revolution mexicaine

Publié le 2 Avril 2021

Siqueiros a réalisé une articulation entre l'iconographie du catholicisme avec un contenu hautement politique. Le réalisme est intéressant car il permet de voir la position de l'Église catholique sur la lutte idéologique entre l'art abstrait et un figuratif pendant la guerre froide.

La vie et l'œuvre de Jésus-Christ sont généralement reconnues par les croyants et les non-croyants.Les coïncidences indiquent toujours sa préférence pour les pauvres et pour la paix. Pour cette raison, il n'est pas surprenant qu'un peintre communiste comme David Alfaro Siqueiros, connu pour ses œuvres empreintes de réalisme social, ait réalisé une œuvre exposée au Musée du Vatican depuis les années 1970, connue sous le nom de «Christ de la paix». Au revers, Siqueiros a écrit cette phrase: "Chrétien: qu'avez-vous fait du Christ en plus de deux mille ans de sa doctrine?".

Le muraliste a grandi dans un environnement fortement catholique.

Au cours des années 1950, Siqueiros a mené une intense campagne de promotion au niveau international. Il a visité plusieurs pays d'Europe de l'Est et de l'Union soviétique. Il a également voyagé en Égypte et en Inde en 1956, où il a rencontré leurs présidents respectifs, Gamal Abdel Nasser et Jawaharlal Nehru, ce qui a donné à son voyage un caractère éminemment politique. Cette position a augmenté avec sa visite à Cuba en 1960, peu de temps après la consolidation de la Révolution sur l'île des Caraïbes. A cette occasion, il rencontre Fidel Castro, personnage dont il réalise plusieurs portraits à la fin des années 1960 et au début des années 1970. Cette position de forte visibilité de la part de l'artiste, associée au communisme et à un groupe émergent de nouveaux États laïques, non alignés et avec une position politique tendant vers le socialisme.

Voir les commentaires

Repost1

Publié le 20 Novembre 2019

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Mexique, #Révolution mexicaine, #Histoire

Repost0

Publié le 8 Mars 2018

De la mer nous les virent arriver
mes frères emplumés
c'étaient les hommes barbus
de la prophétie attendue

« La malédiction de Malinche » est l'une des chansons les plus représentatives du mouvement de la nouvelle chanson. Il a été écrit par le chanteur mexicain Gabino Palomares en 1975. La Malinche, de noblesse nahualt, fut vendue comme esclave et devint la maîtresse de Cortés qu'elle aida à conquérir la région occupée par le Mexique actuel. Figure forte de l'histoire mexicaine, elle est aussi appelée Malintzin (en nahuatl), Doña Marina, ou la Chingada selon qu'on la considère mère de la patrie ou traîtresse.

"La malédiction de Malinche", dénonce l'exploitation européenne et nord-américaine des peuples autochtones latino-américains. Mais par-dessus tout, cela met en évidence le racisme et le classisme dont souffrent les populations autochtones dans leur propre pays. C'est une forte critique du malinchisme latino-américain, c'est-à-dire de la préférence pour les cultures européennes ou nord-américaines au détriment de la culture nationale.

De nos jours, le mot « malinchista » est utilisé au Mexique pour identifier les compatriotes qui ont trahi leurs origines et leur pays : ceux qui mélangèrent leur sang et leur culture avec les Européens et les autres influences étrangères. 

Pour reprendre les mots de Jan musicologue Fairley, « La Malédiction de Malinche » est « l'une des chansons les plus importantes de l'Amérique latine. » A été interprété, entre autres, par Amparo Ochoa et le groupe Los Folkloristas et traduit en plusieurs langues.

De nos jours et dans différents genres, elle est comparée à la figure de la Vierge Marie, de La Llorona (figure folklorique de la femme en pleurs) et avec les soldaderas mexicaines (des femmes qui combattirent au côté des hommes pendant la Révolution mexicaine) pour sa valeur

Del mar los vieron llegar 
mis hermanos emplumados
Eran los hombres barbados 
de la profecía esperada.
Se oyó la voz del monarca 
de que el dios había llegado.
Y les abrimos la puerta 
por temor a lo ignorado.

Iban montados en bestias 
como demonios del mal
Iban con fuego en las manos 
y cubiertos de metal.

Sólo el valor de unos cuantos 
les opuso resistencia
Y al mirar correr la sangre 
se llenaron de vergüenza.

Porque los dioses ni comen 
ni gozan con lo robado
Y cuando nos dimos cuenta 
ya todo estaba acabado.

Y en ese error entregamos 
la grandeza del pasado
Y en ese error nos quedamos 
trescientos años esclavos.

Se nos quedó el maleficio 
de brindar al extranjero
Nuestra fe, nuestra cultura, 
nuestro pan, nuestro dinero.

Y les seguimos cambiando 
oro por cuentas de vidrio
Y damos nuestras riquezas 
por sus espejos con brillo.

Hoy, en pleno siglo veinte 
nos siguen llegando rubios
Y les abrimos la casa 
y los llamamos amigos.

Pero si llega cansado 
un indio de andar la sierra
Lo humillamos y lo vemos 
como extraño por su tierra.

Tú, hipócrita que te muestras 
humilde ante el extranjero
Pero te vuelves soberbio 
con tus hermanos del pueblo.

Oh, maldición de Malinche, 
enfermedad del presente
¿Cuándo dejarás mi tierra..?
¿cuándo harás libre a mi gente?

Voir les commentaires

Repost0