totalitarisme

Publié le 17 Février 2021

Durante más de un año, los habitantes también han sido limitados en su libertad de expresión y su libertad de movimiento, y están sujetos a propaganda, manipulación mental de los medios, vigilancia masiva, bajo el control de la amenaza del aparato coercitivo en Bélgica, de la que también son víctimas los adolescentes. Todos los días, la prensa nos informa sobre estas intimidaciones policiales, represión, procesos judiciales [...] la criminalización de ciertas resistencias está en la agenda en 2021.

Covid-19: sinistrosis de un gobierno belga que ejerce su poder de manera autoritaria y arbitraria, a través de las fuerzas policiales. Por ejemplo aquí, adolescentes encerrados en celdas sórdidas sin comer ni beber después de una "fiesta de encierro".

Covid-19: sinistrosis de un gobierno belga que ejerce su poder de manera autoritaria y arbitraria, a través de las fuerzas policiales. Por ejemplo aquí, adolescentes encerrados en celdas sórdidas sin comer ni beber después de una "fiesta de encierro".

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Bélgica, #Justice, #Covid-19, #Belgique, #Politique, #2021, #Néolibéralisme, #Totalitarisme, #Coronavirus

Repost0

Publié le 23 Décembre 2020

David Pestieau, vice-président du PTB, revient sur un élément important de ce qui s & # 039; est passé avec cette famille à ...

Publié par PTB dans & nbsp; mardi, 22 Décembre, 2020

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Waterloo, #Dictature sanitaire, #Coronavirus, #Belgique, #violences policières, #Totalitarisme, #2019

Repost0

Publié le 30 Avril 2018

Parce que depuis toujours, l'humanité tente de répondre aux grandes interrogations du monde. George Orwell était écrivain, penseur, mais aussi praticien du langage. Dans son roman «1984», il invente la «novlangue», un langage dont le but est l’anéantissement de la pensée, la destruction de l'individu devenu anonyme, l'asservissement du peuple. 

Les limites de mon langage signifient les limites de mon propre monde.

Ludwig Wittgenstein -Tractatus logico-philosophicus

Quand on s’exprime mal, on pense mal ou pas du tout. Le but de la novlangue dans 1984 est de parvenir à l’anéantissement de la pensée et remplacer le sens par le signal.

Françoise Thom

La novlangue, instrument de destruction intellectuelle 

La novlangue (en anglais Newspeak) est la langue officielle d’Océania, inventée par George Orwell pour son roman 1984 (publié en 1949). Le principe est simple : plus on diminue le nombre de mots d'une langue, plus on diminue le nombre de concepts avec lesquels les gens peuvent réfléchir, plus on réduit les finesses du langage, moins les gens sont capables de réfléchir, et plus ils raisonnent à l'affect. La mauvaise maîtrise de la langue rend ainsi les gens stupides et dépendants. Ils deviennent des sujets aisément manipulables par les médias de masse tels que la télévision. La transformation de la langue y devient le moteur de l'idéologie dominante.

 

Pour Orwell, la situation politique reflète le langage et si l'un est corrompu, il s'ensuit que l'autre doit l'être aussi. S'appuyant sur les constructions de la langue anglaise, il démontre comment le langage est utilisé dans la politique pour créer une fausse impression de sécurité, pour rassurer le peuple à obéir sans réfléchir.  Ce sont les mots qui permettent la contradiction, mais utilisées à perpétuité les contradictions deviennent admissibles, voire même analogues. 
Pour Orwell, la situation politique reflète le langage et si l'un est corrompu, il s'ensuit que l'autre doit l'être aussi. S'appuyant sur les constructions de la langue anglaise, il démontre comment le langage est utilisé dans la politique pour créer une fausse impression de sécurité, pour rassurer le peuple à obéir sans réfléchir.  Ce sont les mots qui permettent la contradiction, mais utilisées à perpétuité les contradictions deviennent admissibles, voire même analogues. 

Pour Orwell, la situation politique reflète le langage et si l'un est corrompu, il s'ensuit que l'autre doit l'être aussi. S'appuyant sur les constructions de la langue anglaise, il démontre comment le langage est utilisé dans la politique pour créer une fausse impression de sécurité, pour rassurer le peuple à obéir sans réfléchir.  Ce sont les mots qui permettent la contradiction, mais utilisées à perpétuité les contradictions deviennent admissibles, voire même analogues. 

Voir les commentaires

Repost0