zwanze

Publié le 17 Novembre 2014

Gaston Schoukens (alias Felix Bell ou Félix Bell), né à Bruxelles le  et mort dans la même ville le  est un réalisateur et metteur en scène belge connu pour ses comédies, documentaires et farces en zwanze. Il figure parmi les pionniers du cinéma sonore en Belgique et un film pour la mystification du Faux Soir de 1943 qui ridiculisa les nazis et les rexistes.

 

Biographie

Gaston Schoukens naît le 5 février 1901 dans la capitale belge et est le fils de Jean-Baptiste Schoukens et Virginia Silvia Cammaert, agriculteurs originaires de Gooik.

En 1926, il a 25 ans quand il se fait connaître avec sa première comédie Monsieur mon chauffeur. En 1930, il réalise La Famille Klepkens, considéré comme le premier film sonore belge (le son est enregistré sur disque microsillon). En 1931, il réalise le premier long métrage belge utilisant le son optique qui rassemble musique et images sur un même support, dans Le plus joli rêve. En 1932, il tourne Le Cadavre no 5, avec Fernand Crommelynck, Édouard Bréville, Marguerite Daulboys, Lucien Mussière et Zizi Festerat.

Gaston Schoukens a été pendant près de trente ans la figure de proue du cinéma belge populaire. De fait il aborde un peu tous les genres, le documentaire (Le Football belge, 1922, La Grand'Place de Bruxelles, 1943), le film d’art (Nos peintres, 1926), le mélodrame (Tu ne sauras jamais, 1927), le drame patriotique (Les Croix de l’Yser, 1928, coréalisé avec Paul Flon) ou les comédies débridées, telles En avant la musique (1935)1 ou Bossemans et Coppenolle (1938).

Il est réputé pour ses farces en accent bruxellois, démarche proche de Marcel Pagnol à Marseille, qui ont eu un grand succès auprès du public, ce qui permettait à Schoukens d'autofinancer des films que les critiques de l'époque n'appréciaient pas2. Par exemple : Les Quatre Mousquetaires (1934)

Son film C'était le bon temps (1936) fut le plus grand succès des années 1930 en Belgique, seulement dépassé par Blanche-Neige et les Sept Nains de Walt Disney3. Grégory Lacroix, chercheur en histoire du cinéma à l'ULG, écrit cependant que « ses comédies populaires, qui amusèrent les foules avant la Seconde Guerre mondiale, finissent par lasser le public et apparaissent comme des comédies du dimanche pantouflardes4 ».

Paul Flon est souvent le directeur de la photographie de Gaston Schoukens.

Gaston Schoukens sort en 1955 « Un soir de joie » ; un film humoristique qui retrace l’histoire du « faux soir ». Il y présente le canular de Marc Aubrion (dit « Yvon ») comme le sommum de la zwanze bruxelloise afin de tourner  l’occupant en dérision5. Le film reçoit un immense succès du public, lors de sa sortie en salle. Quant à la critique, elle se divisa entre ceux qui trouvaient le film trop « léger » et ceux qui saluèrent l’évocation de la zwanze en brusseleir du quartier des Marolles6.

Il meurt le 10 avril 1961 des suit d'un cancer à 60 ans.

Filmographie

Gardons notre sourire - Schoukens, Gaston - 1937

Notes et références

  1.  Une histoire de fanfare et de Garde civique avec Gustave Libeau dans les décors du quartier de Bruxelles reconstitué qui s'appelait en 1935 Le Vieux Bruxelles, reconstruit en 1958 pour l'Exposition universelle sous le nom La Belgique Joyeuse. Gaston Schoukens y tournera son dernier film Scandale à la Belgique Joyeuse, sorti en 1959.
  2.  La Kermesse héroïque du cinéma belge, de Frédéric Sojcher, compte-rendu du premier juin 1999 de Cinergie
  3.  Programme mai et juin 2012 du Musée du cinéma de Bruxelles, p. 54
  4.  La mouvance provoc' du cinéma en Belgique (1963-1975) [archive] sur Cadrage.net, mars 2012
  5.  « Le faux Soir » [archive], sur www.belgiumwwii.be (consulté le )
  6.  Habiba Tem Mathieu Simonson, « La Cité des Ânes » [archive], sur EZELSTAD,  (consulté le )

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #Gaston Schoukens, #zwanze, #Rittche, #Cinéma belge, #Esther Deltenre

Repost0

Publié le 30 Mai 2014

J'ai horreur des beaux parleurs,
Des prophètes de malheurs,
Des biaiseurs et des raseurs,
Moi je n'aime que les zwanzeurs,
Si ma ville c'est son honneur,
Sème la joie et le bonheur.

 

Simone Max (vers 1903 - décédée à Saint-Josse-ten-Noode 23 août 1983) est une humoriste, chansonnière et comédienne bruxelloise célèbre pour sa zwanze qui appartient au patrimoine de la culture populaire bruxelloise avec ses dialectes populaires.

Née en 1903, Simone Max devient une artiste de cabaret haute en couleur, en s'illustrant dans des sketchs qui font la part belle aux quiproquos et aux sous-entendus coquins1. La Queue de Billard et La Télévision couleur sont révélateurs de cet humour ravageur teinté d'expressions brusseleer.

Simone Max interpréta des rôles au Vaudeville aux Galeries et à la Gaité.

Elle commence sa carrière en 1926 à l'Alhambra où elle est entrée dans les grâces de Marcel Roels en 1933

Polyvalente, elle crée et tient le cabaret "Mon Village" dans une cave de la rue des Poissonniers à Bruxelles2.

Elle interprète un rôle dans le film Far west, réalisé par Jacques Brel en 1973 et présenté au Festival de Cannes3.

Elle fit ses adieux au public en 1971 après 48 ans de métier.

Elle meurt le  à la clinique Saint Étienne à Saint-Josse-ten-Noode. Ses funérailles sont célébrées en l'Église royale Sainte-Marie à Schaerbeek, commune où elle résidait.

Filmographie

Discographie

  • Les Boules de l’Atomium
  • Les Deux Conférences
  • La Queue de billard

Notes et références

  1.  « Théâtre escapade » [archive], sur www.theatrescapade.be (consulté le )
  2.  « Théâtre escapade » [archive], sur www.theatrescapade.be (consulté le )
  3.  Fred Hidalgo, Brel, le voyage au bout de la vie, L'Archipel,  (ISBN 978-2-8098-2503-9, lire en ligne [archive])

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #Simone Max, #zwanze, #Bruxelles

Repost0

Publié le 25 Octobre 2013

1-IMG_6294.JPG

Si tu demandes à un echte brusseleir si y a encore des zwanzeurs qui écrivent des Fabelkes comme Virgile.

Ils te diront que ça n'existe plus. Et ils se mettront le doigt dans l'œil jusqu'à leur dikken tien passe qu'y en a encore un, et qui s'appelle Joske Maelbee et qui écrit des textes savoureux.

Joske Maelbeek, c'est Dominique Dognie. Depuis quelques années, il gribouille des fables en brusseleir. Et ce babeleur dans sa tête reste un indécrottable ketje qui a déjà à son actif plusieurs bazars qu'on appelle des livres. Dont le fameux "Best Tof" avec les inédits bruxellois de Jean d'Osta, de Virgile et de Joske Malbeek. Livre qui est publié aux Editions 180°.

On trouvera donc dans ce « Best Tof ! » six portraits bruxellois inédits ciselés par Virgile (du Pourquoi Pas), on apprendra que Jef Kazak de Jean d'Osta allait au théâtre ou à l'opéra et on découvrira surtout les Foebeltjes inventées par Joske Maelbeek dans la tradition de ses prédécesseurs.

Le tout illustré par L.M Carpentier et introduit par Georges Lebouc, assorti de quelques notes et de lexiques qui permettront à tous de goûter cet humour si particulier qu'est l'humour bruxellois.

Si ça te dit d'entendre la fable "Le Crayon et le Stylo" pour que ta schieve moralité t'emmène faire des zigs-zags. Si tu veux te rire une bosse, alors appuyez sur la vidéo et écoute ce qui va suivre...

 

1-IMG_6291.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #Zwanze, #Hunour, #Bruxelles

Repost0