musiques latines

Publié le 6 Novembre 2008

Qu'est-ce que la salsa? Johnny Pacheco répond #SalsaEsCultura. Johnny Pacheco est un musicien, compositeur, arrangeur, producteur et directeur musical né en 1935 à Santiago de los Caballeros, en République dominicaine.

La Salsa est un mouvement musical né à la fin des années 1970. Ses origines sont les musiques afro-cubaines et s'est développée dans les pays des Caraïbes notamment (Etats-Unis, Porto-Rico, Cuba, Colombie). Dans ce dernier pays, sur la côte Pacifique se démarque par une floraison de salseros comme Alexis Murillo y Los Nemus del Pacifico, le Grupo Niche y Orchesta Guyacan, et Yuri Buenaventura qui prit Paris pour port d'attache.

Le mot "Salsa"

Ce mot signifiant "Mélange" ou "Sauce" en espagnol fût plusieurs fois utilisé par des artistes dans leurs chansons avant d'être définitivement adopté par la maison de disque "Fania" pour illustrer la musique latine en général. Fania Records a donné le dernier élan au genre en enregistrant et en distribuant les albums de la grande majorité des stars de la salsa des années 1970. Au sein de cette société, le groupe Fania All Stars, un orchestre regroupant un grand nombre de musiciens et de chanteurs de salsa comme: Ray Barretto, Willie Colón, Johnny Pacheco, Rubén Blades  Héctor Lavoe, Ismael Miranda, Cheo Feliciano, Bobby Cruz et des artistes invités tels que Tito Puente, Celia Cruz et Eddie Palmieri.

Généralement les cubains n'aiment pas utiliser ce mot car il identifie trop l'empire américain et préfère les termes de Songo ou Timbao et ne danse pas la Salsa mais le Casino. Les afficionados de la salsa utilise ce terme pour identifier plus spécifiquement les styles musicaux tels que la Salsa Dura, Salsa Nueva Era, Salsa Romantica, Timba, Songo.

Elle est issue d'un métissage afro-caribéens de plusieurs styles musicaux et des danses qui y sont rattachées. Ses parents sont donc le Mambo et le Son Montuno, mais il coule aussi dans ses veines de la Guaracha, de la Plena et de la Bomba.  Les variations à base d'instruments européens, africains et créoles ont produit beaucoup de combinaisons en fonction du style de la musique interprétée ou des instruments joués. Beaucoup d'ensembles cubains sont dérivés de la tradition orchestrale alors que d'autres sont une combinaison de styles de musique folklorique et paysanne. La Salsa, au sens large, regroupe plusieurs styles rythmés au son du  mambo et la guaracha de Cuba, la plena et la bomba de Porto Rico, et différents styles tels que la charanga ou le conjunto. Mais il est principalement basé sur une fusion de son montuno et de mambo. Par confusion ou but commercial, on utilise parfois le terme "salsa" pour y englober d'autres genres incompatibles tel que le merengue, le cha-cha-cha, voire même la latin-house ou la cumbia.

Pour étudier les racines de la salsa, nous devons nous tourner vers Cuba à cause de ses contributions énormes à ce type de musique, mais aussi des pays comme les USA, Porto Rico, le Venezuela, le Mexique, la Colombie et la République dominicaine ont aussi contribué au développement de la salsa, mais c'est à Cuba que furent développées ses bases.

Techniquement, la salsa peut être décrite comme un terme général qui regroupe toutes ces musiques, lesquelles sont toutes structurées autour d'une cellule rythmique appelée clave. Ce qui distingue le rythme de la salsa est cette structure rythmique dans laquelle présence et rythme sont strictement maintenus par les musiciens et les arrangeurs, qui créent ainsi une base rythmique unique dans les styles musicaux d'origine afro-caraïbe. L'intégration de la percussion dans la culture populaire est peut-être la caractéristique dominante des musiques afro-cubaines.


 

Grâce à sa voix perchée (qui ressemblait à celle d'un jeune homme), son excellent sens du timing et son phrasé, Héctor Lavoe est considéré par beaucoup de fans de musique latine comme un des meilleurs chanteurs salsa de tous les temps, et il est surnommé El cantante de los cantantes (Le chanteur des chanteurs). El Cantante, véritable ode à la souffrance et à l’indifférence des autres, à la solitude de l'artiste, ressemble d'ailleurs plus à un poème écrit par Ruben Blades à sa gloire misérable.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #salsa, #Musiques latines

Repost0

Publié le 30 Juin 2008

Ernesto Perez, plus connu sous le nom de El Chapo de Sinaloa, né à Badiraguato, à Sinaloa est un chanteur et un musicien mexicain de musique norteña.

Connu aussi pour ses aspects de charmeur moustachu, Il obtient petit à petit à petit une grande popularité lors de ses passages dans les plus grandes chaînes de radio américaines. El Chapo de Sinaloa est nomminé au Billboard Latin Awards 2006 pour le titre musical régional mexicain le plus diffusé à la radio, comme soliste masculin pour le titre Recostada en La cama  qui fait le bonheur de tous les chicanos !

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 9 Mars 2008

Porque el fuego de tus lindos ojos negros, alumbraron el cariño de otro amor!

26579_338721775975_41491460975_4181458_5424973_n.jpg

Julio Alfredo Jaramillo Laurido pour l'état-civil (né le 1er octobre 1935 à Guayaquil) est également connu sous le pseudonyme de Jota Jota ou encore celui de el Ruiseñor de America (le rossignol d'Amérique), est un chanteur équatorien. Il est le seul chanteur de son pays à avoir atteint une véritable célébrité en dehors de son pays, dont il est du reste parti pendant dix ans.

Biographie

Fils de Juan Jaramillo et Apolonia Laurido d'origine modeste, il commence à travailler très jeune comme cordonnier. Il grandit en écoutant des artistes comme Olimpo Cárdenas, Carlos Rubira Infante, qui l'inspirent plus tard dans ses chansons.

Il apprend à jouer de la guitare dans son quartier de Guayaquil. Avec deux de ses meilleurs amis il forme son premier trio. Ils se produisent à Manabí et à Esmeraldas.

Quelques années plus tard, il remporte plusieurs concours musicaux pour amateurs et gagne sa popularité avec l'enregistrement de son premier album intitulé Pobre mi madre querida (1955), en duo avec Fresia Saavedra. Il enregistre ensuite Esposa avec son mentor Carlos Rubira Infante, et l'année suivante la valse Fatalidad qui est alors jouée dans toutes les stations radiophoniques du pays.

Mais sa reconnaissance sur la scène artistique, il la doit au titre Nuestro Juramento , qui l'emmène à de nombreuses tournées en Amérique latine.

En juillet 1976, après plus de dix ans d'absence, Julio Jaramillo revient dans son pays, invité par les Galeries J.D. Feraud Guzmán à un programme à l'occasion de son anniversaire.Julio Jaramillo a produit quelques quatre mille enregistrements dans le style boléros, pasillos, valses, tangos et rancheras.

Jaramillo a créé ses propres compositions musicales, telles que Panadera, Guayaquileña et A mi madre sans oublier le célèbre boléro, Mi locura.

Il meurt le 9 février de 1978, d'un arrêt cardiaque consécutif à un problème rénal après deux opérations pour extraire des lithiases biliaires. Une rumeur circule sur le fait qu'il serait décédé d'un problème de cirrhose. En son honneur, chaque 1er octobre, jour anniversaire de sa naissance est consacré comme Día del pasillo ecuatoriano (jour del passillo) en Équateur.

Quelques succès connus
  • Nuestro juramento
  • Fatalidad
  • Reminiscencias
  • Rondando tu esquina
  • No me toquen ese vals
  • Cinco centavitos
  • Un disco más
  • Ódiame
  • Te esperaré
  • Alma mía
  • Los versos para mi madre
  • Senderito de amor
  • Bodas Negras

Voir les commentaires

Rédigé par Mario Scolas

Publié dans #Musiques latines, #Julio Jaramillo

Repost0