musique mexicaine

Publié le 27 Janvier 2022

Bien que le patrimoine de la musique de concert mexicaine ne soit pas très vaste, des compositeurs tels que Juventino Rosas, Arturo Márquez et Ricardo Castro se sont donné pour tâche de produire des œuvres magnifiques. L'Orchestre symphonique national est l'ensemble orchestral le plus important du Mexique. Fondé en 1947, ses origines remontent à 1881, et c'est, après le Boston Symphony Orchestra, le plus ancien orchestre des Amériques.

La musique classique du Mexique fait référence aux styles musicaux qui se sont développés sur le territoire mexicain en raison de l'influence de la musique académique européenne de la période coloniale au 21e siècle.

L'Église catholique a utilisé la musique fondamentalement pour l'évangélisation des peuples indigènes. Cela a entraîné un grand développement de la musique vocale sacrée, héritée des œuvres des grands maîtres de la Renaissance, tels que Palestrina, Victoria, Lasso, Guerrero et Cabezón, en plus de stimuler la composition et l'exécution de la musique dans les colonies. Cependant, comme le mentionne dans son essai « Trajectoire de la musique au Mexique » : [...] les militaires et aventuriers de tous bords qui les ont suivis [les religieux] ont apporté les formes de musique profane de l'Europe de l'époque, en plus de la musique populaire de leurs régions d'origine.

La polka tchécoslovaque, la mazurka et la redowa polonaises, les chotis écossais, les quadrilles anglais et la valse autrichienne ont été introduites au Mexique comme danses de salon au milieu du XIXe siècle, principalement dans le nord et le nord-est du Mexique où la polka fait partie de musique traditionnelle et a été adoptée par les habitants de cette région, faisant partie de leur folklore. Le compositeur mexicain Juventino Rosas (Juventino Policarpo Rosas Cadenas, né à Mexico en 1868 et décédé à Cuba en 1894) est le compositeur de la valse mondialement connue sobre las olas. Il composa d'autres valses ainsi que des polkas et des mazurkas, de même qu'un autre compositeur de l'époque, Felipe Villanueva. Ricardo Castro (1864-1907) est le premier Mexicain à écrire des symphonies et des concertos.

Les compositeurs tels que Macedonio Alcalá (es) auteur de Dios nunca muere (es), Rodolofo Campodónico s'illustrèrent en composant des valses toujours jouées actuellement.

Des compositeurs plus jeunes, comme José Rolón (1876-1945), Manuel María Ponce (1882-1948) et Antonio Gómezanda (1894–1961) son élève, continuèrent dans un style plus romantique, mais firent la transition vers un langage moderne.

Après la révolution, les compositeurs les plus marquants sont Candelario Huízar (1883-1970), au style très mexicain, Carlos Chávez (1899-1978), auteur d'une Symphonie indienne, et Silvestre Revueltas (1899-1940), le plus représentatif par ses œuvres modernes. Chávez est considéré comme le moteur de la scission entre la musique savante mexicaine et les styles traditionnels, privilégiant la musique savante.

Il convient de retenir aussi le « Groupe des quatre », formé de Blas Galindo (1910-1993), qui s'inspire des mariachis mais aussi de la musique polytonale et atonale, José Pablo Moncayo (1912-58) qui reprend les thèmes traditionnels de Veracruz pour son œuvre la plus célèbre, Huapango (1940), Salvador Contreras (1910-1982), auteur de musique tonale puis atonale très personnelle, et Daniel Ayala Pérez.

Dans la deuxième moitié du xxe siècle, des compositeurs d'origine étrangère s'imposent, comme Rodolfo Halffter, d'origine espagnole, et Conlon Nancarrow, issu des États-Unis. Parmi les compositeurs les plus récents, se détachent Manuel Enríquez (1926-1994), Gloria Tapia (1927-2008), Alicia Urreta (1930-1986), Mario Lavista (1943) et Daniel Catán (1949). Manuel Enríquez est pour beaucoup le compositeur mexicain le plus influent de la seconde moitié du XXe siècle. Il crée des modèles personnels d'écriture musicale et laisse une vaste production pour instruments à cordes et à percussion, ainsi que pour orchestre, qui montre un travail intéressant sur les textures et les timbres. De plus, il a été l'un des pionniers de la musique électronique du Mexique.

L'avant-garde musicale est représentée par Julio Estrada (1943), Arturo Márquez (1950) dont le célèbre et déjà classique Danzón n° 2 lui a valu une acceptation écrasante et inhabituelle du public, Ana Lara (1959) ou encore Gabriela Ortiz (1964). D'autres, comme Antonio Russek (1954), Javier Álvarez (1956), peut-être le compositeur mexicain vivant le plus reconnu à l'étranger, Roberto Morales (1958) et Manuel Rocha Iturbide (1963) ont exploré les possibilités de la musique électroacoustique et de l'informatique musicale.

La musique classique contemporaine est considérée comme des compositions écrites entre 1970 et 1990 et de nombreuses pièces ont été créées au Mexique, mais quatre d'entre elles se démarquent : Huapango de José Pablo Moncayo, Sinfonía India de Carlos Chávez, Sensemayá de Silvestre Revueltas et Danzón No. 2 de Arturo Marquez. .

Ces 4 pièces reflètent les rythmes et les traditions latino-américaines, puisque 2 de ces œuvres sont influencées par Cuba, comme c'est le cas de Danzón No.2 et Sensemayá, qui est un poème de Nicolás Guillén qui a inspiré Silvestre Revueltas.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 25 Janvier 2022

Des instruments de musique existaient probablement en Méso-Amérique dès le Paléolithique supérieur (40 000-10 000 avant JC), car des flûtes en os datant de cette période ont été trouvées. Ce sont des sifflets en os avec une perforation qui étaient utilisés par les chasseurs-cueilleurs pour imiter les cris des animaux lors de la chasse. De plus, on pense que les grattoirs à os, les carapaces de tortue et les cordes de coquillage ont été utilisés pour émettre des sons lors d'activités rituelles. Cependant, ce ne sont que des hypothèses qui manquent de vérification.

On connait très peu de choses sur la musique préhispanique du Mexique, bien qu'il existe de nombreux groupes qui revendiquent cette tradition dans tout le pays. Les anciennes civilisations mésoaméricaines des Mayas et des Aztèques jouaient des instruments dont le tlapitzalli (flûte), le teponatzli (tambour en bois), une sorte de trompette faite de conques et le huehuetl (timbales). Les premiers écrits des colonisateurs espagnols indiquaient que la musique aztèque était entièrement religieuse et interprétée par des musiciens professionnels ; certains instruments étaient considérés comme sacrés et les erreurs dans l'exécution de ceux-ci étaient punies pour être éventuellement une offense aux dieux. Certaines représentations picturales indiquent que la performance dans des ensembles était assez courante. Bien qu'aucune musique écrite n'ait survécu, les archéologues ont fouillé des instruments de musique et peint et sculpté des représentations des anciens Mayas qui montrent à quel point la musique était un élément complexe de la structure sociétale et religieuse. La plupart de ces musiques ont disparu après la dissolution de la civilisation mayas suite à la conquête espagnole. Avec l'arrivée des Espagnols en Amérique, la musique religieuse, profane et de guerre est également arrivée de la péninsule ibérique. Avec eux, des instruments tels que des flûtes en bois, des cors en ivoire ou en bois, des trompettes, des cors, des saqueboutes, des bassons, des guitares, des violons, des altos, des harpes, des psautiers et les orgues sont entrés sur le territoire mexicain.

Certaines des musiques autochtones ont été fusionnée avec des influences espagnoles. En effet, après l'arrivée des Espagnols, les indigènes ont appris la musique européenne des missionnaires. De nombreuses danses de conquête pratiquées dans les communautés indigènes du pays datent de cette époque ; ainsi que certains genres associés au culte catholique, comme la danse des Matachines et le son de Concheros, entre autres. La musique de concert étant un produit de la culture européenne, l'histoire de la musique de concert mexicaine a commencé après la Conquête, avec l'établissement de la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne.

Benito Juárez a jugé nécessaire de composer des musiques militaires. Des fanfares de village ont proliféré à la fin du xixe siècle, donnant des concerts sur les places locales, souvent sous un kiosque central.

Actuellement, la Fonoteca Nacional, l'institution mexicaine responsable de la sauvegarde du patrimoine sonore du pays sauvegarde les documents sonores à travers la mise en œuvre de méthodes de collecte, de conservation et de préservation afin que les chercheurs, les enseignants, les étudiants et le grand public y ont accès. D'importantes collections sonores pour la vie sociale, culturelle et patrimoniale du Mexique sont également conservées.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Musique mexicaine, #Culture mexicaine, #Histoire de la musique, #Histoire mexicaine, #Fonoteca Nacional

Repost1

Publié le 23 Janvier 2022

"Elle reste dans la mémoire du peuple mexicain, qui continue d'écouter ses disques et d'apprécier sa façon d'interpréter la musique", a déclaré le cinéaste français Jean-Michel Lacor , qui a produit le film Ripstein. "Sa grandeur est comparable à celle de personnages mythiques des annales de la chanson comme Judy Garland ou Edith Piaf, avec des rôles mélodramatiques, fascinants et universels."

Lucha Reyes (de son nom complet María de la Luz Flores Aceves), (-), est une chanteuse mexicaine. Populaire dans les années 1930 et 1940, elle fut surnommée « la mère de la musique ranchera ». Reyes a démoli les mœurs sociales en affichant l'indépendance féminine. Elle se serait engagée dans des relations bisexuelles et aurait réquisitionné le privilège autrefois exclusivement masculin de boire en public, mélangeant tequila et passion dans le cadre de son acte1.

Cette chanteuse caractérisée par sa voix imposante a connu une fin abrupte alors qu'elle était au sommet du succès.

Biographie

Née à Guadalajara (Mexique)2, Lucha Reyes perd très jeune son père et prend le nom du second mari de sa mère. Née quatre ans seulement avant le déclenchement de la révolution mexicaine, Reyes a surfé sur la vague de nationalisme qui a déclenché une renaissance de l'art indigène dans la peinture, la littérature, le cinéma et la musique. La chanteuse imposante et iconoclaste s'est imposée en tant qu'artiste solo au moment même où ce mouvement artistique prenait de l'ampleur à l'échelle nationale, lui donnant l'occasion de côtoyer d'autres artistes célèbres de l'époque, comme Diego Rivera et, à Los Angeles, le muraliste David Alfaro Siqueiros3.

Elle commence à chanter dans sa ville dès l'âge de treize ans4.

En 1920, elle part étudier le chant aux États-Unis. Elle se produit dans plusieurs états, et rencontre un journaliste qu'elle épouse. Après leur divorce, elle retourne au Mexique en 1924. Elle rencontre les sœurs Ofelia et Blanca Asciencio, avec qui elle crée le trio Reyes-Ascencio. En 1927, elle part en concert avec d'autres artistes en Europe, mais la tournée est annulée à Berlin. Tombée malade sur place, elle perd sa voix de soprano et adapte son répertoire en conséquence. Elle commence alors à interpréter des chansons rancheras.

Elle devient célèbre et fait des apparitions dans quelques films mexicains, comme ¡Ay Jalisco... no te rajes! de Joselito Rodríguez, avec Jorge Negrete (1941), ou Flor silvestre d'Emilio Fernández, avec Dolores del Río et Pedro Armendáriz (1943).

Bien que ses chansons aient toujours eu un air de fête, caractéristique de la culture mexicaine, Lucha a traversé de nombreux problèmes de dépression qui l'ont fait sombrer dans l'alcool5. Elle s'est marié trois fois. En 1934, elle épouse son deuxième mari, le producteur Félix Martín Cervantes6.  

Le 25 juin 1944, Lucha Reyes meurt chez elle à Mexico d'une overdose de barbituriques. Elle laisse dans le deuil son troisième mari, le pilote Antonio Vega Medina, ainsi que sa mère et sa belle-fille.78,9.

Dans la légende, elle s'est identifiée à l'héroïne maudite, au cœur brisé et alcoolique de l'une de ses dernières chansons à succès, "La Tequilera"10.

Le réalisateur mexicain Arturo Ripstein s'inspire de sa vie pour son film La Reine de la nuit (1994). La romancière Alma Velasco a publié une biographie romancée de Lucha Reyes intitulée Me llaman la Tequilera (2012)11. En 2014, son nom est donné à une rue de Los Angeles12.

Discographie

  • Lucha Reyes: La Inmortal
  • Recordando a Lucha Reyes: La Inmortal
  • Lucha Reyes
  • Las grabaciones inéditas de Lucha Reyes
  • Lucha Reyes: Sus primeras grabaciones
  • Canciones mexicanas en la voz de Lucha Reyes
  • La voz folklórica de siempre: Lucha Reyes
  • Lucha Reyes: Lo mejor de lo mejor RCA Víctor
  • Serie Platino 20 éxitos: Lucha Reyes
  • Lucha Reyes: Tesoros de colección
  • Nuestra tradición: Lucha Reyes
  • The unforgettable of mexican song: Lucha Reyes
  • 15 éxitos de Lucha Reyes
  • Lucha Reyes: Mexicanísimo
  • La reina inmortal de la canción ranchera: Lucha Reyes

Références

  1.  « Lucha Reyes | Strachwitz Frontera Collection » [archive], sur frontera.library.ucla.edu (consulté le )
  2.  « WikiMexico - Lucha Reyes: La Tequilera » [archive], sur www.wikimexico.com (consulté le )
  3.  « Lucha Reyes | Strachwitz Frontera Collection » [archive], sur frontera.library.ucla.edu (consulté le )
  4.  « Develarán placa de Lucha Reyes en Ciudad de México » [archive], Al momento.mx, 23 juin 2012.
  5.  (es) diego, « El nacimiento de la canción Ranchera - Historia del Mariachi » [archive], sur Mariachis Juvenil’s Show Bogotá,  (consulté le )
  6.  « Lucha Reyes » [archive], sur IMDb (consulté le )
  7.  « Lucha Reyes | Strachwitz Frontera Collection » [archive], sur frontera.library.ucla.edu (consulté le )
  8.  Acta de defunción [archive] de María de la Luz Flores Aceves.
  9.  (es) 4 de Junio de 2021, « La trágica muerte de Lucha Reyes, la reina de la canción ranchera » [archive], sur infobae (consulté le )
  10.  « Lucha Reyes | Strachwitz Frontera Collection » [archive], sur frontera.library.ucla.edu (consulté le )
  11.  « Recuerdan a la cantante Lucha Reyes La Tequilera » [archive], Excelsior, 23 juin 2012.
  12.  « Inauguran la avenida Lucha Reyes en Los Angeles » [archive], Azteca noticias, 15 mars 2014.

Voir les commentaires

Repost0