1936

Publié le 17 Août 2021

Cuidaíto Compay Gallo , une chanson très populaire composée par Ñico Saquito en 1936.

La chanson a été écrite par Ñico Saquito en 1936 et est considérée comme l'un de ses plus grands succès, pour lequel tous les yeux se sont illuminés. C'est un morceau d'une grande notoriété dans les voix et les guitares du trio Matamoros, qui a enregistré la chanson et l'a rendue populaire. D'autres groupes l'ont incorporé à leur répertoire lorsqu'ils ont entendu quelques vers.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Cuidaíto, compay gallo, #Ñico Saquito, #Guaracha, #Son cubano, #musique cubaine, #1936

Repost0

Publié le 5 Juillet 2021

Frida est un prénom germanique synonyme de paix. Il était le choix de Guillermo pour sa troisième fille. Tout comme les nazis utilisaient les arbres généalogiques pour démontrer la pureté de leur sang, Frida s'en sert pour revendiquer ses origines « mixtes ».

Ce que vous ne saviez (peut-être) pas sur Frida Kahlo

Frida Kahlo peint en 1936 Mes grands-parents, mes parents et moi où elle raconte l’histoire de ses origines, tel un arbre généalogique. Elle a symbolisé ses grands-parents maternels mexicains par la terre, et ses grands-parents paternels allemands au moyen de l’océan. Elle est la petite fille du jardin de la « Maison bleue » où elle est née et décédée. Au-dessus figurent ses parents dans la pose de leur photo de mariage, puis ses grands-parents paternels et maternels.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Frida Kahlo, #Guillermo Kahlo, #1936, #Métissage culturel, #Métissage, #Racisme, #Culture mexicaine

Repost0

Publié le 14 Juillet 2020

1.
Y en a qui vous parl'nt de l'Amérique,
Ils ont des visions de cinéma;
Ils vous dis'nt " Quel pays magnifique "
Notre Paris n'est rien auprès d'ça.
Ces boniments-là rend'nt moins timide,
Bref, l'on y part, un jour de cafard...
Ca f'ra un d'plus qui, le ventre vide,
L'soir à New York cherch'ra un dollar
Au milieu des gueus's, des proscrits,
Des émigrants aux cœurs meurtris;
Il pens'ra, regrettant Paris:
R.
Où est-il mon Moulin d'la Plac' Blanche?
Mon tabac et mon bistro du coin?
Tous les jours étaient pour moi Dimanche!
Où sont-ils les amis, les copains?
Où sont-ils tous mes vieux bals musette?
Leur javas au son d'l'accordéon?
Où sont-ils tous mes r'pas sans galette?
Avec un cornet d'frites à dix ronds
Où sont ils donc?
2.
D 'antres croyant gagner davantage.
Font des rêves d'or encore plus beaux
Pourquoi risquer un si long voyage
Puisque Paris est plein de gogos?
On monte une affaire colossale,
Avec l'argent du bon populo,
Mais un jour, crac ...c'est le gros scandale:
Monsieur couch'ra ce soir au dépôt!
Et demain on le conduira
Pour dix années à Nouméa.
Encor un de plus qui dira:
R.
3.
Mais Montmartre semble disparaître
Car hélas de saison en saison
Des Abbesses à la Place du Tertre,
On démolit nos vieilles maisons.
Sur les terrains vagues de la butte
De grandes banques naîtront bientôt,
Où ferez-vous alors vos culbutes,
Vous, les pauvres gosses a Poulbot?
En regrettant le temps jadis
Nous chant'rons songeant à Salis,
Montmartre ton " De Profundis! "

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Où est-il donc ?, #Fréhel, #Vincent Scotto, #1926, #Chanson française, #Lucien Carol, #1936

Repost0