theatre

Publié le 23 Avril 2022

Auguste Hanswyck dit Joris ou Yoris d'Hanswyck est un journaliste et écrivain belge1, né à Gand le 2,3 et décédé le 4. Auteur et coauteur de théâtre, anticonformiste3,5, il connait parfaitement le français et est passé à la postérité avec la comédie Bossemans et Coppenolle (1938), dont il partage la paternité avec le dramaturge belge Paul Van Stalle. Il collaborent, par ailleurs, à quatre autres vaudevilles : « Rien qu'une Nuit » en 1935, « L'Homme qui fut tué deux fois » en 1937, « Le pensionnat Deschaussettes » en 1939 et « Cavalcade d’humour » en 19406.

Il a aussi créé le personnage de Monsieur Peperbol. Monsieur Peperbol (1934), Peperbol en ribote (1935) et Madame Peperbol a tort (1936). Le sujet principal de ces pièces aborde la question linguistique en Belgique7. Il reprend les personnages dans un film en noir et blanc dirigé par le réalisateur Émile-Georges De Meyst et intitulé Les Peperbol à l’exposition. Le film a pour cadre l’Exposition universelle à Bruxelles8. Dans ce film l'actrice Berthe Charmal joue le rôle de Madame Peperbol.

Il publie sa seule pièce de théâtre, en néerlandais intitulée Sint Niklaas aan t’ front, (Saint Nicolas au front) écrite en collaboration avec Pierre de Wattyne et représentée au Théâtre Antoine, le 24 avril 191591011.

Auguste Hanswyck meurt en 1942.

Joris d'Hanswyck passe à la postérité avec la comédie Bossemans et Coppenolle (1938)
Joris d'Hanswyck passe à la postérité avec la comédie Bossemans et Coppenolle (1938)

Bibliographie

  • Bossemans et Coppenolle de Paul Van Stalle et Joris d'Hanswyck. Texte original de 1938 avec les expressions typiquement bruxelloises qui ont, malheureusement, été supprimées ultérieurement. Présentation et commentaires par Georges Lebouc, grand spécialiste du 'brusseleer'. Éditions Racine, 2003, (ISBN 2-87386-333-1).

Notes et références

  1.  « Bossemans et Coppenolle de P Van Stalle et J d'Hanswyck : Le fou-rire du théâtre belge » [archive], sur Bruxellons !,  (consulté le ).
  2.  Joris d'Hanswyck (préf. Georges Lebouc), Monsieur Peperbol, Bruxelles, Editions Samsa, , 162 p. (ISBN 9782875933362), p. 6
  3.  Revenir plus haut en :a et b « L'épilogue d'une double interdiction de pièces de théâtre à Paris : L'auteur, sujet belge, est expulsé », Le Petit journal, no 24327,‎ , p. 1 (ISSN 1256-0464, e-ISSN 2419-6215, lire en ligne [archive], consulté le )
  4.  Société des auteurs et compositeurs dramatiques, Annuaire de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques : 1939–1946, Paris, Commission des auteurs et compositeurs dramatiques, , 275 p. (lire en ligne [archive]), p. 263
  5.  « Concurrence déloyale », Le Libertaire, vol. 35, no 220,‎ , p. 3 (lire en ligne [archive], consulté le )
  6.  « Bossemans et Coppenolle – TRG » [archive] (consulté le )
  7.  « Festival Bruxellons! - Bossemans et Coppenolle » [archive], sur www.bruxellons.be (consulté le)
  8.  « Joris d’Hanswyck (1878-1942) » [archive]
  9.  Informations recueillies sur l’édition de L.J. Janssens en zonen dans leur Toneelbibliotheek (Bibliothèque théâtrale), 23e série, n° 9, publiée en 1920 à Anvers et conservée à la KBR, bibliothèque royale de Belgique.
  10.  (de) « Pierre De Wattyne (1885-19..) » [archive], sur data.bnf.fr (consulté le )
  11.  A. J. Van Hanswijk, « Sint Niklaas aan 't front : sprookje in één bedrijf / » [archive], sur lib.ugent.be, 1920. (consulté le )

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Joris d’Hanswyck, #Auguste Hanswyck, #Bossemans et Coppenolle, #Paul Van Stalle, #Zwanze, #théâtre, #1938, #Bruxelles

Repost0

Publié le 22 Février 2022

Jean Louvet est un écrivain et dramaturge belge né à Moustier-sur-Sambre le  et mort à La Louvière le 1. Auteur dramatique original, dont l'écriture est issue de sa terre natale traversés par la question sociale et l’identité wallonne, Jean Louvet est aussi un des promoteurs du Manifeste pour la Culture wallonne de 1983.

Biographie

Jean Louvet est né à Moustier-sur-Sambre le 28 septembre 19342 et reste profondément marqué par son enfance vécue dans un milieu de mineurs et d'ouvriers3. Il est toutefois pris en charge par un aristocrate cultivé qui lui donne accès à sa bibliothèque et accomplit ses humanités classiques à Namur, puis s'engage dans l'armée belge pendant trois ans pour payer ses études universitaires4.

Licencié en philologie romane de l’Université libre de Bruxelles (1959), Jean Louvet est nommé professeur de français à l’athénée de Morlanwelz5.

Influencé par Sartre et par Brecht, sa carrière littéraire commence au début des années 1960. Pendant la grève générale de l'hiver 1960-1961 contre la loi unique, Jean Louvet prend conscience de la possibilité qu'il a de créer une troupe de théâtre avec des comédiens amateurs qui se sont investis dans les Jeunes Gardes socialistes (JGS) afin de continuer l'action de cette grève retentissante en Wallonie67. Il choisit la ville de La Louvière pour y résider. Ainsi naît la troupe du « Théâtre prolétarien » de La Louvière qui présente, dès 1962, Le train du bon Dieu, sa première écriture (publiée en 1976)8.

Les pièces de Jean Louvet s’inscrivent « dans l’histoire, la vie et l’intériorité des êtres ». Le réalisme y rejoint le symbolisme et l’allégorie. Pour Jean-Marie Piemme, les pièces de Louvet ont un ancrage wallon, mais son regard s'étend au-delà9.

Dès 1980, le « Théâtre prolétarien » devient le « Studio-Théâtre de la Louvière »10, la troupe est composée de comédiens non professionnels. De plus, chacun(e) est convié(e) selon sa disponibilité à écrire sa propre pièce de théâtre, une approche qui rencontre un réel succès. Les pièces de Jean Louvet s’inscrivent dans l’histoire, la vie et l’intériorité des êtres. Le réalisme y rejoint le symbolisme et l’allégorie, le poids des idées contraste avec le raffinement de l’écriture11.

Le projet de film intitulé : "Marx à Bruxelles" n'a pas abouti. Y ont collaboré, outre Jean Louvet (scénariste) : Hubert Galle, Marianne Mesnil, Christian Mesnil et Yannis Thanassekos. Plus tard, en 1984, Louvet interprétera Louis dans "Terminus Tivoli" d’Hubert Galle12.

Coauteur et promoteur du Manifeste pour la culture wallonne (1983) qui connaîtra une deuxième édition en 2003, Manifeste pour une Wallonie maîtresse de sa culture, de son éducation et de sa recherche. Depuis sa création jusqu'à sa mort13, Jean Louvet préside Mouvement du Manifeste Wallon (MMW).

Jean Louvet a reçu le prix du « Wallon de l'année 2002 »14. Lauréat du prix de la SACD et du prix triennal de Littérature dramatique en 1984. En 1990, il a obtenu le Prix André Praga pour l’ensemble de son œuvre15.

"Les Funérailles de Monsieur Lumumba", est joué à plusieurs reprises depuis novembre 2007, à travers toute la Communauté française Wallonie-Bruxelles16.

En 2011, il est fait Chevalier du Mérite wallon17.

En août 2015, Jean Louvet assiste à la lecture de sa dernière pièce au Festival de Théâtre de Spa et meurt à La Louvière le 29 août 20151819.

Œuvre

  1. Le Train du bon Dieu (1962)
  2. L’An un (1963)
  3. À bientôt, Monsieur Lang
  4. Mort et résurrection du citoyen Julien T. (1967)
  5. Les Clients
  6. Le Bouffon
  1. L’Aménagement
  2. Conversation en Wallonie (dont la version inédite due à l’Ensemble Théâtral Mobile) (1978)
  3. La Farce du sous-marin (inédit)
  4. L’homme qui avait le soleil dans sa poche Prix triennal du théâtre (1982)
  5. Un Faust (1985)
  1. Le Sabre de Tolède
  2. Jacob seul
  3. Le Grand Complot : compte rendu dans Toudi20. (1990)
  4. Un homme de compagnie (1992)
  5. Simenon (1994)
  1. La nuit de Courcelles
  2. L'annonce faite à Benoît (1996)
  3. Le Coup de semonce (1995)
  4. Madame Parfondry est revenue
  5. Devant le mur élevé
  6. Pierre Harmignie, numéro 17 - Prêtre
  1. Ma nuit est plus profonde que la tienne (2003)
  2. Un goût de menthe poivrée
  3. Bois du Cazier (2006)
  4. Le Rebelle de Cométra
  5. Le Chant de l'oiseau rare
  6. Suivi de Poèmes
  • Comme un secret inavoué, Carnières, Belgique, Éditions Lansman, 2013, 36 p. (ISBN 978-2-87282-962-0)
  • La Souffrance d’Alexandre, Manage, Belgique, Éditions Lansman, 2014, 38 p. (ISBN 978-2-8071-0013-8)
  • Une soirée ordinaire, Manage, Belgique, Éditions Lansman, 2014, 38 p. (ISBN 978-2-8071-0013-8).
  • Tournée générale, Manage, Belgique, Éditions Lansman, 2014, 38 p. (ISBN 978-2-8071-0076-3) : la p. 4 de couverture de cette édition indique que Jean Louvet « est décédé le , peu de temps après avoir déposé ce manuscrit chez son éditeur. »
  • Au fil de l'histoire de Jean Louvet (ensemble de textes de l'auteur adaptés au théâtre par Armand Delcampe au théâtre Blocry de Louvain-la-neuve, le  et choisis par Vincent Radermecker) Strépy-Bracquegnies, 2016).

Notes et références

  1.  L'auteur et dramaturge Jean Louvet, chantre de l'identité wallonne, s'est éteint samedi [archive], La Libre Belgique, 30 août 2015
  2.  « Jean Louvet - Portail de la culture en Fédération Wallonie-Bruxelles » [archive], sur www.culture.be (consulté le )
  3.  « Institut Destrée, Centre de recherche européen basé en Wallonie (Europe) » [archive], sur www.wallonie-en-ligne.net (consulté le)
  4.  « Jean Louvet » [archive], sur bela.be (consulté le )
  5.  « Jean Louvet - Portail de la culture en Fédération Wallonie-Bruxelles » [archive], sur www.culture.be (consulté le )
  6.  « Jean Louvet | Connaître la Wallonie » [archive], sur connaitrelawallonie.wallonie.be (consulté le )
  7.  Franca Rossi, « Jean Louvet et le tout-au-prolétarien » [archive], sur La Libre.be (consulté le )
  8.  « Jean Louvet » [archive], sur bela.be (consulté le )
  9.  Jean Louvet, auteur dramatique. Prix du Wallon de l'année 2002Namur, 4 février 2003 [archive]
  10.  stll.be [archive]
  11.  « LOUVET Jean » [archive], sur Site de La Louviere (consulté le)
  12.  « [Jean Louvet, scénariste : "Marx à Bruxelles"] » [archive], sur www.aml-cfwb.be (consulté le )
  13.  Jean Louvet, auteur et dramaturge wallon, s'est éteint à l'âge 81 ans [archive]
  14.  Wallon de l'année 2002, sur wallonie-en-ligne.net [archive]
  15.  « LOUVET Jean » [archive], sur Site de La Louviere (consulté le)
  16.  Franca Rossi, « Jean Louvet et le tout-au-prolétarien » [archive], sur La Libre.be (consulté le )
  17.  « Rudy Demotte a remis les premiers Mérites wallons » [archive], sur lalibre.be,  (consulté le )
  18.  « Louvain-La-Neuve : Au fil de l'histoire de Jean Louvet suivi de "Tournée générale" » [archive], sur WaWa Magazine le portail du Brabant wallon, tout sur le Béwé. (consulté le )
  19.  « LOUVET Jean » [archive], sur Site de La Louviere (consulté le)
  20.  Le Grand complot au cœur du sitde de Bois-du-Luc [archive]

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Jean Louvet, #Théâtre, #Belgique

Repost0

Publié le 28 Septembre 2021

Le XIXe siècle voit fleurir de nouveaux théâtres un peu partout dans la capitale comme par exemple, le Théâtre royal des Galeries inauguré en 1847, le Théâtre de l’Alhambra ouvert en 1874.

Le Théâtre royal des Galeries est un théâtre de divertissement bruxellois subventionné par la Fédération Wallonie-Bruxelles, situé Galeries Saint-Hubert. Inauguré en 1847, Il abrite une activité théâtrale qui continue d'accueillir 100.000 spectateurs par an1.

Les débuts

À l'origine, au 19e siècle, le théâtre programme du drame romantique, du mélodrame et de l’opérette2. Dans la première moitié du XXe siècle, la programmation devient avant-gardiste et comprend du ballet russe3.

Crédit Facebook

En 1951, le Théâtre est détruit et confiés aux soins l'architecte Paul Bonduelle et le décorateur Stéphane Jasinski. Si la salle conserve son aspect de style italianisant avec ses velours rouge et or, la restauration est réalisée pour que les 850 places soient dorénavant de face pour le confort du spectateur. Le peintre surréaliste René Magritte est l'auteur de la fresque « nuageuse » sur le plafond de la salle4,5.

Depuis 1953

Depuis 1953 on peut y assister aux spectacles de la Compagnie des Galeries fondée par Jean-Pierre Rey et subventionnée par la Fédération Wallonie-Bruxelles. Le répertoire comprend du théâtre de boulevard et des pièces d'auteurs belges allant du drame à la comédie. En plus, la compagnie donne une Revue satirique de fin d'année6.

D'un riche répertoire, ce théâtre a fait connaître au-delà de Bruxelles ses comédiens grâce, notamment, à la pièce Le Mariage de Mademoiselle Beulemans enregistrée et diffusée en 1978 par la RTBF ; cette représentation, diffusée en Belgique et à l'étranger, mettait en scène les acteurs fétiches comme Christiane Lenain, Jacques Lippe et Ania Guedroitz7.

La compagnie est actuellement dirigée par David Michels qui aussi met en scène « La revue ». 8,9 pendant la période des fêtes de fin d’année. 30.000 spectateurs en moyenne assistent à ce show satirique qui revisite l’actualité de l’année à travers l’humour10.

Le Théâtre des Galeries conserve son image de théâtre de divertissement où de nombreux auteurs contemporains sont prévus dans la programmation11.

Subventions

En 2016, la Société a reçu une subvention d’exploitation de 876.273,55 €. Pour ce faire, le théâtre doit programmer au moins 25 pièces différentes, dont au moins cinq d’auteurs belges, et accueillir au moins 120 000 visiteurs payants12.

Notes et références

  1.  « La légende du Théâtre des Galeries - Portail de la culture en Fédération Wallonie-Bruxelles » [archive], sur www.culture.be (consulté le)
  2.  « La légende du Théâtre des Galeries - Portail de la culture en Fédération Wallonie-Bruxelles » [archive], sur www.culture.be (consulté le)
  3.  Paysdehuy, « A la découverte du Théâtre Royal des Galeries à Bruxelles | Pays de Huy » [archive] (consulté le )
  4.  « Historique – TRG » [archive] (consulté le )
  5.  « Théâtre Royal des Galeries Saint Hubert » [archive], sur Vivre à Bruxelles,  (consulté le )
  6.  « Historique – TRG » [archive] (consulté le )
  7.  Paysdehuy, « A la découverte du Théâtre Royal des Galeries à Bruxelles | Pays de Huy » [archive] (consulté le )
  8.  « David Michels, une galerie de talents » [archive], sur Le Soir Plus(consulté le )
  9.  Cavalier Yves, « L’homme-orchestre des Galeries » [archive], sur La Libre.be (consulté le )
  10.  « La légende du Théâtre des Galeries - Portail de la culture en Fédération Wallonie-Bruxelles » [archive], sur www.culture.be (consulté le)
  11.  « Historique – TRG » [archive] (consulté le )
  12.  Paysdehuy, « A la découverte du Théâtre Royal des Galeries à Bruxelles | Pays de Huy » [archive] (consulté le )

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Théâtre royal des Galeries, #Christiane Lenain, #Théâtre, #Bruxelles, #1847, #Belgitude

Repost0