musiques latines

Publié le 15 Décembre 2010

Voici Víctor García chantant  "Parece Que Va a Llover", une reprise d'un célèbre duo entre Pedro Infante et Antonio Aguilar. Ce titre est extrait de son album "Amorcito Corazón" (2010) !

Lyrics

Parece que va llover , el cielo

se está nublando, parece que

va llover ¡ay¡ mamá me estoy

mojando. Salí para la ciudad

confiado con mi paraguas, y

agua que llueve ya ay¡ se me

olvidó la guagua.

La gente se apresura por

las calles de La Habana, el

pilli se alborota al llegar la palangana

ae mamá como yo voa mojar,yo voa mojar

Parece que va a llover, el cielo se

está nublando, parece que va llover ay¡ mamá

me estoy mojando, la lluvia la manda

Dios, el agua la da el alcalde, ni

agua que llueve ya, ay¡

más no la pido en balde.

La gente se apresura por las calles de

La Habana, el pilli se alborota al

llegar la palangana, ae mamá como yo voa

mojar, yo voa mojar

Paece que va llover el cielo se está nublando

parece que va llover ¡ay¡¡ mamá me estoy mojando.

Aprieta el paso, que nos vamos a mojar, cuídate mi prieta que te quiero acurrucar, aprieta el paso que

nos vamos a mojar, cuidado con esa

curva que te puedes derrapar, aprieta

el paso que nos vamos a mojar..

Víctor García  - Parece Que Va a Llover

Une charanga est un ensemble musical incluant piano, violon, violoncelle, güiro, clarinette, flûte, contrebasse et timbales (au sens timbal). Ce type de formation a d'abord joué des danzones, avant de jouer ensuite du cha-cha-cha, de la salsa.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 14 Décembre 2010

La Colombie est l'un des pays d'Amérique du Sud les plus métissés et même parmi les plus riches musicalement de la planète ! Cette musique est mélancolique et d’une fraîcheur et d'une délicatesse extraordinaires.

La Colombie est l'un des pays d'Amérique du Sud les plus métissés et même parmi les plus riches musicalement de la planète ! Cette musique est mélancolique et d’une fraîcheur et d'une délicatesse extraordinaires.

...Des musiciens allemands, français, hollandais, italiens et espagnols ont contribué efficacement au progrès de l’art musical colombien. Par exemple, l’hymne national colombien a été composé par un italien, Oreste Sindici ; diverses chansons et autres musiques très appréciées sont dues à des étrangers qui après avoir vécu en Colombie quelques années sont devenus plus colombiens que les nationaux, car les conditions caractéristiques des habitants sont sincérité et loyauté dans l’amitié, profonde hospitalité et grande noblesse de sentiments. 

Professeur Enirto

Lalo Ebratt, Trapical - Criminal Minds

La musique colombienne évolue très vite et année après année, des centaines de talents émergent. Du folklorique à l'urbain, en passant par la pop et l'expérimental, artistes et groupes font revivre ce que nous appelons la "musique colombienne" au point de créer une masse diversifiée avec des propositions pour tous les goûts.

Last Night in Orient - LNO ©

La musique et la danse en Colombie est un véritable cocktail d'expressions issues des colons espagnols, des esclaves africains et des amérindiens qui ont joué un rôle fondamental dans la préservation du Patrimoine et de la culture populaire du Pays. Cet héritage culturel est souvent remémoré lors des nombreux festivals qui se déroulent dans toutes les régions de la Colombie. Les instruments de musique utilisés sont principalement les tambours (influence africaine), la harpe et le "cuatro" (petite guitare à quatre cordes) d'origine européenne. Les colons qui se sont établis en Colombie ont également pris une large part dans le développement de la culture musicale colombienne. 

La musique colombienne compte de nombreux représentants afro-colombiens. C'est le cas de Joe Arroyo, Piper Pimienta, Wilson Saoko , Alejandro Durán, Totó la Momposina, Leonor González Mina, Calixto Ochoa ou Alexis Lozano, de même que Jairo Varela et son groupe de salsa internationalement connu, le Grupo Niche.

Carthagène possède les musiques les plus métissées de Colombie, les rythmes puisent dans les musiques africaines sont apparues, on les retrouve aussi dans la cumbia, le bullerengue, le son de negro, la chalupa, et qui ont été l'essence d'une musique afro-colombienne qui fait la fierté du pays.

Dans les années 1920, une importante diaspora s'installe vers les villes du Nord de Colombie. La musique de Palenque suivra les gens pour s'intensifier dans tout le pays. C’est dans les années 1970, qu’apparaîtra un nouvel acteur capital dans la diffusion de cette musique: les premiers sound systems locaux : les picos.

http://img.over-blog.com/600x450/1/50/59/42/calligraphies/divers/divers/PICT3235.23134202.JPGEspanol_Currulao.jpg

tambours.jpg

Maracas, et Tambours de "Bullerengue" nommés "Llamador" ("Tambour d'appel", à gauche), et "Alegre" ("Joyeux", à droite).

Les afro-colombiens ont  fusionné à la champetta aux  rythmes de leurs tambours pour lui donner les lettres de noblesse et toute la saveur de la musique latine. Depuis, chaque année, une trentaine d'artistes afro-colombiens se disputent le titre de Roi de la Champeta, dans de légendaires duels musicaux parrainés par des Sounds Systems aussi puissants et téméraires que ceux de Jamaïque. Pourtant cette musique, qui est l'une des plus inventives de notre époque, reste l'une des plus méconnues du public européen.

La Cumbia

La cumbia est un genre musical et une danse né au xviie siècle sur la côte Atlantique de la Colombie et qui identifie le mieux la Colombie à l'Etranger. Cette musique entraînante pratiquée dans un premier temps sur la côte atlantique colombienne par des esclaves africains vers la fin du XVIIIe siècle. Les musiques Afro-Caraïbes de Colombie sont extrêmement variées, et les genres musicaux s'entremêlent. On peut citer entre autres dans les origines des musique africaine qui ont pu donner naissant tant à la cumbia qu'à la champeta:

  • Les "Bailes cantaos" ("danses chantées"): ce sont les manifestations les plus traditionnelles, composées de tambours, chants responsoriels et frappes des mains, et accompagnées de danses. Elles célèbrent la liberté, la vie quotidienne, la religiosité, la fécondité... On peut citer les genres "chalupa", "mapalé" et les chants brûlants du "Bullerengue", et enfin de "Lumbalu".

Plusieurs variations ont été développées à travers les années, mais les pas essentiels de cette danse dérivent directement des pas des esclaves dansant avec des chaînes et des boulets (Exemples: El Mundo et El Boga de Sonora Santenera, A Mover la Colita de Sonara DinamitaJuana la cubana de Fito Olivares)

La « champeta », musique afro-colombienne

Parmi les musiques urbaines colombienne, figure la Champeta, aux rythmes venus du Palenque de San Basilio, des Congos (soukous) et des Antilles (zouk).  Ce genre musical est aujourd'hui un vrai phénomène musical et social, omniprésent sur toute la côte Caraïbe de la Colombie et représente un véritable phénomène culturel et un genre musical particulier en Colombie en identifiant le mieux la culture des descendants des esclaves africains.  Avec un langage populaire les champeteros sont inventifs, ils chantent leurs expériences de vie.  Les paroles, superposées sur des titres africains ou avec de la musique originale et s’attaquent à l’exclusion sociale et économique en exprimant leurs rêves de changement et de progrès.

Le Vallenato

La Carranga

La carranga est un genre musical issu de l'altiplano cundiboyacence, la région centrale de la Colombie, plus précisément dans le département de Boyacá dans les anées 1970.

Cette musique traditionnelle s'est développée et a pris son essor principalement grâce au vétérinaire colombien Jorge Veloza. La carranga est interprétée à l'aide d'une guitare, du tiple, du requinto et de la guacharaca. Les thèmes des paroles font largement allusions  à la vie paysanne, à l'écologie, mais aussi en étant l'expression de la critique de la société colombienne. Depuis que la carranga a été connue et appréciée des habitant des principales villes du pays, de nombreux groupes l'ont interprétée, de telle sorte qu'aujourd'hui on trouve par exemple des groupes de musique qui vont jusqu'à créer une fusion comme le carranga-rock comme le titre "Velo de Oza".

Le Joropo

Le joropo est un genre musical traditionnel originaire à la fois du Vénézuela et de Colombie qui utilise comme instrumentation la harpe, le cuatro, les maracas et la guitare. Ce genre intègre des influences africaines et européennes. C'est au début du XVIIIème siècle que les "llaneros", habitant la région des llanos, commencèrent à utiliser le mot “joropo” au lieu du mot "fandango", qu'ils utilisaient jusque là pour désigner leurs musique et danse.

On distingue trois types de joropo: le joropo llanero, le joropo central, et le joropo oriental.

  • Le joropo llanero se joue avec une harpe aux cordes de nylon, une bandola llanera, un cuatro, et des maracas. Le joropo est la fête des llaneros où improvise dans chacune de ses formes de musique, chant et danse. De l'arabe xarop (sirop) est né ce mot qui est sœur de soropo, qui est la maison du marginal llanero. Le joropo a été délimitée par le fandango et Fandanguillo, et chacune de leurs expressions contient des caractéristiques de ses racines.
  • Le joropo central se joue avec une harpe aux cordes en métal, des maracas, et le chant.
  • Le joropo oriental intègre des instruments supplémentaires, comme la guitare, la mandoline, la bandola oriental et parfois l'accordéon.
 
Guabina Chiquinquirena
 L’origine du mot Guabina n’est pas exactement connue. On pense que le nom a été pris du nom d’un  poisson des plaines, très apprécié pour sa viande. On dit aussi d’un homme simple (humble) qu’il est  "guabina". 
Cette danse représente la pudeur et l'innocence des femmes des hauts plateaux qui, quand les hommes leur font la cour, se jouent d’eux avec une mantille (sorte châle typique de ces régions froides) et une corbeille de fleurs. C'est une danse d’origine européenne, avec des adaptations locales très prononcées qui nous laisse imaginer la rigueur du climat de ces régions. Nous savons qu'au XIXème siècle, la Guabina était une danse populaire poursuivie par le clergé antioqueño et par les notables.

Le Guabina est une danse de la région andine. On la trouve dans les départements de Santander, Boyacá, Tolima, Huila et Antioquia. Les mélodies diffèrent quelque peu d’un département à l’autre, mais le rythme reste le même.

Cette danse représente la pudeur et l'innocence des femmes des hauts plateaux qui, quand les hommes leur font la cour, se jouent d’eux avec une mantille (sorte châle typique de ces régions froides) et une corbeille de fleurs. C'est une danse d’origine européenne, avec des adaptations locales très prononcées qui nous laisse imaginer la rigueur du climat de ces régions. Nous savons qu'au XIXème siècle, la Guabina était une danse populaire poursuivie par le clergé antioqueño et par les notables.

Sanjuanero

Le Sanjuanero caractérise la conquête du courtisant à sa bien aimée et de l'idylle qui précède la romance. Entre d'autres temps, l’homme utilisait cette danse pour être près de la femme qu'il aimait et pour concrétiser les fiançailles durant la fête. Le Sanjuanero est une danse traditionnelle, l’une des danses les plus populaires de la Colombie, né des fêtes de la Saint Pierre et de la Saint Paul que l’on voit se danser dans les régions de Tolima et de Huila. Son rythme est dérivé du Bambuco qui est une autre danse de la région andine. Le Sanjuanero est une création plutôt moderne dans sa structure musicale et chorégraphique puisqu'il élimine quasiment le pas traditionnel du Bambuco. Les pas sont formés par une abondance de croisements, de rapprochements et de tours. Les vêtements se sont aussi transformés avec le temps pour adopter des couleurs très voyantes.

Le Sanjuanero caractérise la conquête du courtisant à sa bien aimée et de l'idylle qui précède la romance. Entre d'autres temps, l’homme utilisait cette danse pour être près de la femme qu'il aimait et pour concrétiser les fiançailles durant la fête.

Le Sanjuanero est une danse traditionnelle, l’une des danses les plus populaires de la Colombie, né des fêtes de la Saint Pierre et de la Saint Paul que l’on voit se danser dans les régions de Tolima et de Huila. Son rythme est dérivé du Bambuco qui est une autre danse de la région andine. Le Sanjuanero est une création plutôt moderne dans sa structure musicale et chorégraphique puisqu'il élimine quasiment le pas traditionnel du Bambuco. Les pas sont formés par une abondance de croisements, de rapprochements et de tours. Les vêtements se sont aussi transformés avec le temps pour adopter des couleurs très voyantes.

El bambuco

Le bambuco, une musique traditionnelle d'origine andine hérité de la culture quechua, qui était généralement interprété par les artisans de céramique ; selon cette hypothèse le mot bambuco dériverait étymologiquement de wampu (petite embarcation, radeau) et puku (récipient) en donnant wampu puku (récipient en forme de petite embarcation).

À l'arrivée des Espagnols, suite au manque de compréhension de ces derniers, la prononciation s'est transformé en wampuku puis en Bambuco prononciation communément admise de nos jours. Il existe une polémique face à une autre signification possible, selon d'autres sources, le préfixe ku aurait un sens possessif. Cela voudrait dire que très probablement le mot Bambuco dériverait de wampu kuqui signifie canoeros, cela impliquerait que ce sont les canoeros indigènes quechuas colombiens qui ont inventé le bambuco. Cette musique a accompagné les troupes de libération dans tous leurs déplacements, dans leur recherche et dans la lutte pour l'indépendance des cinq nations andines, rappel constant des origines néogranadines (donc colombiennes) des troupes du libérateur Simon Bolivar.

Héctor Ochoa Cárdenas (Medellín, 24 juillet 1934-) est un compositeur et musicien colombien, fils d'Eusebio Ochoa, professeur de musique et compositeur de musique andine colombienne et religieuse.

La musique Marimba et les chants traditionnels de la région sud du Pacifique colombien

La musique Marimba et les chants traditionnels de la région sud du Pacifique colombien font partie du patrimoine des groupes afro-colombiens des départements de Valle del Cauca, Cauca et Nariño. Le chant des femmes et des hommes (cantadoras et chureadores) se mêle au son des instruments acoustiques fabriqués à la main avec les matériaux locaux : le bois de palmier pour les Marimbas, le bois et le cuir pour les tambours graves et joués à la main, et le bambou et les graines pour les hochets. Cette musique se joue principalement au cours de quatre rituels : Arrullo, Currulao, Chigualo et Alabao. L’Arrullo est un rituel de vénération des saints que dirigent les femmes qui préparent les saints, les bougies et les autels et interprètent des chants au son du tambour et, à l’occasion, des Marimbas. Le Currulao (ou danse Marimba) est un événement festif. Les hommes jouent de la Marimba et interprètent des chants profanes, tandis que les gens chantent, dansent, mangent, boivent, et racontent des histoires. Le Chigualo est une veillée qui suit la mort d’un petit enfant. Le corps est recouvert de fleurs et des chants a cappella sont exécutés autour du défunt. L’Alabao est la veillée funèbre d’un adulte où l’on chante aussi a cappella des chants extrêmement tristes.

La salsa

Cette musique est issue d'un métissage afro-caribéens de plusieurs styles musicaux et de danses qu' s'y sont rattachées. La salsa se diffuse en Colombie (patrie de la Cumbia et du Vallenato, et de très nombreux rythmes également avec : Joe Arroyo, Fruko, Yolanda Rayo…).

Références

  • Burton, Kim. "El Sonido Dorado". 2000. In Broughton, Simon and Ellingham, Mark with McConnachie, James and Duane, Orla (Ed.), World Music, Vol. 2: Latin & North America, Caribbean, India, Asia and Pacific, pp 372–385. Rough Guides Ltd, Penguin Books. ISBN 1-85828-636-0

Liens externes

  • Musique et danse traditionnelles en Colombie par Guillermo Carbó Ronderos

Cette chanson me semblait excellente en soi, mais en regardant cette vidéo et je ne peux pas trouver un mot plus grand pour décrire l’ensemble du travail. Un mélange d'art et de génie.

La Colombie a joué un rôle important dans le pouvoir et l’impact de la pop latino-américaine au cours des 30 dernières années. À l’heure actuelle, à une époque où l’urbain absorbe une grande partie des stations de radio et monopolise fortement les plateformes numériques, certains talents continuent de miser sur des rythmes traditionnels, des compositions honnêtes et une façon de créer une musique qui touche l’âme.

Last Night in Orient - LNO ©

Musiques actuelles
Il n'y a pas eu de meilleur moment dans l'histoire de l'industrie de la musique pour les Colombiens qu'aujourd'hui. Des artistes comme J Balvin, Maluma et d’autres dominent les charts et contribuent à l’ouverture d’une nouvelle ère où les artistes ne sont pas limités par le langage ou le genre musical. Le Hip-Hop colombien est présent, avec par exemple le Colectivo Mariamulatas Callejeras, un des groupes les plus actifs de la ville caraïbe de Cartagena. 

Les Musiques Afro-Caraïbes prennent de nos jours de nouveaux chemins, avec par exemple l'Electro-Hip-Hop du Systema Solar. Enfin, la jeunesse est férue de pop avec sa star internationale Shakira.

Côté rock, le groupe Los Aterciopeladios est une valeur sûre à découvrir.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #Musiques latines, #Colombie, #joropo, #Musique colombienne

Repost0

Publié le 14 Décembre 2010

L'écrivain Gabriel García Márquez a jadis appelé son 100 ans de solitude «un vallenato de 350 pages». La musique country de contes de la Colombie est née dans les vallées du pays agricole du pays. Les troubadours ambulants ont annoncé la nouvelle en chantant dans des villes et des ranchs isolés au début du XXe siècle. De ces origines errantes, le vallenato a ensuite parcouru le monde.

Le son d'accordéon emblématique de la musique accompagnait des ballades romantiques et était accéléré pour la danse; il a évolué pour répondre aux goûts plus modernes et urbains. Les artistes ont depuis utilisé les rythmes vallenato comme cadre pour leurs propres fusions musicales. Les chansons vallenatas les plus connues depuis 1950 sont celles de Rafael Escalona, membre de l'oligarchie de Valledupar.

Cien años de soledad es un intento de escribir
un vallenato de 450 páginas.

Gabriel García Márquez.

Pueden haber más bellas que tú
habrá otras con más poder que tú
pueden existir en este mundo pero eres la reina.

Las hay con coronas de cristal
y tienen todas las perlas del mar
tal vez pero en mi corazón tú eres la reina.

Puede haber más nobles que tú
habrá otra con más honor que tú
pueden existir en esta vida, pero eres la reina.

y aunque en tu castillo nada tengas, tú eres la reina.

Una reina sin tesoros, ni tierras (…)

Hernán Urbina Joiro (Nacho Urbina)

Ci-dessus sont les fragments initiaux de deux œuvres reconnues, l'une dans le domaine de la littérature universelle et l'autre dans la musique vallenato, si appréciée en Colombie mais aussi et aussi au-delà des mers. Les artistes ont depuis utilisé les rythmes vallenato comme cadre pour leurs propres fusions. 

divers-1518.jpg

Cette musique traditionnelle originaire de Colombie a subi de nombreuses influences : espagnole, africaine ou indigène. Elle représente actuellement aux yeux des musicologue un rapport complexe du métissage que vivent au quotidien les Colombiens. Le Vallenato constitue le chant colombien par excellence. La première forme de Vallenato a été jouée avec des flûtes, gaïta, guacharaca et caja, pour adopter ensuite d'autres instruments de musique comme des guitares. Cette musique douce et folklorique utilise aussi des "guarachas" et des "cajas" (une sorte de tambour) Ces troubadours del vallenato n'ont pas hésité de jouer les airs au piano et à l'accordéon diatonique. Le Vallenato était à cette époque considéré comme la musique des classe sociales populaires et les agriculteurs, pour pénétrer ensuite à travers toutes les classes sociales au cours de la moitié du 20ème siècle. Cette musique est enrobée d'un rythme syncopé, fidèle aux rythmes de l'Afrique rendu également avec les sonorité de l'accordéon européen. Les indigènes ont apporté une large contribution culturelle avec le "guacharaca".

PICT3235.23134202.JPG

Voici donc, un melting pot de genres traditionnels qui ont amené à la création d'un nouveau genre musical issu de la côte Atlantique de la Colombie. Cette musique est souvent mélancolique et s'apparente au boléro. (Exemples : Sal y Agua de Los Vallenatos; Como te Voy a Olvidar de Los Angeles Azules; Caballito de Palo de Aniceto Molina; "A besitos" de Los Diablitos). Ces dernières années des artistes comme Carlos Vives ont internationalisé ce style musical.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/91/Instrumentos_musicales_del_vallenato.svg/800px-Instrumentos_musicales_del_vallenato.svg.png

Quelques formations
  • Diomedes Diaz
  • Los Hermanos Zuleta
  • Ivan Villazon
  • Beto Zabaleta
  • Jorge Oñate
  • Alfredo Gutierrez
  • Binomio de Oro de America
  • Los Diablitos del Vallenato
  • Carlos Vives y la provincia
  • Silvestre Dangond & Juancho De la Espriella
  • Peter Manjarres
  • Jorge Celedon & Jimmy Zambrano
  • Lisandro Meza

Gagnants lors du Festival de la Leyenda Vallenata

Année Accordeoniste Chanson inédite Chanson gagnante Piqueria
1 1968 Alejandro Durán "Alejo" --------------- ---------------- --------
2 1969 Nicolás "Colacho" Mendoza Gustavo Gutiérrez Rumores de viejas voces --------
3 1970 Calixto "Calabacito" Ochoa Freddy Molina El indio desventurado --------
4 1971 Alberto Pacheco Santander Durán Lamento arhuaco --------
5 1972 Miguel López Camilo Namén Recordando mi niñez --------
6 1973 Luis E. Martínez "El Pollo Vallenato" Armando Zabaleta No vuelvo a Patillal --------
7 1974 Alfredo Gutiérrez Nicolás Maestre El hachero --------
8 1975 Julio de la Ossa No hubo Desierto --------
9 1976 Nafer Durán Julio Oñate M. La profecía --------
10 1977 José Ma. "Chema" Ramos Alonso Fernández O. Yo soy vallenato --------
11 1978 Alfredo Gutiérrez Octavio Daza D. Río Badillo --------
12 1979 Rafael Salas Pedro García El poeta pintor Andrés Beleño
13 1980 Elberto "El Debe" López Tomás D. Gutiérrez Voz de acordeones Luis Manjarrés
14 1981 Raúl "El Chiche" Martínez Fernando Dangond Nació mi poesía Wilman Rodríguez
15 1982 Eliécer Ochoa Gustavo Gutiérrez Paisaje de sol Antonio Salas
16 1983 Julio Rojas Julio Díaz M. Yo soy el acordeón Alcides Manjarrés
17 1984 Orangel "El Pangue" Maestre Juvenal Daza B La espinita Alcides Manjarrés
18 1985 Egidio Cuadrado Emiliano Zúleta D. Mi acordeón José Villero
19 1986 Alfredo Gutiérrez Rafael Manjarrés Ausencia sentimental Ivo Luis Díaz
20§ 1987 Nicolás "Colacho" Mendoza Santander Durán La canción del valor No hubo
21 1988 Alberto "Beto" Villa Marciano Martínez Con el alma en la mano Juan M. Oviedo
22 1989 Omar Geles "El Diablito" José Fco. Mejía M Puya Almojabanera Luis Mario Oñate
23 1990 Gonzalo "El Cocha" Molina José Fco. Mejía M. No hay tierra como mi tierra Rafael Zuleta
24 1991 Julián Rojas Gustavo Calderón Momentos del ayer José Bornacelly
25 1992 Alfredo "El Pollo" López Hernando Marín Valledupar del alma Declarado desierto
26 1993 Alberto Rada Ivo Luis Díaz Dame tu alma Alcides Manjarrez
27 1994 Julio Rojas Iván Ovalle Poveda Yo vivo enamorado del Valle Guillermo Arzuaga
28 1995 Freddy Sierra Hortensia Lanao ¿Qué hago Señor? Andrés Barros
29 1996 Juan David "El Pollito" Herrera Alfonso Cotes Maya La cabeza de Pavajeau Wilman Felizzola
30§ 1997 Gonzalo "El Cocha" Molina Emiliano Zuleta D. Mi pobre Valle No hubo
31 1998 Saúl Lallemand Luis Cujia Yo soy el cantor José Ariza
32 1999 Hugo Carlos Granados Félix Carrillo Mi pobre acordeón Julio Cárdenas
33 2000 José Ma. "Chemita" Ramos Jr. Santander Durán Cantares de Vaquería José Bornacelly
34 2001 Álvaro Meza Wiston Müegues La Estratificación Julio Salas
35 2002 Navín López Melquisedec Namén Vestida de gloria José Félix Ariza
36 2003 Ciro Meza Martha Guerra Un soncito tolimense Teobaldo Peñaloza
37 2004 Harold Rivera Guillermo Doria Raíces de Oro José Félix Ariza
38 2005 Juan José Granados Julio César Daza Sueño Vallenato Julio Cárdenas
39 2006 Alberto Jamaica Ever Jiménez El Valle es tu casa Rubén D. Ariza
40§ 2007 Hugo Carlos Granados Santander Durán Entre cantores José Bornacelly
41 2008 Cristian Camilo Peña Rafael Escobar El que te canta José Félix Ariza
42 2009 Sergio Luis Rodríguez Willian Klinger Yo también soy vallenato Martín Lozano
43 2010 Luis Daza Maestre Poncho Cotes Jr

 Rey de Reyes

 

Voir les commentaires

Repost0