sorcellerie

Publié le 16 Novembre 2020

La magie et la sorcellerie au Mexique sont le résultat de la fusion des traditions occultes des Indiens préhispaniques et des Espagnols arrivés après la conquête, en plus des éléments du même type qui a donné des esclaves noirs.

Chez les peuples autochtones les plus isolés, la tradition ancienne contient peu de traits d'influences étrangères, bien que certains éléments espagnols, souvent réélaborés, en fassent partie; Parmi les métis ruraux, le syncrétisme des idées magiques de l'une et des autres cultures est plus évident, et même dans les zones urbaines, on peut observer de nombreuses manifestations de pensée et d'activités magiques qui sont un mélange des deux traditions. 

Au Mexique, parmi les habitants de différentes villes, il existe un bon nombre de maladies dont la cause n'est pas bien définie et on dit que des facteurs tels que la magie, la sorcellerie et d'autres éléments surnaturels contribuent à les produire.

À l'époque préhispanique , parmi les groupes autochtones de différentes régions, la maladie était considérée comme une punition de la part des dieux, dirigée contre ceux qui commettaient certaines fautes envers les dieux eux-mêmes ou liés à des rituels et des offrandes qu'ils devaient faire périodiquement. Par exemple, Tlaloc et ses assistants - le tlaloque - ont produit des maladies liées à l'eau, au froid et à l'humidité; Macuil Xochitl commandait des souffrances d'ordre sexuel; Xochiquetzal était chargé d'envoyer des maladies contagieuses; Nanahuatzin divers maux dans les yeux; Xipe Totec a causé la gale et d'autres maladies de la peau, etc.

Les spécialistes de l'époque devaient donc d'abord déterminer à quel dieu l'infraction avait été commise, puis appliquer le traitement approprié. Il y avait différents spécialistes selon la condition à guérir: le teixpatiani traitait les maux des yeux, le teitzminqui faisait des injections de sang, le tetlacuicuiliani extrayait le mal par succion, le teomiquetzani était chargé de réparer les os, le temixihuitiani ou sage-femme, les tepatiani avaient des connaissances sur les différentes plantes médicinales.

Les forces surnaturelles à l'origine des maladies interviennent également dans la manière de les traiter, la médecine à l'époque, restait complètement sur le plan du surnaturel et le ticitl (nom général des spécialistes de l'art de la guérison) avait un rôle très important puisque entre leurs mains était la sécurité du groupe, en ce qui concerne le maintien de la santé de ses membres. De cette manière, les spécialistes ont acquis une large connaissance des propriétés des différentes plantes, animaux et minéraux de la région où ils vivaient.

L'un des moyens par lesquels les spécialistes ont diagnostiqué les maladies a été l'utilisation de médicaments hallucinogènes tels que le peyotl, les champignons, les graines d'ololiuhqui et autres, en les ingérant pour entrer en contact avec les divinités, qui leur ont indiqué le mal qui affligeait le personne et le traitement à suivre.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Sorcellerie, #Mexique, #Magie, #Religion

Repost0

Publié le 25 Août 2020

Izalco est une ville du Salvador, située dans le département de Sonsonate à l'ouest du pays. Elle est située à 8 km au sud du volcan du même nom, inactif depuis 1996. 

La culture maya a commencé à se développer environ 3 200 ans avant le début du décompte du calendrier chrétien, mais on ne sait rien de l'origine de ses premiers colons. Le site pouvait être choisi comme lieu de passage ou de rencontre, des êtres qui vivaient à la fin de la période de chasse et de cueillette, car il était entouré de nombreuses sources d'eau, relativement proches de la mer et à proximité du volcan Ilamatepeque (El Viejo Volcán). Les volcans étaient des endroits obligatoires sur les routes de ces anciens voyageurs, car au milieu de la végétation abondante du haut d'un volcan, vous pouvez voir le prochain volcan et vous orienter. Les volcans ont également une signification spirituelle car la chaleur de la terre mère en est libérée.

Actuellement Izalco est une ville qui conserve son atmosphère coloniale, qui s'équilibre de manière équilibrée avec la technologie de notre temps. Izalco a de nombreuses attractions, telles que des cafés, des restaurants, des églises coloniales, des rivières avec de petites cascades, des lieux de tradition religieuse et indigène, le tout dans une ville ordonnée, avec des voies de communication en excellent état. En plus de la cordialité de ses habitants, il possède un centre touristique (sur les pentes du volcan Izalco) appelé atecozol, qui en langue Pipil (Nahuat) signifie «berceau du seigneur des eaux», dont les rivières alimentent de belles piscines et parcs, qui Ils sont dominés par une végétation exubérante où se détachent des arbres fruitiers comme les mangues, les sapotes, les caimitos, etc.

Izalco a été l'un des sites les plus touchés par le soulèvement paysan de 1932. Cette année eut lieu le soulèvement paysan, réprimé militairement par le gouvernement du général Maximiliano Hernández Martínez, causant la mort, selon les estimations, de 25 000 à 32 000 indigènes pipil. Ce génocide a poussé de nombreux Pipils à abandonner leur langue et leurs traditions, la répression qui a suivi en a conduit beaucoup à cacher leur langue et leur identité culturelle.

Cependant, dans la municipalité se manifestent diverses traditions populaires, représentatives du syncrétisme entre les cultures préhispaniques et européennes.

Izalco est l'un des derniers endroits où quelques personnes parlent encore la langue nahuatl. Dans le cadre d'un projet financé par la Fundación Círculo Solidario, le Nahuat est maintenant enseigné dans une école d'Izalco (école Dr. Mario Calvo Marroquin). Il y a aussi un intérêt renouvelé pour la préservation des croyances traditionnelles et autres pratiques culturelles des Nahuas, ainsi qu'une plus grande volonté des communautés d'accomplir leurs cérémonies en public et de porter des vêtements traditionnels.

Lorsque l'invasion européenne a eu lieu, leur savoir a été diabolisé par les premiers chrétiens, et donc, des seigneurs sacrés, pour leur connaissance de la nature, ils sont devenus des sorciers dans la pensée médiévale des Européens qui sont arrivés, et leur connaissance de la la nature et ses pratiques médicales: la sorcellerie. Mais le mot sorcellerie contient un concept de la tradition juive, chrétienne et musulmane, qui n'existe pas dans d'autres cultures, et ne fait pas partie de la spiritualité des peuples indigènes de ce continent

Les confréries, la Santeria et la pratique de la sorcellerie sont parmi les plus anciennes coutumes des Izalqueños et constituent l'un de leurs principaux attributs identitaires.

La tradition d'adorer le juste juge, par exemple, date de 1570 et dans ses activités il peut y avoir des éléments qui ne sont pas bien vus de la sphère chrétienne.

Avec plus de 90 000 habitants, Izalco est une commune dont 85% de sa population a des croyances héritées de leurs ancêtres.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Salvador, #Izalco, #sorcellerie, #El Salvador, #Pipils, #nahuatl

Repost0

Publié le 27 Avril 2019

Cet article est reposté depuis Encyclopædia of Gay and Lesbian Popular Culture.

Un médecin koweïtien مريم السهل affirme avoir inventé des suppositoires "prophétiques" pour soigner l'homosexualité.   Cette poudre de perlimpinpin pourrait faire sourire si elle n'alimentait pas une rhétorique homophobe insultante et discriminante.

Un médecin koweïtien مريم السهل affirme avoir inventé des suppositoires "prophétiques" pour soigner l'homosexualité. Cette poudre de perlimpinpin pourrait faire sourire si elle n'alimentait pas une rhétorique homophobe insultante et discriminante.

86% de la population Koweïtienne prétend croire aux esprits, et pratique la sorcellerie.

Ce n'est pas l'islamophobie. Quand une "idéologue" qatarienne auto-proclamée explique comment battre la femme, selon la tradition musulmane, cet individu le dit, sous sa responsabilité (sans que les mouvements féministes aient réagi, c'est connu), mais pas Il ne s'agit pas d'une campagne contre une religion pratiquée par des millions de personnes à travers le monde.

Citer le prophète Mahomet sur certains sujets incombe également à ceux qui le font, comme ceux qui, sur d'autres plans, commettent des atrocités, des massacres, qui préoccupent tout le monde, sous le «parapluie» des interprétations les plus rigoristes de l'islam. 

Il s’agit maintenant d’une "thérapeute" koweïtienne New age, appelée, selon plusieurs sites Internet arabes, Mariam Al-Sohel. C'est complètement délirant, l'homosexualité n’a jamais été une maladie !

La docteure Mariam Al-Sohel, invente des traitements très spéciaux qui relèvent de la sorcellerie plutôt que de la science.

Dans une interview, la "médecin" a déclaré avoir inventé un suppositoire anal basé sur la "médecine prophétique" du "prophète Mahomet", qui "guérit" l'homosexualité en "exterminant le ver anal qui se nourrit de sperme". Comment pourrait-il en être autrement, ses paroles ont été sévèrement critiquées. Une vidéo de son intervention sur Scope TV a été postée sur Twitter par Memri Reports. En France, des milliers d'internautes ont commenté la vidéo, n'hésitant pas à insulter مريم السهل et à partager des messages de soutien envers la communauté LGBT+.

Il n’existe au Koweït aucune association ou association caritative connue pour faire campagne pour les droits des LGBT ou organiser des événements éducatifs et sociaux pour leur communauté. 

مريم السهل
مريم السهل
مريم السهل

مريم السهل

L'endoctrinement et le recrutement dans le fanatisme, qu'il soit identitaire ou religieux, est la forme d'éducation la plus brutale et la plus douloureuse pour qu'un enfant devienne un meurtrier. Au Koweït, l’homosexualité est illégale et passible d’une peine de prison. Alors d'après-vous, les athées doivent-ils imposer leurs convictions, face à la construction des "symboles ostentatoires" dans nos espaces publics, que sont les temples religieux ?

Et pour le ver qui lui bouffe la cervelle, elle se les met où, les suppos ? L'obscurantisme de certains laisse sans voix...Bravo l’université au Koweït...Ils ont des puits de sciences en plus des puits de pétrole Quelle érudition !

Dr. Mariam Al-Sohel (مريم السهل) pense avoir trouvé un remède scientifique à l’homosexualité. Genèse d'une haine intellectuelle

Voir les commentaires

Repost1