tunisie

Publié le 18 Mars 2015

Tentative  désespérée qui, en aucun cas, n'atteindra l'objectif recherché par les  auteurs et commanditaires de déstabiliser la TunisieTentative  désespérée qui, en aucun cas, n'atteindra l'objectif recherché par les  auteurs et commanditaires de déstabiliser la Tunisie

Tentative désespérée qui, en aucun cas, n'atteindra l'objectif recherché par les auteurs et commanditaires de déstabiliser la Tunisie

Une attaque au musée du Bardo, à Tunis ce mercredi, a fait au moins 22 morts dont 20 touristes étrangers selon le ministère de l'Intérieur du pays. La piste salafiste est la plus probable.  

À la mi-journée, des hommes armés sont signalés au Parlement tunisien, où ont lieu des auditions sur la loi anti-terroriste. Les députés sont évacués.

Les assaillants se replient dans le musée du Bardo, voisin de l'Assemblée des représentants du peuple, tuent plusieurs personnes et retiennent des otages.

Vers 15 heures, les forces de l'ordre tunisiennes donnent l'assaut du musée, dans lequel sont retranchés au moins deux terroristes armés de Kalachnikov. Deux terroristes et un policier sont tués pendant l'assaut et les otages sont libérés

Il est possible que l’objectif principal du commando était d’ailleurs le Parlement. Le Ministère de l'Intérieur tunisien confirme pour sa part une attaque terroriste ayant fait au moins huit morts dont sept étrangers et un Tunisien. Selon le porte-parole Mohamed Ali Aroui, une centaine de touristes se trouvaient dans le musée lorsque l'attaque s'est produite et "la majorité des touristes ont été évacués". M. Aroui n'a pas confirmé s'il s'agissait d'une prise d'otages, mais "il y a des informations selon lesquelles il y a encore des touristes" à l'intérieur, a-t-il ajouté, précisant que "les unités anti-terroristes sont entrées dans le musée". 

Une source sécuritaire au musée du Bardo a révélé à Business News, en ce mercredi 18 mars 2015, l’identité des deux terroristes tués lors de la prise d’otage. Il s’agirait de Hatem Khachnaoui, originaire de Kasserine et Yassine Laâbidi, de la cité Ibn Khaldoun.

Dans un pays en crise sociale et économique, les assaillants ont frappé le tourisme, secteur critique qui fait vivre 2 millions de Tunisiens, un cinquième de la population. Le musée du Bardo, même si rien ne dit encore que c’était la cible première, prend ainsi une forte importance symbolique. Il abrite une riche collection qui couvre la Préhistoire et les époques phénicienne, punique, numide, romaine, chrétienne et arabo-islamique, et tout particulièrement une exceptionnelle collection de mosaïques. C’est le plus grand musée de Tunisie. Et c’est devant le Bardo, qui jouxte le parlement, qu’ont eu lieu les importants settings des Tunisiens qui protestaient contre le pouvoir des islamistes, après la révolution de 2011.

Triste de l'attentat en Tunisie. Triste de voir le lourd bilan humain. Triste de voir le seul pays arabe qui a réussi son "printemps" (aussi avec l'élection libre d'un président non islamiste) à son tour touché par le terrorisme. Triste de voir que cet attentat va compliquer l'avenir avec des conséquences économiques importantes en faisant fuir les touristes et les investisseurs.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #Actualités, #2015, #Tunisie, #culture, #Terrorisme

Repost0

Publié le 17 Mars 2015

Qu’est ce que l’éveil musical et peut on parler aujourd’hui en Tunisie de l’existence de cette discipline pédagogique aussi bien dans les écoles de musique que dans les établissements chargés de l’enfance?

L’éveil musical est défini selon les experts comme un apprentissage dès le bas âge, à l’ouverture vers le monde sonore dont l’écoute est la base essentielle. Selon les psychologues, l’éveil des sons, des rythmes et des voix se fait dès le bas age jusqu’à l’age préscolaire car c’est cette tranche d’age qui est à la base de la construction de l’identité musicale de l’enfant et de sa personnalité.

Le musicologue et expert en éveil musical Ridha Benmansour estime que cette démarche d’apprentissage balbutie encore entre la théorie et la pratique: l’éveil est enseigné dans la théorie mais n’a aucune présence dans la pratique. L’éveil musical, comme il le définit, est un ensemble de démarches d’expérimentation liées aux sons et primordiales pour la découverte du talent chez l’enfant à travers son initiation précoce à la musique.

Il s’agit d’un excellent outil, sinon le premier, pour développer le sens de l’écoute et donc de faire connaître petit à petit chez l’enfant les ingrédients de base du langage musical. C’est cet éveil qui lui permettra par la suite d’avancer vers un autre stade, celui de la philosophie de la musique qui évolue selon les personnes et donc de dégager cette résonance de l’instrument dans la résonance du corps. Ce sont ses sessions d’éveil musical qui permettent, a-t-il expliqué, à l’enfant d’apprendre à écouter, à apprécier, à juger et donc de stimuler l’imagination à travers la voix, le rythme et le corps.

Dans la pratique, le responsable du département de musique et de danse au ministère de la culture Fethi Ajmi a tenu à préciser que les méthodes d’enseignement musical enseignées dans les 20 écoles publiques de musique (2 à Tunis et 18 dans les régions) n’accordent aucune importance à la matière d’éveil musical, bien que cette discipline est enseignée à l’Institut supérieur de musique de Tunis et à l’Institut supérieur des cadres de l’enfance à Carthage Dermech.

Partageant cet avis, Leila Ben Rhouma professeur universitaire à l’Institut supérieur des cadres de l’enfance a mis l’accent sur l’absence de cet apprentissage et d’exercice d’identité musicale dans les institutions de musique publique ou privées. Malheureusement, a-t-elle mentionné, les dioplomés dans l’éveil musical ne trouvent pas leur place dans les crêches.

Et les jardins d’enfants n’accordent pas à cette démarche l’importance requise pour faire découvrir aux petits « le jardin musical ». La musique, a-t-elle relevé, est enseignée comme une matière qui se prête plutôt à la déclamation pour préparer un spectacle scénique de fin d’année.

 

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 14 Mars 2015

Le CMAM est présent à travers deux box. L'un qui présente le Centre et ses publications monographiques et phonographiques et l'autre est consacré à l'Atelier de lutherie et de restauration. ça vaut le détour. Le Salon est ouvert tous les jours de 10h à 18h au palais des Congrès à l'Avenue Mohammed V.

Le CMAM est présent à travers deux box. L'un qui présente le Centre et ses publications monographiques et phonographiques et l'autre est consacré à l'Atelier de lutherie et de restauration. ça vaut le détour. Le Salon est ouvert tous les jours de 10h à 18h au palais des Congrès à l'Avenue Mohammed V.

Le premier salon des industries musicales, qui se tient dans le cadre des Journées musicales de Carthage, a ouvert ses portes ce samedi 14 mars

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #Tunisie, #Musiques tunisiennes, #2015, #Bons plans

Repost0