musique cubaine

Publié le 3 Décembre 2018

Valoriser la parole comme antidote à tout ce qui menace la dignité humaine et pour sauvegarder la langue, la connaissance, la beauté et la pensée.

Rodríguez, musicalement et politiquement, est un symbole de la gauche latino-américaine . Ses paroles sont particulièrement introspectives, alors que ses chansons combinent romantisme, érotisme, existentialisme, politique révolutionnaire et idéalisme. En tant qu'humaniste, ses chansons traduisent souvent une vision du monde laïque, où l'humanité doit tirer le meilleur de ce monde. Il a été qualifié de " John Lennon de Cuba ".

Silvio Rodríguez Domínguez, né le 29 novembre 1946 à San Antonio de los Baños, est un musicien, poète et compositeur cubain. Il fait partie du mouvement musical dit de « la nueva trova ». Rodríguez, musicalement et politiquement, est un symbole de la gauche latino-américaine. Ses paroles sont particulièrement introspectives, alors que ses chansons combinent romantisme, érotisme, existentialisme, politique révolutionnaire et idéalisme. En tant qu'humaniste, ses chansons traduisent souvent une vision du monde laïque, où l'humanité doit tirer le meilleur de ce monde. Il a été qualifié de " John Lennon de Cuba "1. Beaucoup de ses chansons sont devenues des classiques de la musique latino-américaine , comme "Ojalá", "Playa Girón", "Unicornio", "Sueño con Serpientes", "Vamos a andar" et "La maza". Parmi ses autres chansons bien connues figurent des hymnes politiques comme « Fusil contra fusil » et « Canción del Elegido », et des mélodies poétiques comme « A donde van » et « Noche sin fin y mar ». Il a sorti plus de 20 albums.

Voir les commentaires

Repost1

Publié le 24 Avril 2018

Lágrimas Negras(en espagnol : larmes noires) est un boléro-son écrit et composé par le cubain Miguel Matamoros en 1929, et qui est devenu un standard de la musique cubaine.

Miguel Matamoros parti en voyage à Saint-Domingue (dans l'île voisine de la République dominicaine) résidait alors dans la pension de Luz Sardaña. Il entend des pleurs d'une femme dans une chambre voisine et pense que celle-ci a perdu quelqu'un de sa famille mais il apprend qu'elle pleure parce que son mari l'a quitté la veille pour une autre femme. Cette histoire va lui inspirer le thème de la chanson qui fait preuve d'ironie puisque l'homme appelle la femme qui l'a quitté "mi santa" (ma sainte). Dans les versions où chante une femme (la version de Celia Cruz par exemple), ces paroles sont remplacées par "mi negro" (mon (homme) noir). On trouve aussi d'autres termes à la place comme "gitana" (gitane dans des versions flamenco, en particulier celle de Diego El Cigala), ou encore "mulata" (mulâtresse), "mi negra", etc.

Bebo Valdés Description de cette image, également commentée ci-après Bebo Valdés en octobre 2008 Informations générales Naissance 9 octobre 1918 Quivicán, province de Mayabeque Décès 22 mars 2013 (à 94 ans) Stockholm Activité principale Musicien, compositeur Genre musical Latin jazz Instruments Piano modifierConsultez la documentation du modèle Bebo Valdés, né 'Dionisio Ramón Emilio Valdés Amaro', est un pianiste de jazz et compositeur cubain né à Quivicán dans la province de Mayabeque le 9 octobre 1918 et mort à Stockholm le 22 mars 2013. Petit-fils d'esclave, n'oubliant pas ses racines africaines (et espagnoles par sa mère), Bebo Valdés est né à Quivicán, à Cuba le 9 octobre 1918. «Mon grand-père, esclave, s’était enfui avec un ami en emportant seulement une machette pour se défendre des chiens lancés aux trousses des "nègres marrons" . Je sais tout cela par ma grand-mère, morte à 109 ans », confie-t-il à un journaliste en 2005. iego Ramón Jiménez Salazar, surnommé El Cigala, est un chanteur de flamenco espagnol né en 1968. Un de ses grands albums est Lágrimas negras qu'il a réalisé en collaboration avec le pianiste cubain Bebo Valdés pour lequel il reçoit, en 2004 le Latin Grammy Award du meilleur album musique tropicale traditionnelle. En 2006, il est à nouveau récompensé par le Latin Grammy Award du meilleur album flamenco pour l'album Picasso en mis ojos.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 28 Septembre 2016

La guaracha est un genre musical né à Cuba au xviiie siècle est une forme de chanson satirique et burlesque pour chœurs (córo-pregón) et des paroles improvisées. (rythme 3/4, 6/8 ou 2/4)12.

Ce genre afro-cubain s'est développé dans les années 1800. Au cours de ce siècle, les guarachas ont fusionné avec le son cubano, mais sont plus rapides dans le tempo.

La Guaracha est le nom donné à une danse de couple d'origine espagnole, au rythme enlevé et ternaire, que l'on rencontre en 1788 aux côtés d'une série de danses comme la Contradanza ou le Fandango. En Andalousie, la guaracha donne naissance à la rumba flamenca (ou rumba gitana)34.

Parmi les guaracheros ou ensembles guaracheros les plus connus, on peut citer :

Notes et références

  1.  « guaracha » [archive], sur www.montunocubano.com (consulté le 17 août 2021)
  2.  « La Guaracha » [archive], sur Musiques et danses cubaines par JulienSalsa,  (consulté le 17 août 2021)
  3.  « Définition de guaracha - Encyclopædia Universalis » [archive], sur www.universalis.fr (consulté le 17 août 2021)
  4.  « La Guaracha » [archive], sur Musiques et danses cubaines par JulienSalsa,  (consulté le 17 août 2021)
  5.  Last Night in Orient- LNO ©, « Gina Martin – Pasito y Medio » [archive], sur Last Night in Orient (consulté le 17 août 2021)

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #Guaracha, #musique cubaine, #Son cubano, #Musiques latines

Repost0