siboney

Publié le 29 Novembre 2021

Siboney, également connu sous le nom de Canto Siboney, est une chanson de 1927 du compositeur cubain Ernesto Lecuona qui faisait partie de la revue de 1927 La tierra de Venus, qui mettait en vedette la chanteuse Rita Montaner. Le terme « Siboney » fait référence à l'une des tribus indigènes qui habitaient Cuba avant l'arrivée des colons espagnols et fait office de symbole pour l'île.  L'auteur s'est inspiré en composant ce boléro de la nature cubaine, des fleurs, des oiseaux et du paysage, en particulier de la ville homonyme située sur la côte de Santiago de Cuba .

 

Siboney, yo te quiero
Yo me muero por tu amor;
Siboney en tu boca
La miel puso su dulzor;
Ven a mí que te quiero
Y que te adoro
Y qué eres para mi.
Siboney al arrullo
De la palma pienso en ti.
Siboney de mi sueño
Que no oyes la queja de mi voz
Siboney, si no vienes
Me moriré de amor.
Siboney de mi sueño
Te espero con ansia en mi caney
Porque tú eres el dueño
De mi amor Siboney.
Oye el eco de mi canto de cristal
No se pierda por entre el rudo manigual

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Nana Mouskouri, #Siboney, #Ernesto Lecuona, #Musique cubaine, #1927, #boléro, #Rita Montaner

Repost0

Publié le 29 Novembre 2021

Rita Montaner (Rita Aurélia Fulceda Montaner Facenda), née le  à Guanabacoa et morte le  à La Havane, est une chanteuse soprano et actrice cubaine. Elle s'est aventurée dans le théâtre, la radio, le cinéma et la télévision, obtenant un succès national et international notable et étant considérée comme l'une des plus grandes artistes de son pays. Dans les années 1940 et 50, elle fait des incursions dans de nombreux films mexicains, notamment dans le genre Cine de Rumberas.

Biographie

Fille de médecin, Rita commence à étudier le piano dès ses 10 ans et poursuit des études musicales et se met au chant à 16 ans. Elle étudie la musique en 1910 au Conservatoire de musique et de déclamation Eduardo Peyrellade de La Havane, avec Carmelina Pascual, solfège ; Pablo Meroles, théorie de la musique, harmonie, piano et chant ; à New York, elle fut disciple chanteuse du professeur italien Alberto Bimboni3.

Rapidement elle chante la zarzuela, qui convient à sa voix de mezzo-soprano, dans les théâtres de la capitale cubaine.

Elle triomphe dans la zarzuela Niña Rita d'Eliseo Grenet: la chanson Ay, Mama Iñes devient l'une des plus célèbres de la musique populaire cubaine. Puis elle chante Siboney (en) dans une autre zarzuela d'Ernesto Lecuona4.

Elle débute au cinéma aux États-Unis, puis collabore avec le pianiste Ignacio Villa dit "Bola de Nieve". Elle se produit en Europe, en France et en Espagne. À Cuba, elle interprète au piano des thèmes de L'Amour sorcier de Manuel de Falla. Elle participe à la présentation de l'œuvre du poète Nicolás Guillén, Motivos de Son, que les frères Grenet mettent en musique. Nicolas Guillén la surnomme alors « Rita de Cuba ».

Rita aborde le domaine de la musique afro-cubaine en interprétant en 1935 la Suite négroïde composée par Gilberto Valdés, accompagnée d'un orchestre comprenant percussions afro-cubaines et tambours rituels.

Elle tourne plusieurs films : Sucedio en La Havana, El Romance del palmar, María la O et Angelitos negros entre autres.

On la surnomme alors « La Única ».

Sa dernière représentation a été dans la comédie britannique Spring Fever, de Noel Coward, mise en scène par Rubén Vigón, qui se déroule en juillet 1957 dans la salle Arlequín de La Havane. La même année, atteinte d'un cancer, elle devient aphone, et meurt le 17 avril 19585.

En 2008, l'écrivaine cubaine Daína Chaviano lui rend hommage en l'incorporant comme personnage dans son roman L'île des amours éternelles (roman cubain le plus traduit de tous les temps, médaille d’Or du concours des Florida Book Awards).

Notes et références

  1.  (es) Rita Aurelia FulcedaNombreRita Aurelia Fulceda Montaner FacendaNacimiento20 de agosto de 1900Guanabacoa et La Habana, « Rita Montaner - EcuRed » [archive], sur www.ecured.cu (consulté le )
  2.  (es) « Cine de rumberas » [archive], Los diccionarios y las enciclopedias sobre el Académico (consulté le )
  3.  (es) Rita Aurelia FulcedaNombreRita Aurelia Fulceda Montaner FacendaNacimiento20 de agosto de 1900Guanabacoa et La Habana, « Rita Montaner - EcuRed » [archive], sur www.ecured.cu (consulté le )
  4.  Last Night in Orient- LNO ©, « Siboney, une rumba en fox-trot. » [archive], sur Last Night in Orient (consulté le )
  5.  (es) « La cubana Rita Montaner: la única » [archive], sur Granma.cu (consulté le )R

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Rita Montaner, #Musique cubaine, #Siboney

Repost0

Publié le 20 Novembre 2021

Ernesto Lecuona

Ernesto Lecuona (Ernesto Lecuona y Casado), né le  à Guanabacoa, près de la Havane et mort le  à Santa Cruz de Tenerife (îles Canaries), est un compositeur et pianiste cubain1,2,3. Il est considéré comme un musicien exceptionnel et le compositeur cubain le plus répandu au monde, non seulement pour la quantité d'œuvres préparées, mais aussi pour leur qualité4.

Biographie

Fils d'un journaliste espagnol établi à Cuba, il commence à étudier le piano à 5 ans, avec sa sœur, âgée de 14 ans de plus que lui, en ayant comme professeurs Hubert de Blanck et Joaquin Nin y Peyrellade5. Dès son plus jeune âge, il commence à gagner sa vie et à l'âge de 12 ans en tant que pianiste, il divertit les films muets qui sont projetés dans les cinémas6.

À seulement 13 ans, il compose sa première œuvre, une marche à deux temps intitulée Cuba y América, pour une bande orchestrale et plus tard ses premières œuvres importantes, Danzas Cubanas (1911) ou el Vals del Rhin (1912) dont la partition, malgré son titre, confirme sa tendance folklorique.

En 1913, il est diplômé du Conservatoire national de Cuba à La Havane et commence une grande tournée aux États-Unis, en Espagne, en France avec les Lecuona's Cuban Boys. Avec Gonzalo Roig et Rodrigo Prats, il forme la plus importante trilogie de compositeurs du théâtre lyrique cubain, tout particulièrement en matière de zarzuelas7.

Parmi ses compositions, ressortent des zarzuelas comme Canto Siboney (connue sous le titre de Siboney, et reprise en son cubain ou en jazz depuis), Damisela Encantadora, Diablos y Fantasías, El Amor del Guarachero, El Batey (1929), El Cafetal, El Calesero, El Maizal, La Flor del Sitio, Tierra de Venus (1927), María la O (1930) et Rosa la China (1932) ; les chansons Canto Carabalí, La Comparsa et Malagueña (1933), qui fait partie de sa suite Andalucía (et qui impressionne Maurice Ravel) ; ses œuvres pour danse comme Danza de los Ñáñígos et Danza Lucumí ; l'œuvre El Rumbero de Yarey, la Rapsodia Negra pour piano et orchestre comme aussi sa Suite Española.

Vers les années 1850, il visite Saint Thomas aux Iles Vierges, Casablanca au Maroc, Iles Madère, Madrid, où il remplit un contrat de plusieurs mois8.

Il meurt à Santa Cruz de Tenerife, (îles Canaries), le , après avoir refusé de retourner dans une Cuba devenue communiste1.

En 2008, l'écrivaine cubaine Daína Chaviano lui rend hommage en l'incorporant comme personnage dans son roman L'Île des amours éternelles (roman cubain le plus traduit de tous les temps, médaille d’Or du concours des Florida Book Awards).

Œuvres

  • Tierra de Venus (1927)
  • Canto Siboney9 (1929)
  • La comparsa (1930)
  • Andalucía (1933)
  • Malagueña
  • Cuba y América (banda de concierto, 1909)
  • Danzas cubanas (1911)
  • Vals del Rhin (1912)
  • Suite española (piano, 1928)
  • El Batey (zarzuela, 1929)
  • María la O (zarzuela, 1930)
  • Rosa la China (zarzuela, 1932)
  • Rapsodia negra (piano y orquesta, 1943)
  • El sombrero de Yarey (opéra)

Discographie

  • Music of the Americas (vol. IV) : Danzas cubanas, Danzas afrocubanas, Andalucía et Siboney - Polly Ferman, piano (DOMusic Productions DOM 2910 44)
  • Œuvres pour piano - Huberal Herrera, piano (1996, 3CD Autor/Decca 00289)
  • Œuvres pour piano - Thomas Tirino, piano (1997, 3CD BIS)

Références

  1.  Revenir plus haut en :a et b "Ernesto Lecuona 1895 -1963" at kha.it [archive].
  2.  Orovio, Helio (2004). Cuban music from A to Z. Revised by Sue Steward. (ISBN 0-8223-3186-1) A biographical dictionary of Cuban music, artists, composers, groups and terms. Duke University, Durham NC; Tumi, Bath.
  3.  Díaz Ayala, Cristóbal (1981). Música cubana del Areyto a la Nueva Trova. 2nd rev ed, San Juan P.R.: Cubanacan, p. 135 et seq.
  4.  (es) « Ernesto Lecuona - EcuRed » [archive], sur www.ecured.cu (consulté le )
  5.  « En Memoria a Ernesto Lecuona, el compositor gay cubano más universal - Cuba Eterna - Gabitos » [archive], sur www.gabitos.com (consulté le )
  6.  « En Memoria a Ernesto Lecuona, el compositor gay cubano más universal - Cuba Eterna - Gabitos » [archive], sur www.gabitos.com (consulté le )
  7.  (es) « Ernesto Lecuona - EcuRed » [archive], sur www.ecured.cu (consulté le )
  8.  (es) « Ernesto Lecuona - EcuRed » [archive], sur www.ecured.cu (consulté le )
  9.  Last Night in Orient- LNO ©, « Siboney, une rumba en fox-trot. » [archive], sur Last Night in Orient (consulté le )

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Ernesto Lecuona, #Siboney

Repost1