Recuerdo de Cuba
  • 1996 : Beso Discreto
  • 1996 : Recuerdos de Cuba
  • 1997 : Soneros: La Tradicion de Cuba, Vol. 3
  • 1999 : Dos Grandes tríos Cubanos
  • 1999 : Cuba en tríos
  • 2000 : Cuban Originals

Bibliographie

  • Betancur Álvarez Fabio. Sin clave y bongó no hay son. Medellín, Editorial Universidad de Antioquia, 1993
  • Díaz Ayala, Cristóbal: Cuba Canta y Baila. Discografía de la Música Cubana Volumen 1 / 1898 a 1925. Fundación Musicalia. San Juan, 1994.
  • Díaz Ayala, Cristóbal: Cuba Canta y Baila. Enciclopedia Discográfica de la Música Cubana. Volumen 2 / 1925 a 1960. Universidad Internacional de la Florida, Miami, 2003.
  • Rodríguez Domínguez, Ezequiel: Trío Matamoros: treinta y cinco años de música popular. Editorial Arte y Literatura, La Habana, 1978.
  • Mateo Palmer Margarita. Del bardo que te canta. La Habana, Editorial Letras Cubanas, 1988.
  • Rodríguez Ezequiel. Trío Matamoros: 35 años de vida. La Habana, Editorial Arte y Literatura, 1978

Notes et références

  1.  « cueto, rafael » [archive], sur www.montunocubano.com (consulté le )
  2.  « rodriguez, siro » [archive], sur www.montunocubano.com (consulté le )
  3.  (en) « Trio Matamoros » [archive], sur stringfixer.com (consulté le )
  4.  « rodriguez, siro » [archive], sur www.montunocubano.com (consulté le )
  5.  (es) « Rafael Cueto » [archive], sur Cubanos Famosos (consulté le )
  6.  (es) El País, « Rafael Cueto, guitarrista del Trío Matamoros », El País,‎  (ISSN 1134-6582, lire en ligne [archive], consulté le )
  7.  (es) GuyúnGuitarrista y pedagogo cubano et investigador de las leyes de la armonía y la técnica de la guitarra NombreVicente González-Rubiera CortinaNacimiento27 de octubre de 1908 Santiago de Cuba, « Guyún - EcuRed » [archive], sur www.ecured.cu (consulté le )
  8.  (es) « Rafael Cueto » [archive], sur Cubanos Famosos (consulté le )
  9.  (es) « Trío Matamoros - EcuRed » [archive], sur www.ecured.cu (consulté le )
  10.  (es) « Trío Matamoros - EcuRed » [archive], sur www.ecured.cu (consulté le )

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Trio Matamoros, #Musique cubaine, #Lágrimas negras, #Son cubana, #Guaracha, #Boléro, #Trío Matamoros, #Tumbao

Repost0

Publié le 24 Septembre 2021

La Maza est l'une des rares chansons de protestation de Silvio. Silvio explique dans "La maza" les raisons qui le conduisent à être artiste et ce qui se passerait si ces raisons n'existaient pas. ... Par conséquent, la Maza est l'artiste et sa guitare, et la carrière est l'ensemble des croyances qui soutiennent ses créations.

Celui qui est peut-être le plus grand représentant de la Nueva Trova Cubana n'a jamais caché sa prédilection pour les fondements idéologiques qui ont donné naissance à la Révolution cubaine, malgré le maintien d'une position raisonnablement modérée. 

Contrairement aux sociétés, il existe des poèmes et des chansons qui ne vieillissent jamais. La  Maza, de Silvio Rodríguez, est l'une de ces chansons qui vous secoue fortement si vous lui consacré du temps et de l'attention.

 

Si no creyera en la locura
De la garganta del sinsonte
Si no creyera que en el monte
Se esconde el trino y la pavura

Si no creyera en la balanza
En la razón del equilibrio
Si no creyera en el delirio
Si no creyera en la esperanza

Si no creyera en lo que agencio
Si no creyera en mi camino
Si no creyera en mi sonido
Si no creyera en mi silencio

¿Qué cosa fuera?
¿Qué cosa fuera la maza sin cantera?
Un amasijo hecho de cuerdas y tendones
Un revoltijo de carne con madera
Un instrumento sin mejores pretenciones
De lucecitas montadas para escena
¿Qué cosa fuera, corazón, qué cosa fuera?
¿Qué cosa fuera la maza sin cantera?
Un testaferro del traidor de los aplausos
Un servidor de pasado en copa nueva
Un eternizador de dioses del ocaso
Júbilo hervido con trapo y lentejuela

¿Qué cosa fuera, corazón, qué cosa fuera?
¿Qué cosa fuera la maza sin cantera?

Si no creyera en lo más duro
Si no creyera en el deseo
Si no creyera en lo que creo
Si no creyera en algo puro

Si no creyera en cada herida
Si no creyera en la que ronde
Si no creyera en lo que esconde
Hacerse hermano de la vida

Si no creyera en quien me escucha
Si no creyera en lo que duele
Si no creyera en lo que quede
Si no creyera en lo que lucha

¿Qué cosa fuera?
¿Qué cosa fuera la maza sin cantera?
Un amasijo hecho de cuerdas y tendones
Un revoltijo de carne con madera
Un instrumento sin mejores pretenciones
De lucecitas montadas para escena
¿Qué cosa fuera, corazón, qué cosa fuera?
¿Qué cosa fuera la maza sin cantera?
Un testaferro del traidor de los aplausos
Un servidor de pasado en copa nueva
Un eternizador de dioses del ocaso
Júbilo hervido con trapo y lentejuela

¿Qué cosa fuera, corazón, qué cosa fuera?
¿Qué cosa fuera la maza sin cantera?

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #La Maza, #Silvio Rodríguez, #Nueva trova, #Révolution cubaine, #musique cubaine

Repost0