musique cubaine

Publié le 23 Octobre 2021

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #El huracán y la palma, #Adriano Rodríguez, #Guarionex Garay, #Trova, #musique cubaine

Repost0

Publié le 23 Octobre 2021

Antonio Gumersindo Garay ou Sindo Garay (12 avril 1867 à Santiago de Cuba - 17 juillet 1968 à La Havane) était un compositeur, chanteur et guitariste cubain. Il a enregistré d’innombrables albums et a créé plus de 600 œuvres qui dépeignent l’idiosyncrasie cubaine ; parmi ses chansons se détache son admiration pour sa patrie, ses paysages, ses femmes et son amour. Comme presque tous les cultistes de trova, Sindo a également travaillé sur la chanson et l'a fait avec une liberté rythmique.

Musicien cubain qui, sans avoir aucune formation académique, a su se tailler une place de choix dans la trova traditionnelle.

Le légendaire troubadour cubain était un acrobate, un clown, un conspirateur et l'un des plus grands compositeurs de l'île.

Les influences de l'opéra sont également reconnues dans sa musique. En raison des dates de référence, à la fin du XIXe siècle, il ne peut s'agir d'un autre opéra que l'opéra italien, apporté à Cuba par l'émigration française, ou par les compagnies qui passaient par l'actuel Teatro Oriente, à Santiago de Cuba, lorsque Sindo était un adolescent. D'un autre côté, d'une manière ou d'une autre, quelque chose a bu à la source du lied : dans des chansons comme Germania ou Guarina, il y a un certain souffle des chansons cultivées des romantiques et post-romantiques européens.

Biographie

Sindo+Guarionex 1906.jpg
 

Sindo Garay naît à Santiago de Cuba le 12 avril 1867. Dans sa famille de descendance espagnole et arawak., qui était très pauvre, il ne manquait jamais le charme de la musique.

Le plus grand représentant cubain de la Trova auquel il s'initie auprès du maestro José "Pépé" Sanchez. Avec Alberto Villalon, Rosendo Ruiz et Manuel Corona, il a fait partie des grands de la trova.

Plusieurs de ses créations ont un fonds politique. Pendant son enfance, il a agi comme agent de liaison pour le colonel Mambí José Maceo1. C'est également à cette époque qu'il rencontre José Martí il inclura donc dans son répertoire le poème Semblanza de Martí, basé sur la rencontre qu'il a eue avec lui.

À Santiago de los Caballeros (République dominicaine), il rencontre Petronila Reyes Zamora, qui sera la mère de ses cinq enfants : Eladio Guarionex (1901), María Guarina (1902), Julio Hatuey (1906) et Gumersindo Caonao (1910)2

En 1900, elle retourne dans son pays natal pour s’installer à Santiago de Cuba. À cette époque, il partageait sa vie de trova avec celle d’un artiste de cirque. En 1903, lors de son premier voyage dans la capitale cubaine, il a erré en tant que troubadour dans certains quartiers de La Havane et a fréquenté les portails du café Vista Alegre, un lieu fréquenté par de nombreux poètes et artistes du début du XXe siècle3.

En 1910, il enregistre pour le label discographique américain RCA Victor, mais des différends avec la direction de cette maison l’amènent à annuler ses contrats. Il compose alors son célèbre chant créole « La perla marina », qui ne sortira qu’en 1913, lors d’une représentation à succès au Teatro Martí de La Havane4.

En 1918, il s’installe avec sa femme et ses enfants dans la ville de Bayamo, où il compose son célèbre boléro « La bayamesa », qui sort sur certains disques sous le nom de « Mujer bayamesa ». En 1920, il décide de retourner à La Havane.

Il forme avec Villalón, Ruiz y Corona, le groupe des grands de la trova.

En 1928, il se rend à Paris, avec Rita Montaner et d’autres musiciens cubains, où il reste trois mois dans le cadre des programmes de La Havane.

Garay était le compositeur le plus remarquable de chansons de trova, et ses meilleures ont été chantées et enregistrées à plusieurs reprises. Perla marina , Adios a La Habana, Mujer bayamesa, El huracan y la palma, Guarina et bien d'autres font désormais partie du patrimoine culturel de Cuba5

Il meurt le 17 juillet 1968, à l’âge de 101 ans6.

Notes et références

  1.  (es) « José Maceo, el excelso guerrero de las tres guerras – CMKW Radio Mambí » [archive] (consulté le )
  2.  Rolando Morales, « Sindo Garay - Troubadour - Musique Cubaine » [archive], sur Cuba Trésor,  (consulté le )
  3.  Rolando Morales, « Sindo Garay - Troubadour - Musique Cubaine » [archive], sur Cuba Trésor,  (consulté le )
  4.  Rolando Morales, « Sindo Garay - Troubadour - Musique Cubaine » [archive], sur Cuba Trésor,  (consulté le )
  5.  Rolando Morales, « Sindo Garay - Troubadour - Musique Cubaine » [archive], sur Cuba Trésor,  (consulté le )
  6.  Rolando Morales, « Sindo Garay - Troubadour - Musique Cubaine » [archive], sur Cuba Trésor,  (consulté le )

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Sindo Garay, #Musique cubaine, #Trova

Repost0

Publié le 22 Octobre 2021

Les premiers groupes cubains ont joué de la musique populaire pour les danses et les théâtres pendant la période 1780-1930. Au cours de cette période, la musique cubaine s'est créolisée et ses origines européennes et africaines ont progressivement changé pour devenir véritablement cubaines. L'instrumentation et la musique se sont continuellement développées au cours de cette période.

Miguel Faílde Pérez, né le  à Matanzas (Cuba), est un compositeur et musicien et chef d'orchestre cubaincréateur du Danzón, danse nationale cubaine1,2 et fondateur de l'Orquesta Faíldetrès populaire, bien que ses plus grands succès aient été la création du danzón et ses compositions, dont beaucoup ont été adaptées à d'autres genres. Le danzón était, selon ses propres termes, un développement de la danse qui hérite de la contradanza.

Il figure aussi parmi les nombreux musiciens de son pays qui ont activement conspiré contre la domination coloniale espagnole pendant l'époque de la guerre d'indépendance de Cuba.

Biographie

Miguel Ramón Demetrio Faílde y Pérez naît le 23 décembre 1852 à Matanzas de l'union de Cándido Faílde, originaire de Galice, en Espagne, et de Justa Pérez, une métisse originaire de Matanzas3.

Son premier professeur fut son père, qui découvrit ses aptitudes pour la musique, puisqu'il maîtrisait le cornet à l'âge de 12 ans. A la mort de son père, il étudie, grâce à son frère aîné, avec Federico Peclier, professeur au Conservatoire de Paris4.

Il compose des contradanzas, valses, paso dobles, marches, et écrit en 1877 le premier danzón Las Alturas de Simpson, joué en public en 1879 au lycée de Matanzas, salle de bal très en vogue en présence d’un vingtaine de couples très élégants où les femmes portaient avec élégance des bouquets de fleurs5. Son orchestre était alors composé de tuba, trombone, clarinette, deux timbales et d’un cornet6.

Parmi son répertoire qui n'étaient pas que des danzones, on trouve des compositions comme: "La diosa japonesa", "Cuba libre", "Yo me voy para el otro mundo", "Los mascavidrios", "El mondonguito", "Antón Pirulero", "La serenata de Schubert", "Figurín, se acabó el merengue", la "Jota aragonesa", "Piña", "Mamey y zapote".

Il passe les dernières années de sa vie à se produire comme contrebassiste au Théâtre "Actualidades" de la ville de Matanzas7.

Il meurt le 8. Il est inhumé dans au cimetière de San Carlos Borromeo, Matanzas. 

Héritage musical

La figure de Faílde est essentielle dans la musique cubaine pour être connue comme le créateur du danzón, considéré comme la danse nationale de ce pays9.

Le danzón est la première danse créole qui constitue une expression digne de la musique traditionnelle cubaine qui a transcendé les frontières dans le temps sans cesser d'être un élément de l'identité du pays10.

Ethiel Failde, musicien et chef d’orchestre a su faire revivre l’héritage musical de son arrière-grand-oncle pour le transmettre aux générations futures11.

 

Notes et références

  1.  (es) Miguel FaíldeNombreMiguel Ramón Demetrio Faílde y PérezNacimiento23 de diciembre de 1852Matanzas et CubaFallecimiento26 de diciembre de 1921Matanzas, « Miguel Faílde - EcuRed » [archive], sur www.ecured.cu (consulté le )
  2.  « 23.12.16 | Miguel Faílde » [archive], sur www.fonotecanacional.gob.mx(consulté le )
  3.  (es) « Miguel Ramón Demetrio Faílde Pérez | Yucayo » [archive],  (consulté le )
  4.  (es) LaGazzettaDF, « Miguel Faílde, el creador del danzón » [archive], sur LA GAZZETTA DF,  (consulté le )
  5.  « Mundo Latino » [archive], sur Mundo Latino (consulté le )
  6.  Last Night in Orient- LNO ©, « Las Alturas de Simpson · La Orquesta Folklórica Nacional Cubana (La Charanga Típica Nacional de Concierta) » [archive], sur Last Night in Orient (consulté le )
  7.  (es) « Danzón - EcuRed » [archive], sur www.ecured.cu (consulté le)
  8.  (es) Miguel FaíldeNombreMiguel Ramón Demetrio Faílde y PérezNacimiento23 de diciembre de 1852Matanzas et CubaFallecimiento26 de diciembre de 1921Matanzas, « Miguel Faílde - EcuRed » [archive], sur www.ecured.cu (consulté le )
  9.  « 23.12.16 | Miguel Faílde » [archive], sur www.fonotecanacional.gob.mx(consulté le )
  10.  (es) « Las alturas de Simpson - EcuRed » [archive], sur www.ecured.cu(consulté le )
  11.  AfricaNews, « Le "Danzón", musique cubaine du XIXe siècle remise au goût du jour » [archive], sur Africanews, 2021-10-09cest18:03:08+02:00 (consulté le )

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Miguel Faílde, #Danzón, #Las Alturas de Simpson, #Musique cubaine, #Musiques latines

Repost0