Articles avec #musiques algeriennes tag

Publié le 12 Décembre 2020

El Gusto, c’est l’histoire d’un groupe de musiciens Algériens, séparés par l’Histoire il y a 50 ans, et réunis aujourd’hui sur scène pour partager leur passion commune : la musique chaâbi.

Robert Castel est né à Alger. C’est un enfant de Bab-El-Oued. Il est le fils de Lili Labassi, l’un des plus grands maîtres du chaâbi. Dans le ventre de sa mère, il a dû entendre son père jouer du violon et chanter. Dès lors, la drogue bienfaisante de la musique était inoculée dans son ADN. Il commence à jouer du tar (tambourin) à l’âge de cinq ans.

Il monte sur scène dès ses 11 ans. Il faisait alors partie de l’orchestre de Radio-Alger où les musiciens accompagnateurs de Lili Labassi s’appelaient Mustapha Skandrani, Ali Debbah dit Aalilou, Mohamed El Anka, Abdelghani Belkaïd ou Kadour Cherchali. Robert Castel enregistra avec son père de nombreux disques.

Pour faire vite, disons que la Providence, imprévisible, lui dressa un pont pour faire du théâtre, du cinéma, de la télévision, de la radio et du music-hall. Il joua avec les plus grands : Alain Delon, Jean Gabin, Michel Bouquet, Micheline Presle, Jean Poiret, Charles Vanel, Michel Galabru ou encore Annie Girardot. Il eut la douleur de perdre son père en 1969. Par un mouvement irrésistible, il revint alors à son premier amour : la musique, dont il affirme qu’elle est sa deuxième religion, et plus particulièrement la musique chaâbi. Avec l’orchestre El Gusto, il donna des concerts en France, à Bruxelles, à Amsterdam, Fès, puis aux États-Unis à New York, Washington et Los Angeles, et enfin à Alger pour deux dates en avril 2015.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Robert Castel, #Chaabi, #Musique arabo-andalouse, #chaâbi, #El Gusto, #Musiques algériennes

Repost0

Publié le 8 Octobre 2020

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Je pense à toi je pense, #Houari Dauphin, #Musiques algériennes, #2012

Repost0

Publié le 16 Juillet 2020

Cette chanson fut créée originellement par Houari Hannani qui orienta les paroles dans le cadre le la Guerre de la Libération. Les frères d'Oran, quand ils furent rassemblés montèrent dans la forêt avec des carabines. Cette chanson est interprétée en 1981 par Cheb Khaled  Elle est interprétée par de nombreux chanteurs de Raï, comme cheb Mami ou Cheb Mami.

Paroles

S'hab el baroud ouel carabila (refrain)

Gens de de la poudre et de la carabine


Belaki ma tjiche ou taxi khalsa

Attention, si tu ne viens pas, le taxi est déjà payé


Raï'ha lel barisse le passeport, la devise

Elle va à Paris sans passeport ni devises


Yaou taxi khalsa ya fi bab el marsa

Le taxi est payé depuis le port


Ma jetche el barrab me jetche el youm

Elle n'est pas venue ni hier, ni aujourd'hui


China l'âba ya tebghi eddbloune

C'est une joueuse qui aime les richesses


Danit'ha jaïa ou daha ennoom

Je la croyais étourdie et que le sommeil l'avait emportée

Ya el Djilani ya moula Baghdad ya daoui hali

Ô Djilani, toi l'homme de Bagdad, soigne mon état.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #S'hab el Baroud, #Houari Hannani, #Musiques algériennes, #Cheikha Ouda, #1931

Repost0

Publié le 4 Mai 2020

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Idir, #Musiques algériennes

Repost0

Publié le 4 Mai 2020

Idir meurt le 2 mai 2020 à l'hôpital Bichat à Paris, des suites d’une fibrose pulmonaire dont il souffrait depuis plusieurs mois.

Idir, nom de scène d'Hamid Cheriet, né le 25 octobre 1949 à Ait Yenni en Algérie et mort le 2 mai 2020 à Paris (France), est un chanteur, auteur-compositeur-interprète et musicien algérien d'expression kabyle.  Idir ne se destinait pas à la chanson. Mais un de ses premiers titres, A Vava Inouva (en kabyle), devient rapidement dans les années 1970 un tube planétaire, le premier grand tube venu directement d'Afrique du Nord. Sa carrière est marquée par une irruption soudaine sur le devant de la scène, puis une éclipse volontaire d'environ une dizaine d'années à partir de 1981.  La production discographique d'Idir est modeste, sept albums studio au total, mais son œuvre a contribué au renouvellement de la chanson berbère et a apporté à la culture berbère une audience internationale.

Idir, nom de scène d'Hamid Cheriet, né le 25 octobre 1949 à Ait Yenni en Algérie et mort le 2 mai 2020 à Paris (France), est un chanteur, auteur-compositeur-interprète et musicien algérien d'expression kabyle. Idir ne se destinait pas à la chanson. Mais un de ses premiers titres, A Vava Inouva (en kabyle), devient rapidement dans les années 1970 un tube planétaire, le premier grand tube venu directement d'Afrique du Nord. Sa carrière est marquée par une irruption soudaine sur le devant de la scène, puis une éclipse volontaire d'environ une dizaine d'années à partir de 1981. La production discographique d'Idir est modeste, sept albums studio au total, mais son œuvre a contribué au renouvellement de la chanson berbère et a apporté à la culture berbère une audience internationale.

La musique d'Idir naît de l'association de différents instruments, mais celui qui est à la base de son œuvre est bien la flûte du berger kabyle. Il s'agit d'ailleurs du premier instrument dont il a appris à jouer dès son plus jeune âge. Les sonorités entremêlées des guitares, flûtes et autre derboukas caractérisent la musique d'Idir. Bien qu'écrites en kabyle, ses chansons ont une portée universelle et se veulent mondiales. D'où le qualificatif de World Music souvent donné à cette œuvre. Les sujets de ses chansons recouvrent différents thèmes comme l'exil (A Vava Inouva), la fête (Zwit Rwit) ou encore les souvenirs.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Idir, #Musique kabyle, #Musiques algériennes, #Musique algérienne d’expression kabyle,

Repost0

Publié le 5 Novembre 2019

A partir des années 1950, Paris est le passage obligé des artistes d’Afrique du Nord qui enregistrent leurs plus grands succès chez Pathé Marconi (Line Monty y grave L’Orientale, une chanson de Youssef Hagège qui sera reprise une dizaine d’années plus tard par Enrico Macias).

Éliane Serfati, mejor conocida como Line Monty, (Argel, 1926 - París, 19 de agosto de 2003) fue una cantante judía argelina. Fue la intérprete original de melodías clásicas de la música norteafricana como Ana louliya, Ektebli chouiya, Ana ene hobbek, Berkana menkoum, Khadahtini (Tu m'as trahi), Alger, Alger, Laissez moi vivre, Ma guitare, mon pays y Ya oummi. Su repertorio incluye estilos musicales norteafricanos como chaâbi, la música andalusí, y la rumba franco-árabe. L'Orientale es una de las melodías popularizadas por Line Monty.

Desde la década de 1950, París es la puerta de entrada para los artistas del norte de África que registran su mayor éxito en Pathé Marconi (Line Monty y grave L'Orientale, una canción de Youssef Hagège que se llevará más de una década más más tarde por Enrico Macias) o en Dounia, el sello creado por el productor y cantante Kalaoui el Tounsi.

Con la descolonización e independencia de Argelia, muchos artistas judíos magrebíes, como Blond-Blond, Salim Halali, Jose de Suza, Lili Boniche, Maurice el Medioni, Enrico Macias ... - se establecen en Francia y perpetúan el Canción Francarabe, en vena de nostalgia.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Line Monty, #L’Orientale, #Youssef Hagège, #Musiques algériennes, #Youcef Hedjaj

Repost0