racisme

Publié le 11 Janvier 2021

Affaire Ibrahima - Un rassemblement est organisé ce mercredi 13 janvier, à 15h, devant le commissariat de Gare du Nord

Un contrôle de police tourne au drame à Bruxelles: interpellé car il filmait les policiers, Ibrahima, est décédé après un malaise cardiaque au commissariat de police. Le jeune homme était en bonne santé physique, il est peu probable qu'une crise cardiaque l'ait secoué sans raison. Nous n'avons pas plus d'informations pour le moment. La police ne s'est toujours pas prononcée sur le sujet.

Sauf exception, toute intervention policière peut être filmée, photographiée ou enregistrée (à l’aide d’un smartphone par exemple). L’enregistrement audio peut également constituer une preuve.

En principe, les policier·ère·s ne peuvent vous forcer à arrêter de filmer si vous n’empêchez pas le déroulement de l’intervention.

En aucun cas, la police n’a le droit d’exiger l’effacement des images prises et ne peut pas non plus prendre votre matériel (téléphone, caméra, etc.) pour y effacer les images elle-même.

Elle n’a pas le droit de saisir mon appareil, sauf si elle a des indices qu’il est lié à une infraction (saisie judiciaire) ou qu’il s’agit d’un objet dangereux pour l’ordre public (saisie administrative).

Si la police procède à l’effacement d’images ou de vidéo ou à la confiscation du téléphone, vous avez intérêt à signaler poliment votre désaccord, à recueillir les preuves pour réagir éventuellement par la suite.

Vous pouvez toujours transmettre ces images à la presse ou aux autorités judiciaires. Si vous désirez les diffuser sur internet, il est préférable (mais pas toujours obligatoire) de rendre les policier·ère·s non-identifiables (floutage, bandeau, etc.) pour respecter le droit à l'image des policer·ère·s, droit incontestable mais qui n'est pas absolu et doit parfois s'effacer devant la liberté d'information.

brahima, 23 ans, est décédé samedi soir après avoir été interpellé pour, selon nos informations, avoir filmé un contrôle de police qui se déroulait à hauteur de l’esplanade de la gare du nord à Bruxelles. Ibrahima avait 23 ans.
Paix à son âme. 🕊

Quelques cas de violence policière ont été fortement médiatisés tels que :

En 2014, la Ligue des Droits Humains dénonce une banalisation des "bavures policières" avec de nombreux cas documentés à l'appui.

En 2020, la Ligue des Droits Humains lance un nouveau site, Police Watch (nouvelle version d'un site datant de 2013 sous le nom Observatoire des violences policières) pour recueillir des témoignages par rapport aux violences policières1.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Racisme, #Ibrahima, #Bruxelles, #2021

Repost0

Publié le 15 Décembre 2020

La Belgique, moins violente, mais tout aussi raciste que les États-Unis sous Trump? Lutter contre le racisme : plus que jamais d’actualité en Belgique.

Aujourd’hui, les conditions de naturalisation sont beaucoup plus complexes suite à un changement de législation poussé par le Vlaams Belang et la N-VA.

Andrea Rea

Andrea Rea, né à Auvelais, le 19 juin 1959, est un professeur de sociologie italien qui enseigne à l'Université libre de Bruxelles. Ses travaux portent sur l’étude des phénomènes migratoires, l’intégration des communautés étrangères dans la société belge et bruxelloise en particulier. Andrea Rea s’est vu refuser sa demande de naturalisation belge, en raison d’un “manque de preuves” sur “sa connaissance d’une des trois langues nationales, son intégration sociale et sa participation économique”.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Andrea Rea, #Belgique, #Extrême droite, #Politique, #Racisme, #2020, #Justice, #Droit de la nationalité

Repost0

Publié le 15 Décembre 2020

Consternación y racismo - Sesenta años en Bélgica, profesor universitario: Andrea Rea "no ha demostrado su integración en la sociedad belga". Eso se llama racismo.

Andrea Rea se graduó en ciencias sociales en 1982, antes de retirarse de la academia durante casi 9 años. En 1999, fue nombrado profesor de sociología en la ULB y se convirtió en director del grupo de estudio sobre etnicidad, racismo, migración y exclusión (GERME).

En 2000 se doctoró en sociología en la Universidad Libre de Bruselas tras defender su tesis: Inmigración, Estado y ciudadanía. La formación de la política de integración de inmigrantes en Bélgica .

Es investigador asociado del Centro para el Estudio de la Vida Política (CEVIPOL), donde pudo colaborar notablemente con Pascal Delwit y Jean-Michel De Waele en un libro sobre la extrema derecha belga.

Italiano de segunda generación, a Andrea Rea se le niega la nacionalidad belga en 2020 porque "no ha aportado pruebas de su integración".

Un laberinto de reglas y decisiones administrativas dignas de la película "Brasil" de Terry Gilliam. Cuando la realidad va más allá de la ficción...Sesenta años en Bélgica, profesora universitaria: Andrea Rea "no ha dado pruebas de su integración".

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Racisme, #Belgique, #2020, #Andrea Rea, #Politique

Repost0