cheikha rimitti

Publié le 12 Mars 2019

Dans les années 1970 , Remitti jouait principalement pour les immigrants algériens en France. Elle est décédée en 2006 à Paris, à l'âge de 83 ans, des suites d'une crise cardiaque. Elle a toujours joué régulièrement jusqu'à peu de temps avant sa mort.

Elle fut une chanteuse considérée comme la mère spirituelle du raï et comme la mère du raï moderne.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Cheikha Rimitti, #Raï, #Rani Alla M'rida

Repost0

Publié le 12 Mars 2019

Cheikha Remitti ou Rimitti, née Saadia El Ghilizania le 8 mai 1923 à Tessala, près de Sidi-Bel-Abbès et morte le 15 mai 2006 à Paris, est une chanteuse populaire algérienne de raï, Elle était incontestablement la mamie du raï et sa voix féminine par excellence

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Cheikha Rimitti, #Raï, #Musiques algériennes, #El Alia N'batou Ahna

Repost0

Publié le 12 Janvier 2019

C'est joyeux comme le Funk et profond comme le Blues, Creuset de tous les espoirs et de toutes les mélancolies, la musique RAÏ a de qui tenir son âme

Nourredine Gafaïti

Cheikha Remitti ou Rimitti, née Saadia El Ghilizania le 8 mai 1923 à Tessala, près de Sidi-Bel-Abbès et morte le 15 mai 2006 à Paris, est une chanteuse populaire algérienne de raï, Elle était incontestablement la mamie du raï et sa voix féminine par excellence.

Née le 8 mai 1923 à Tessala, dans la région de Sidi Bel-Abbès, Saâdia a dix ans quand retentissent les échos des premières dames de la chanson oranaise, au ton mutin et égrillard. Elles se nomment Fatma Bent El Meddah (auteur de "Fatma Fatma"), Kheira Guendil ("Sidi Boumediène" et "Ghir el Baroud"), Zohra Bent Oûda ("Khayef la yedouk") ou Zohra Relizana ("moula Baghdad"). Orpheline très tôt, elle s'installe à l'âge de vingt ans à Rélizane, grand centre agricole. Matériellement, comme dans tous les centres "coloniaux" en ces années 30, la situation est de plus en plus difficile pour les défavorisés. A cette époque, Saâdia va de quartier en quartier, dort dans les hammams. Elle fait parfois la bonne pour des ménages français en échange d'un lit et de quelques sous. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Rimitti se raccroche à une troupe de musiciens Hamdachis. Elle les suit de galère en galas, dansant jusqu'à l'épuisement total. A ce moment-là, des épidémies accentuent le sordide du quotidien. Rimitti s'inspirera de ce spectacle de désolation pour improviser ses premiers vers, son répertoire restera par la suite empreint de ce vécu. Sa rencontre avec le déjà célèbre Cheikh Mohamed ould Ennems, champion de la gasba, sera déterminante. Elle se met en ménage avec lui et il l'introduit dans le milieu artistique, la faisant enregistrer à Radio Alger. Mais c'est à Sidi Abed qu'elle se fait remarquer. Une femme lui suggère de la présenter à un Français qui enregistre des cheikhs. C'est en 1954 qu'elle connaît son premier succès national avec "Charrak Gattà". Quatre ans plus tard, "El-Hmam" et "Dabri dabri" l'imposeront définitivement comme la référence absolue. Mythe entre les Mythes, on s'arrache la " bienheureuse" (signification de son prénom Saâdia) pour animer fêtes de mariages et circoncisions. Rimitti, féministe avant que le mot n'existe, a chanté à l'aube des années 40-50 la difficulté d'être une femme et a osé exprimer la notion de plaisir charnel. En auteur prodigieusement fécond, elle a exploré toutes les formes de l'amour, célébré l'amitié, tenté d'expliquer les noyades dans l'alcool et déploré l'obligation d'émigrer. Elle a su également décrire la vie des nomades et des transhumants. Celle qui avait osé chanter les cafés juifs, en pleine guerre de libération, une ode à l'émir Abdel Kader, va subir, dès l'indépendance, les foudres de la censure la taxant de "folklore perverti par le colonialisme". A soixante-dix ans passés, se proclamant la " Moum Kalium" de l'Algérie, Rimitti ne se satisfait qu'a moitié d'une consécration internationale. Elle maugrée surtout contre les cheb qui l'ont pillée sans créditer ses droits d'auteur. La Hadja (la "sainte sage"), qui s'était produite en France une première fois en 1979, retourne régulièrement à Oran où elle a établi ses quartiers d'été. Elle ne boit ni ne fume depuis longtemps et vit encore dans une modeste chambre d'hôtel du 18ème arrondissement de Paris. Un peu amère, elle constate tout de même : "après tant d'années et de chansons, la chandelle est encore allumée ". En novembre 2005, elle sort son dernier album "N'ta Goudami" et part en tournée. De passage au festival du Printemps de Bourges en avril 2006 puis sur la scène du Zénith parisien le 13 mai, Cheikha décède 2 jours plus tard à son domicile parisien, elle avait 83 ans.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #N'ta Goudami, #Cheikha Rimitti, #Raï, #Musiques algériennes

Repost0