extreme-droite

Publié le 23 Novembre 2021

« Woke », ce mot américain désignant les personnes conscientes des oppressions que subissent les minorités, est détourné et brandi ad nauseam en France par les réactionnaires comme « le nouvel ennemi de la République ». Le but, disqualifier sans nuance toutes formes de lutte progressiste.

Wokisme, la novlangue au service de la propagande de l’extrême-droite

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 16 Mars 2021

Le but du Westland New Post aurait été de lutter contre l'infiltration communiste, plus précisément contre le KGB , au sein des instances officielles (armée, sécurité de l'Etat). Le groupe ne comptait que dix à quinze membres, dont Marcel Barbier et Michel Libert, deux anciens militaires de carrière. Un autre membre était Eric Lammers, un étudiant à l'école militaire, qui est décédé plus tard serait reconnu coupable du meurtre de deux diamantaires à Anvers.

Westland New Post en abrégé WNP était une organisation d’extrême droite belge1.

En 1974, des étudiants liégeois créèrent un groupe appelé Front de la Jeunesse qui deviendra le mouvement de jeunesse des NEM-clubs (NEM-Nouvelle Europe Magazine). De ce mouvement se crée un autre en 1979, le Westland New Post, un groupe néo-nazi aux aspirations terroristes2.

Paul Latinus, ingénieur en recherches appliquées pour les industries nucléaires et chef de ce groupe, fut un temps protégé par les leaders du Centre politique des indépendants et cadres chrétiens (CEPIC), l'organisation politique de Paul Vanden Boeynants3 dont les animateurs fréquentaient le Cercle des Nations, un ancien club belge qui se prenaient pour des « croisés » de la civilisation occidentale4. Latinus travaillait au cabinet ministériel de Cécile Goor5.

En 1982, le Front de la Jeunesse se présente aux élections de 1982 sous le sigle bilingue Forces Nouvelles - Nieuwe Krachten. En 1978, il est chargé de restructurer pour le durcir le «Front de la Jeunesse» de Francis Dossogne6 et Daniel Gilson7.

Christian Smets, un agent de la Sûreté de l'État belge infiltra le WNP jusqu'en . Selon certains auteurs le "pseudo groupe terroriste néo-nazi W.N.P." n'était rien d'autre qu'un appât destiné à piéger la Sûreté de l'État.

Le leader Latinus se suicida le . Le WNP se disloqua, à la suite de disputes internes.

 

  1. Des Taupes dans L'Extreme-Droite La Surete de l'Etat et le WNP, Editions Aden (ISBN 978-2-8059-0040-2, lire en ligne [archive])
  2.  Philippe Brewaeys, « Le plat pays et les enfants d'Hitler », Raison présente, vol. 88, no 1,‎ , p. 55–61 (DOI 10.3406/raipr.1988.2709, lire en ligne [archive], consulté le 16 mars 2021)
  3.  [1] [archive]
  4.  « L'ombre de l'extrême droite en Wallonie : le CEPIC » [archive], sur wallonica.org,  (consulté le 16 mars 2021)
  5.  La Libre.be, « Le journal "Pour", turbulent enfant de Mai 68 » [archive], sur LaLibre.be,  (consulté le 16 mars 2021)
  6.  « L'ex-leader d'extrême droite au tribunal à Bruxelles Francis Dossogne, détective privé d'agréation » [archive], sur Le Soir (consulté le 16 mars 2021)
  7.  « LE MINISTRE DE LA JUSTICE FAIT ROUVRIR LE DOSSIER DU SUICIDE DE LATINUS » [archive], sur Le Soir (consulté le 16 mars 2021)

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 16 Mars 2021

La Ligue mondiale pour la liberté et la démocratie, anciennement Ligue anticommuniste mondiale jusqu'en 1990, plus connue sous son ancien nom anglais World Anti-Communist League et son acronyme (WACL), est une association non-gouvernementale transnationale rassemblant plusieurs associations autonomes qui avaient comme dénominateur commun l'anticommunisme.

Wikipedia

Le WACL a été fondée à Taïwan en 1967, en partie à l'instigation de Tchang Kaï-chek, le chef du Kuomintang et président de Taïwan jusqu'à sa mort en 1975, en vue de fédérer les adversaires du communisme. Elle a perduré après la guerre froide et s'est donné une autre mission, défendre la liberté et la démocratie et plus prosaïquement les intérêts diplomatiques de Taïwan.

La Ligue anti-communiste mondiale a d’abord été utilisée sous Nixon pour étendre les méthodes de contre-insurrection en Asie du Sud-Est et en Amérique latine (le général Stroessner a été par exemple l'un des piliers de cette organisation).

Il est important de préciser que l'organisation n'est pas limitées à la lutte contre le communisme. Ils se sont opposés à toute forme de gauche, de socialisme ou de syndicalisme, y compris la théologie de la libération, les mouvements étudiants, progressistes, ouvriers et paysans organisés.

La World Anti-Communist League a collaboré étroitement à la mise en œuvre du plan Condor en Amérique latine et du plan Phoenix en Asie. L'Opération Condor était une campagne de répression politique et de terrorisme d'État soutenue par les États-Unis qui comprenait des opérations de renseignement et des assassinats d'opposants.

En mars 1977, à Asunción, se déroule la troisième réunion de la Confédération anticommuniste d’Amérique latine (CAL). S’y retrouve la fine fleur des dictatures, du général Gustavo Leigh, membre de la junte chilienne, au général président argentin Jorge Videla, en passant par tout ce que l’Amérique latine compte de tortionnaires et de membres des escadrons de la mort. La CAL est une émanation d’un mouvement international lié aux différents services de renseignement, la Ligue mondiale anticommuniste (WACL).

« Opération Condor », cauchemar de l’Amérique latine

Voir les commentaires

Repost0