musiques latines

Publié le 3 Novembre 2017

L'amour de l'Espagne emprunte décidément des détours très variés.
L'amour de l'Espagne emprunte décidément des détours très variés.
L'amour de l'Espagne emprunte décidément des détours très variés.
L'amour de l'Espagne emprunte décidément des détours très variés.
L'amour de l'Espagne emprunte décidément des détours très variés.
L'amour de l'Espagne emprunte décidément des détours très variés.

L’espagnol après l’anglais fait partie des langues les plus parlées dans le monde et est la langue officielle d’une vingtaine de pays. 35 millions locuteurs hispaniques aux Etats-Unis d’Amérique sont d’origine hispanique. Au total l’espagnol est pratiqué par près d’un demi-milliard de personnes, ce qui en fait une des rares langues internationales.

L'hispanophilie désigne une amitié et un intérêt pour le peuple et les cultures des langues des peuples espagnols, tant en Espagne que dans son rayonnement culturel hispanoaméricain. Les personnes concernées sont alors qualifiées d'« hispanophiles ».

 

L'hispanisme (Hispanismo) quant à lui consiste en l'étude de la culture espagnole mais concerne également les personnes qui se laissent envoûter par la magie des cultures des peuples des pays hispano-américains.

La bataille de Puebla, le 5 mai 1862, lors de l'intervention française au Mexique.

La bataille de Puebla, le 5 mai 1862, lors de l'intervention française au Mexique.

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 18 Octobre 2017

Juan Diego Flórez, né le 13 janvier 1973 à Lima, est un ténor péruvien. Depuis ses débuts au festival de Pesaro en 1996, il est l'un des ténors bel-cantistes les plus en demande sur les scènes internationales. Son répertoire de prédilection tourne essentiellement autour de Rossini (Le Barbier de Séville, La Cenerentola, L'Italiana in Algeri...), Bellini (La sonnambula, I puritani) et Donizetti (Maria Stuarda, La Fille du régiment).

Invité des plus grandes maisons d'opéra du monde (Metropolitan Opera, Wiener Staatsoper, Teatro alla Scala, Opéra de Paris) et des plus grands festivals, Juan Diego Flórez se produit également beaucoup en récital.

¡Son aspectos como éstos los que reflejan el carácter de los pueblos! ¡Un abrazo a la hermana República del Perú desde Belgica. La flor de la canela es un vals peruano compuesto por la cantautora Chabuca Granda que se ha convertido en uno de las más representativos del Perú.

Déjame que te cuente limeño, 
Déjame que te diga la gloria 
Del ensueño que evoca la memoria 
Del viejo puente, del río y la alameda. 

Déjame que te cuente limeño, 
Ahora que aún perfuma el recuerdo, 
Ahora que aún se mece en un sueño, 
El viejo puente, el río y la alameda. 

Jazmines en el pelo y rosas en la cara, 
Airosa caminaba la flor de la canela, 
Derramaba lisura y a su paso dejaba 
Aromas de mistura que en el pecho llevaba. 

Del puente a la alameda menudo pie la lleva 
Por la vereda que se estremece al ritmo de su cadera. 
Recogía la risa de la brisa del río 
Y al viento la lanzaba del puente a la alameda. 

Déjame que te cuente limeño, 
Ay, deja que te diga, moreno, mi pensamiento, 
A ver si así despiertas del sueño, 
Del sueño que entretiene, moreno, tu sentimiento. 

Aspira de la lisura que da la flor de la canela, 
Adornada con jazmines matizando su hermosura; 
Alfombra de nuevo el puente y engalana la alameda 
Que el río acompasará su paso por la vereda. 

Y recuerda que... 

Jazmines en el pelo y rosas en la cara, 
Airosa caminaba la flor de la canela, 
Derramaba lisura y a su paso dejaba 
Aromas de mistura que en el pecho llevaba. 

Del puente a la alameda menudo pie la lleva 
Por la vereda que se estremece al ritmo de su cadera. 
Recogía la risa de la brisa del río 
Y al viento la lanzaba del puente a la alameda.

 

Laisse-moi te conter, Liménien
Laisse-moi te dire le plaisir
De la rêverie qu’évoque la mémoire
Du vieux pont, du fleuve et de la promenade
Laisse moi te conter Liménien
Tant que parfume encore le souvenir
Tant que restent bercées en rêve
Le vieux pont, le fleuve et la promenade
Du jasmin dans les cheveux, et des roses au visage
Elle marchait, gracieuse, la Fleur de la Cannelle
Elle répandait la douceur, et son pas laissait
des arômes du bouquet de fleurs, qu’elle portait dans son corsage
Du pont à la promenade, son pied souvent la portait
Par le sentier qui vibrait au rythme de ses hanches
Elle cueillait le rire de la brise du fleuve
Et le vent la poussait du pont vers la promenade
Laisse moi te raconter, Liménien
Ah, laisse moi te dire, mes pensées mon ami,
A voir si tu te réveilles du songe
du songe qui trouble tes pensées, mon ami,
Aspire la douceur qu’offre la fleur de la cannelle
Ornée de jasmins teintant sa beauté
Tapisse encore une fois, le pont et décore la promenade
Et le fleuve rythmera son pas sur le sentier

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 14 Octobre 2017

La musique populaire mexicaine

Don Emiliano Zapata disparaissait comme un éclair,
volait littéralement sur son cheval,
montait à dos de taureau,
lançait le lasso,
dressait les chevaux.

S. Robles

La musique populaire mexicaine est le fruit du métissage des musiques indigènes et espagnoles. Plusieurs éléments de la musique mexicaine sont antérieurs à la conquête espagnole, en particulier l'usage des percussions qui accompagnent traditionnellement les danses.

La musique était pour les Aztèques d'une telle importance qu'ils possédaient des conservatoires appelés cuicacallis, où des enfants de 12 ans s'exerçaient à cet art. Certains instruments de cette époque sont toujours joués aujourd'hui. La musique du Mexique est variée et comprend une large gamme de styles musicaux parfois influencés par la musique folklorique.

La Révolution a créé le corrido, chant héritier du romancero espagnol. Enfin, la musique des mariachis, qui se jouait au XIXe siècle à l'occasion des mariages, est restée très populaire. Un grand nombre de mélodies populaires mexicaines déjà anciennes et qui ne sont plus guère jouées que dans les zones touristiques du pays sont mondialement connues. Cielito Lindo, La Bamba, et bien d'autres font partie de la culture mexicaine et sont célèbres dans le monde entier.

La Petenera de México est la Petenera Huasteca, ses caractéristiques marquent un pont entre la musique espagnole et mexicaine. Provenant d'une région du Mexique connue sous le nom de Huasteca (des états de Veracruz, San Luis Potosi, Hidalgo, Querétaro et Tamaulipas), cette musique est jouée par un trio d'instruments (violon, huasteca jarana et cinquième guitare ou guitare huapanguera). On distingue toutefois la petenera huasteca, la petenera jarocha de la région de Veracruz, la petenera istmeña dans l'état d'Oaxaca, etc., bien que toutes conservent des liens structurels entre elles. Les caractéristiques rythmiques de cette musique sont l'utilisation de la syncope et des sesquiáltera, et l'utilisation de l'improvisation.

Dans les paroles de la Petenera huasteca, le thème de la Sirène est un thème central de sa chanson. Il a une structure de couplet de quatre versets, commune dans les peteneras de la chanson espagnole, qui s'étend à son tour avec l'addition de deux autres couplets, étant ainsi la forme métrique prédominante.

Les chants et les danses folkloriques mexicains sont accompagnés par plusieurs types d’orchestres dont l’instrument principal est la guitare. C'est toujours une ambiance de fête qui se dégage des chants et des danses.

Les mariachis expriment bruyamment leur joie de vivre, parfois jusqu'au délire. Ce sont des groupes populaires ambulants, accueillent le plus souvent deux violons, deux guitares à cinq cordes, deux trompettes et un guittarón, grande guitare basse. Le corrido, ballade folklorique composée de quatrains en vers et issue du romanza espagnol, est peut-être la contribution mexicaine la plus remarquable à la musique et à la poésie folkloriques américaines. Les mariachis appartiennent au patrimoine culturel immatériel de l'Humanité de l'Unesco.

La Ranchera est un style musical très populaire au Mexique et qui possède d'étroites relations avec les célèbres mariachis qui animent les fêtes mexicaines.Avec des guitares, des trompettes, des violons, des vihuelas, des harpes et des harmonicas, les Rancheros vont mettre en chanson des histoires sur la Révolution Mexicaine, la vie paysanne et quotidienne, ou des tragédies amoureuses.  Juan Gabriel était une légende de la musique populaire mexicaine, auteur de plus de 1500 chansons traduites dans toutes les langues, Parmi les autres représentants de la Ranchera on pourra citer Alejandro Fernández, Javier Solís, Pedro Infante, Lola Beltrán, Ana Gabriel ou Lucha Reyes. 

Originaire de Colombie, la cumbia sonidera est une musique dansante et entraînante, avec ces sons de cuivres, guitares et mandolines. La cumbia mexicaine commence pendant les années 1940 quand de nombreux chanteurs de Colombie ont émigré pour travailler dans les grands orchestres mexicains. Le nord du pays est un terrain particulièrement adapté; les conjuntos, notamment celui de Beto Villa, s’emparent de la cumbia et expérimentent dès le milieu des années 1960. Beaucoup de disques de musique norteña contiennent quelques cumbias cumbia sonidera parmi les autres styles.

Voir les commentaires

Repost0