rai

Publié le 14 Janvier 2008

Je suis analphabète, j'ai grandi orpheline. Mes parents sont morts peu avant la guerre, avant que les Américains ne viennent. On buvait le café avec du sirop, on grillait le grain du blé pour remplacer le café pendant la guerre. On s'habillait avec des couvertures. C'était l'époque des bons d'approvisionnement. Le louis d'or coûtait dix francs, on tapait aux portes pour vous en proposer. Quand la sirène sonnait, on fuyait dans les vignes, dans les trous. J'étais jeune, orpheline et sans foyer. J'étais perdue. Je dormais chez des gens qui m'employaient à l'occasion ; chez un capitaine, un Français, une Française, j'aidais au ménage, contre un peu de sous, des habits, en endroit où dormir. J'allais par-ci, par là. Quand il n'y avait plus de surveillance, on s'enfuyait. Je rencontrais des cortèges de mariage, j'entrais avec eux, je mangeais, buvais et m'amusais. Je devenais un peu folle, je voulais chanter. J'étais protégée ainsi. Je suivais le hamdaoua aïssaoua. Je jouais avec eux du bendir, pour les fêtes religieuses, les mariages. Ils me donnaient un peu d'argent.

Arborant diadèmes de perles et mains teintées au henné, elle  reste la chanteuse la plus prolifique et la plus créatrice du genre avec plus de 400 cassettes produites, 300 disques 45 tours, et 25 albums produits depuis 1954. Porte-parole des femmes du Maghreb, considérée par nombre de musiciens comme la mère du raï, elle a chanté l'amour, l'amitié le deuil, la guerre, l'alcoolisme, l'émigration, la révolte...et évoqué dans ses textes les thèmes des souffrances de son peuple. Étudiée dans tous les coins du monde ses anciennes chansons sont revisitées par les « raïmens » actuels et ses succès sont remixés par d'innombrables DJ sans réels talents.

Cheikha Rimitti الشيخة الرميتي (née Saidia Rimitti le 8 mai 1923 à Tessala, près de Sidi-Bel-Abbès en Algérie - décédée 15 mai 2006 à Paris) fut une chanteuse considérée comme la mère spirituelle du style raï tout style et génération et sexes confondus. Toujours copiée par les jeunes génération comme Khaled, Zahaounia, sans son autorisation, Cheikha Rémitti demeure cependant jamais inégalée !
Cheikha Rimitti الشيخة الرميتي (née Saidia Rimitti le 8 mai 1923 à Tessala, près de Sidi-Bel-Abbès en Algérie - décédée 15 mai 2006 à Paris) fut une chanteuse considérée comme la mère spirituelle du style raï tout style et génération et sexes confondus. Toujours copiée par les jeunes génération comme Khaled, Zahaounia, sans son autorisation, Cheikha Rémitti demeure cependant jamais inégalée !

Cheikha Rimitti الشيخة الرميتي (née Saidia Rimitti le 8 mai 1923 à Tessala, près de Sidi-Bel-Abbès en Algérie - décédée 15 mai 2006 à Paris) fut une chanteuse considérée comme la mère spirituelle du style raï tout style et génération et sexes confondus. Toujours copiée par les jeunes génération comme Khaled, Zahaounia, sans son autorisation, Cheikha Rémitti demeure cependant jamais inégalée !

 http://auto.img.v4.skyrock.net/6787/89396787/pics/3213259185_2_2_EJPVvh01.jpg

Biographie

D'origine modeste et paysanne, Saidia vécut dans la culture du chant rural. Orpheline trop tôt, élevée et exploitée par des "patrons" qu'elle a quittés à l'adolescence pour suivre une troupe de musiciens bédouins, la jeune Saidia connait la misère avant de se lancer dans les années 40 dans la chanson, à Relizane, Oran et ensuite Alger.

Cheikha Rimitti a posé les premiers jalons thématiques du raï n’a pas eu l’itinéraire d’un enfant gâté. Ce n’est que bien plus tard qu’elle intègre une troupe de musiciens avant de s’imposer comme la mamie la plus inspirée du raï.

A Oran, elle est associée à la naissance du raï, musique d'origine bédouine, utilisée par les femmes. Après l'indépendance, ses chansons lui valent d'être censurée par le régime du FLN. Rimitti provoqua à la fois en effet le FLN censeur et l'islam strict. Chantant l'amour, la femme, les excès de alcool, les corps emmêlés… et présidant à des fêtes arrosées à la bière, elle a très vite été boudée par l'Algérie officielle.

Dès la fin des années 40, sa lancinante voix androgyne est remarquée lors des fêtes du marabout Sidi Abed prolongées par des concerts.

Cheikha enregistre en 1952 "Cheikha Remettez Reliziana" qui est le titre de son premier album et qui inclue "Er-Raï Er-Raï".

Elle gagne son surnom au début des années 50 dans les bars où elle ordonnait au patron d'offrir la tournée aux clients : "Remettez, remettez ! remettez moi une tournée !  "rimitti", avec l'accent du pays.

Elle s'attire une réputation sulfureuse dès son premier succès, en 1954, avec "Charrak gatta", évocation à peine voilée du dépucelage dans lequel certains voient une attaque contre le tabou de la virginité[1].

Sur le plan de la diffusion, Rimitti, se fait connaître grâce à une émission de dédicaces présentée par Mériem Abed sur Radio-Paris captée en Algérie. Les fan de Rimitti, notamment dans les milieux ruraux, attendent avec impatience les vendredis soir, le magnétophone prêt pour l'enregistrement.

Saidia s'établit à Paris en 1979, où elle anime les soirées dans des cafés communautaires. Bien que mise à l'écart par les siens, elle devient peu à peu l'ambassadrice internationale du raï et atteint même un nouveau public à la fin des années 90.

Cheikha Rimitti fut récompensée par le Grand Prix du Disque 2000 de l'Académie Charles Cros.

Après « Nouar en 2002, à plus de quatre-vingt ans et sa voix aux étonnants accents mâles toujours aussi puissante, elle revient avec son dernier 'album en 2005 intitulé N'Ta Goudami (littéralement, "toi, face à moi") sorti chez Because Music, associant les bases traditionnelles du raï à des sonorités plus modernes qui fusionne des harmonies arabo-andalouses de la musique châabi, des paroles crues et improvisées de cette sorte de blues algérien et les rythmiques complexes et envoûtantes des gnawa africains du désert du Sud-Maghreb.

Cheikha Rimitti s'est éteinte d'un arrêt cardiaque à son domicile, à 83 ans le 15 mai 2006, deux jours après son concert au Zénith (Paris) où la diva chantait avec les "chebs", notamment Khaled. Elle venait d'enregistrer Nrohou nzorou avec le jeune Cheb Najim qui a été programmé dans plusieurs festivals l'été suivant. Ses 4 enfants vivent en Algérie.

Albums

  • Sidi Mansour (1994)
  • Ghir al Baroud (1996)
  • Cheika (1996)
  • Trab Music (2000)
  • Nouar (2000)
  • L'etoile du Rai (2001)
  • Live European Tour 2000 (2001)
  • Salam Maghreb (2001)
  • N'ta Goudami (2006) 

Cheikha Rimitti - C'est fini, j'en ai marre

Cheikha Rimitti, porte parole des femmes du Maghreb !

Voir les commentaires

Rédigé par Mario Scolas

Publié dans #Raï, #Musiques algériennes, #Cheikha Rimitti, #N'ta Goudami

Repost0

Publié le 18 Décembre 2007

Tamni Reda alias Reda Taliani (رضى الطلياني) est un chanteur et un musicien de raï algérien né en 1980 à El-Biar, une commune de la ville d'Alger. Aujourd'hui, il vit et travaille à Paris.

Biographie et évolution musicale

197765397.jpg

A l'âge de 5 ans, Reda poursuit une formation musicale au conservatoire de la musique arabo-andalouse de Koléa où il se met à l'étude de la mandoline et à d'autres instruments de musique. C’est sa façon de s’habiller qui lui a valu le surnom de Taliani, qui lui colle depuis son enfance. Il débute sa carrière musicale avec l'édition El Eulma en Algérie avec le producteur ISSAME de la production Eleulma phone avec qui il collabore pendant 4 ans, pour changer ensuite de producteur (Dounia production) et devient l'un des meilleurs chanteur du raï. Reda Taliani est parmi les chanteurs algériens contemporains le plus adulés des pays du Maghreb.

Les chanteurs et musiciens qui l'influencent le plus sont Cheb Khaled, Georges Wassouf, Santana, Bob Marley, Alpha Blondy qui sont ses chanteurs de référence. Il suit l'influence de la modernité de la chanson algérienne et du raï qu'il considère comme très riche dans sa diversité.[1]

La musique de Reda Taliani allie harmonieusement chaâbi, raï et d'autres styles musicaux traditionnels du Maghreb, dans plusieurs de ses chansons il décrit la triste réalité des jeunes en Algérie. Ses chansons expriment des textes fort au point où certains polémistes en mal de critiques qualifient d'excessifs et menant au suicide des jeunes certaines de ces chansons.

Aujourd'hui, il a été révélé aux yeux de la scène Rap-R'n'B Française avec "Partir loin" avec le 113 mais aussi dans Rai'nb Fever 2 avec la chanson cholè cholè avec laquelle il est récompensé par un cd de platine. Il collabore ensuite avec des artistes de rap comme Rim'K du 113 mais aussi avec Dj Kore et Bellek.

 

Discographie

Ache dani elwahd tayra, 2000.

Joséphine

Partir loin (avec le groupe de rap 113 dans 113 Degrés)

Bahr el Ghadar.

Dis moi

Loumina

khobz dar

Les algériens des kamikhazes

«Suis-le, il te fuit, fuis-le, il te suit». (El moudja li datou)

Cholé Cholé (avec le groupe Rappeurs d'Instinct), 2006

les algeriens rassa

mon coeur n'est pas peur

ntya tebghini

 

Liens internet

 

Notes

  1. Ahmed Ben Alam - L'Expression Dz.com

 

Sources Mario Scolas, Récupérée de « http://www.wikimusique.net/index.php/Reda_Taliani »

 

Voir les commentaires

Rédigé par Mario Scolas

Publié dans #Raï, #Reda Taliani

Repost0

Publié le 10 Décembre 2007

29496_1411776943746_1512182699_31014476_6966669_n.jpg

Najim Amari, mieux connu sous son nom d'artiste Cheb Najim لشاب نجيم (né le 18 janvier 1985, à Suresnes en Région Parisienne) est un chanteur de raï franco-algérien. Dans l’étymologie arabe, Najim signifie "étoile" et il semble effectivement être né sous une bonne étoile musicale. Associé au poète Salah Raoui (qui est son producteur, manager et ami), il met en avant les difficultés rencontrées par la jeunesse franco-algérienne. Il est adulé par la diaspora maghrébine et les amateurs de world music aussi bien pour sa voix souple et haut perchée que pour ses déhanchements suggestifs et sa présence artistique affirmée sur scène.

Biographie et évolution musicale


Né de l'union d'un père français et d'une mère algérienne séparés, le jeune Najim hérite de deux cultures complémentaires qui ne cesseront de l'influencer dans son amour pour la musique. Il passe une grande partie de son enfance en Algérie, auprès de ses grands-parents (Il me confie que certains membres de sa famille sont des musiciens confirmés) et se découvre très tôt une vocation pour le chant. Une capacité qu'il développera et mettra à profit dés l'âge de six ans en rejoignant la chorale de son village. Au sein de celle-ci, il se fera tout de suite remarquer pour son timbre de voix et pour son assiduité.

Cheb-Najim.jpg

C'est donc tout naturellement que, lors de fête de mariage, qu'il forge le grain de sa voix particulière, son style et son assurance vis-à-vis de son public, et s'inspire des grands noms qui l'ont précédé. Egalement bercé par la variété internationale (en effet, il se passionne pour Ben Harper, Elton John, Cheb Hasni, le hip-hop, et les beats Afro-Maghrébins), il utilisera cette double filiation pour se forger un style original varié et se montre avec une facilité déconcertante capable de changer de registre musical. A l'âge de 17 ans, en 2001, Najim obtient son baccalauréat en lettres et décide de retrouver sa mère en France. Il trouve rapidement ses repères dans les cabarets de la région parisienne, et se fait remarquer par Salah Rahoui qui est le producteur, auteur et compositeur et parolier de Khaled, Zahouania, Cheb Sahraoui, lesGipsy Kings...).

De cette rencontre naîtra un élément décisif pour sa carrière. Il enregistre un premier album, Kount Enhwes[1](en arabe : je cherchais) en 2004, un album aux sonorités sentimentales proches de son idole, le Rossignol du Raï. Cet album se vend à 8000 exemplaires et n'obtient pas un grand retentissement auprès de son public, malgré une grande qualité musicale[2]. mais c'est surtout sur scène qu'il se fait connaître avec succès sur des scènes aussi prestigieuses que le Cabaret Sauvage[3]  ou le New Morning.

Najim participe à divers plateaux de télé. Et puisque sa voix a un sens, il la prête aux autres pour demander la libération des otages et des journalistes (Florence Aubenas, Hussein Hannoun), pour une action d'aide aux mal logés, ou encore de solidarité pour les tremblements de terre en Algérie et au Maroc. Il est également interviewé par la télévision égyptienne en janvier 2008.

Le second album de Najim intitulé Saba, est différent du premier album, en effet ce second opus est voulu comme rétro aux accents raï authentiques puisés dans la culture bédouine. Najim pose une voix mature et porte les paroles de Salah Rahoui, auteur et compositeur de l'album, avec une vision vocale et instrumentale originale.

Les demandes de collaboration sont nombreuses : Alibi Montana, Larsen et Cheikha Remitti dont il a été choriste dans son dernier album. Il bénéficie d'une participation rare et honorifique de la diva du raï sur le titre Nrohou nzorou duo unique et exceptionnel enregistré quelques jours avant le décès de la diva Remitti. Ce duo a donc une valeur documentaire. Il a aussi à son actif 3 clips vidéo disponibles sur YouTube, très appréciés par ses fans. En 2007, Il participe au Festival National de la Chanson Raï d'Oran. Fin 2007, il offre à ses auditeurs de Myspace une version francisée de H’sabtek ana ainsi qu'une version medley remixée de plusieurs titres par DJ Youcef, mais c'est surtout une version Raï-guetton, penchant raï du reggaeton qui'il invente avec un titre qu'il intitule ne m'en veut pas... !

Ce chanteur de la nouvelle scène raï évolue surtout lors de ses concerts, ainsi il était présent notamment le 30 octobre 2007 au Festival Musique des Mondes à Meaux.

Début 2008, il est sollicité par la presse égyptienne, il jouit d'une reconnaissance artistique au Moyen-Orient, deux de ses clips vidéos passent en boucle sur deux chaînes égyptiennes notamment Mazzika TV, une chaine privée musicale qui diffuse en arabe et anglais connue pour diffuser son florilège de filles hyper-maquillées et Zoum TV.

Eté 2008, il repart en tournée au Maroc notamment à Casa Music !

Najim, collabore avec William Thongrasamy alias Willy Denzey, un artiste français d'origine laotienne de musique R&B/soul qui à la même tessiture de voix qu'Amine dans un titre intitulé Jusqu'au Bout Du monde et accompagne comme choriste  Kenza Farah (connue pour sa rencontre musicale avec la chorale Silence des Mosquées et le titre Cris de Bosnie)  dans Ya Mama  dans le cadre de la compilation  2008 de « Raï'n'B Fever ».

Le 12 janvier 2009, il est nommé pour recevoir un premier disque d'or.

Le 28 mars 2009, Najim participe au Concert pour les enfants de Gaza.

Il est l'invité le 5 juillet à Alger (esplanade Riadh El Feth), du grand compositeur, arrangeur, et producteur Safy Boutella pour l'ouverture du festival panafricain.

 
Perspectives musicales

23 ans, en 2008 et ...Najim a déjà trouvé sa place dans le firmament du Raï comme dans celui de la world music en faisant preuve d'une volonté d'ouverture et d'évolution.

Nul doute qu'il y parviendra. Des rêves de projets et de rencontre ne manquent pas pour ce jeune talent : il m'aurait pas déplu d'obtenir des propositions de "géants" dans des registres musicaux différents passant du chanteur britannique Robbie Williams, le rappeur new yorkais Puff Daddy et bien entendu dans le répertoire de musique arabe avec le chanteur marocain Abdelhadi Belkhayat m'intéressent mais je pense qu'il y aurait tant de propositions qui pourraient m'intéresser dans l'avenir : dit-il en souriant. D'ailleurs j'ai déjà fait un duo avec le groupe féminin Les Déesses et un autre avec le rappeur marseillais El Matador et dans mon album il y a aussi un duo avec le rappeur français d'origine haïtienne Alibi Montana, précise-t-il.[4]

Najim prépare actuellement un troisième album et un quatrième album. Un album de 6 titres à la couleur du bled et 6 enregistrements live de qualités. Il sera enregistré au Maghreb et prévu pour l'été 2008.

Cet albums  contiendra une chanson inédite très engagée à l'instar de Fananin bladi qui parle du thème de la corruption, d'immigration clandestine dans des conditions les plus déplorables. Najim refais le choix de s'engager au profit de ses frères tombés dans la misère....

cheb najim face copy
Albums

Kount Enhawes - Aladin/WMO -2006

  1. Les Algeriens
  2. Chafitini Omri
  3. L Emigia (L’immigrée)
  4. Kount Enhawes
  5. Linagdabha Ya Mma
  6. Min Fet El Hal
  7. Galbi Manek
  8. Ghalta Faita
  9. Agoudi Hdaya
  10. Jit Nahkilek

Saba - Virgin/Emi Music et 1Pact Music Prod (Paris) - 2007 (distribué également par Fassiphone)

  1. Nrohou nzorou - feat Cheikha Rimitti (Célébration des personnalités saintes sur un rytme festif, cette chanson rend hommage aux principaux saints du Maghreb , la tradition ancestrale est de les célébrer en visitant leur tombeaux avec fantaisie). 04:58
  2. Fananine Bladi (hommage aux algériens assassinés par le terrorisme en Algérie) 03:31 - repris dans une Compilation Urban Raï.
  3. Twahachtek bezef - ft Alibi Montana 03:30
  4. Raha walete - ft Larsen 04:42
  5. Rani la wahdi 03:47
  6. El Saba (La Récolte) (est un chant traditionnel Setifien qui a des airs de musique celtique et évoque l'amour) 03:53
  7. El mra mataghbenhech 05:23
  8. El mesjoune 04:34
  9. Saadia   04:24
  10. Chaal sabrat  05:06
  11. Ya zarga 04:36
  12. H'sabtek Ana ((Peur de te donner mon cœur) J'ai cru que tu étais comme certaines qui ont joué avec mes sentiments. J'ai eu peur que tu ne sois pas fidèle, C'est pour cette raison que je me protégeais) 04:36 - La chanson est interprétée également en français.

Singles

 2009 : Près de toi (Suddenly) (Avec Arash & Rebecca) (EMI/Virgin)



Ses musiciens associés sur scène dans cet album

  • Réda Samba - batterie
  • Jean-Baptiste Ferré - pianiste
  • Benoît Dordolo - bassiste
  • Nasser Beghdad - violon
  • Ha-lé - guitares
  • Nabyle Tamara - percussions


Montage de fan

 

Concerts prévus

Najim et ses fidèles musicien à Fès en 2008



Notes et références de l'article

  1. Kount enhawes Enregistrement sonore-Cheb Najim-La Plaine St Denis: Aladin le musicien, DL 2006-1 disque compact. DLS-20060203-1102.
  2. d'après l'article Le bogosse du Rai publié le 24/09/2007 dans le journal casablancais Al Bayane
  3. Le Cabaret Sauvage est une véritable salle de concerts. Cette salle atypique a une capacité d’accueil de 600 personnes assises ou de 1200 personnes debout.
  4. Propos recueillis par Mario Scolas


 

cheb-najim.jpg

 
 
 

Najim was born in France to an Algerian father and a French mother. Upon his parents' separation, Najim, just 3 months old, moved to Algeria to live with his grandparents in Bordj Bou Arréridj, in east Algeria.  Music was an important part of his education: sang in family parties, in cabarets (Oran & Alger), was head of choir at school at only 6 & created his own band at 12!

He started in music very young at 6 with his uncles who were accomplished musicians. He performed on many social occasions singing mostly Sétifian music. At 15 he accompanied his uncles on a musical tour that took him to major Algerian cities. He also appeared on shows on Algerian television.

in 2001, the 17-year old Najim was reunited with his mother for the first time. In 2003, after finishing his studies, he moved permanently to France performing at different night spots in and around Paris. This is how he met Salah Rahoui (in Arabic صالح رحوي) who had written songs for Khaled, Cheba Zahouania, Cheb Sahraoui, Cheb Akil, Gypsy Kings. The resulting independent debut album of Najim in 2004 Kount Enhawes won great accolades and sold 8000 copies. Most of the material appears again in his first official studio album Hasbtak ana.

In 2007, with being signed Virgin Music France, Najim came back with his second official studio album Saba again produced by Salah Rahoui retro and modern sounds with great help from established names in rai. The album was notable for collaboration including Albi Montana and Larsen. He also found great support when the great diva of rai music Cheikha Rimitti sang a duo with him in the second album in te song "N'rouhou N'zourou".

Najim become the new value of the ai pop and the hope new generation and same best musiciens joint him playing in his band, Najim has juste 24 year old.
 

Albums

2004: Kount Enhawes (Aladin/WMO - Independent distribution)

Tracks: Les Algériens • Chafitini Omri • L'Emigia • Kount Enhawes • Linagdabha Ya Mma • Min Fet El Hal • Galbi Manek • Ghalta Faïta • Gouaâdi Hdaya • Jit Nahkilek

2006: Hsabtek ana

Tracks: Gouaâdi Hdaya • Chafitini Omri • Fananin Bladi • Galbi Manek • Ghalta Faïta • H'sabtek Ana • Jit Nahkilek • Kount Enhawes • L Emigia • Les Algériens • Linagdabha Ya Mma • Min Fet El Hal • N'rouhou N'zourou • Twahachtek Bezef

2007: Saba (EMI/Virgin)

Tracks:

"H'sabtek Ana" [Peur de te donner mon coeur]

"N'Rouhou N'Zourou" feat. ft Cheikha Rimitti [Célébration des Saints Patrons]

"Fananin Bladi" [Les artistes de mon pays]

"Châal Sabrat" [Elle a tellement souffert]

"Twahachtek Bezef" feat. Alibi Montana [Tu me manques]

"Raha Walete" feat. Larsen [Elle est revenue]

"Rani La Wahdi" [Je suis seul]

"Elle Saba" [La récolte]

"M'Ra Mataghbenhech" [Femme, ne la méprise pas]

"Mesjoune" [Le Prisonnier]

"Ya Zarga" [La Brune]

"Saâdia"


Singles

2004: "Jusqu'au bout du monde" (Willy Denzey & Najim)

2004: "Ya mama" (with Kenza Farah)

2009: "Près de toi (Suddenly)" (with Arash and Rebecca) (EMI/Virgin)



Voir aussi

 

Voir les commentaires

Rédigé par Mario Scolas

Publié dans #Raï, #Najim

Repost0