culture

Publié le 29 Juillet 2019

Nos générations ne naturalisent plus en tant que «culture» la violence qui s'exerce sur d'autres animaux.

Elles ne sont pas non plus indifférentes à la crise climatique et écologique. La société industrielle cédera la place à quelque chose de très différent, mais ce ne sera pas nécessairement la société de l'information ou les chimères que les gouvernements veulent nous vendre. Ils ne veulent pas l'accepter, mais les preuves sont accablantes. Tout devra changer. Il n'y aura pas d'autre option.

Mario Scolas

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient - LNO ©

Publié dans #Environnement, #Culture, #Citation

Repost0

Publié le 27 Mai 2018

La culture n'est pas un attribut exclusif de la bourgeoisie.
La culture n'est pas un attribut exclusif de la bourgeoisie.

La culture n'est pas un attribut exclusif de la bourgeoisie. Les soi-disant «ignorants» sont des hommes et des femmes cultivés auxquels on a refusé le droit de s'exprimer et qui sont donc soumis à une «culture du silence»

Mario Scolas

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #Culture, #citation

Repost0

Publié le 27 Novembre 2017

Un lieu d'art à Bruxelles. Mario Scolas, 2017, Lenovo Moto G4 PLUS.
Un lieu d'art à Bruxelles. Mario Scolas, 2017, Lenovo Moto G4 PLUS.
Un lieu d'art à Bruxelles. Mario Scolas, 2017, Lenovo Moto G4 PLUS.
Un lieu d'art à Bruxelles. Mario Scolas, 2017, Lenovo Moto G4 PLUS.

Un lieu d'art à Bruxelles. Mario Scolas, 2017, Lenovo Moto G4 PLUS.

La patinoire Royale, le « Royal Skating », comme l’appelaient alors les Bruxellois, a été construite en 1877, au cœur du quartier de Saint-Gilles. Le bâtiment qui, à l’origine, accueille des patineurs à roulettes est transformé, en 1900, en garage Bugatti. Cinq ans plus tard, il sert de dépôt à la Fabrique nationale d’armes de guerre de Herstal. Après la Seconde Guerre mondiale, la Patinoire est utilisée comme garage par la société Siemens puis devient, en 1975, un lieu d’exposition de voitures de collection. L’ensemble immobilier que constitue aujourd’hui la Patinoire royale est formé de deux ailes. La première, la Patinoire à proprement parler, ouvre sur la rue Veydt. La seconde, plus petite et de construction postérieure, donne sur la rue Faider. 

Les pilastres à chapiteau ionique qui rythment la façade de la Patinoire royale confèrent un style néo-classique au bâtiment. Des fenêtres en plein cintre, surmontées d’une rosace, laissent entrer largement la lumière. À l’intérieur, un espace de plus de 1200 m2 se déploie sous une remarquable charpente en bois et en métal.  

La patinoire Royale a été classée monument historique par la Région de Bruxelles Capitale en 1995.

Cet ensemble immobilier remarquable a été acquis en 2007 par Philippe Austruy et Valérie Bach. C’est le bureau d’architecture de Jean-Paul Hermant qui s’est chargé des restaurations de structures et du gros œuvre, rejoint ensuite par l’architecte d’intérieur français Pierre Yovanovitch pour la mise en espace et la scénographie des circulations.

La patinoire Royale a ouvert ses portes au public le 25 avril 2015 avec une exposition autour de la Figuration Narrative sous le commissariat de Jean-Jacques Aillagon intitulée "la Résistance des Images" (25 avril 2015 - 26 septembre 2015). 

Elle accueillera une activité d’expositions temporaires au rythme de deux ou trois expositions par an, solo show d'artistes ou group show explorant les grandes étapes de la création artistique en Europe, au cours de la seconde moitié du XXe siècle, dans le domaine des arts plastiques et du design.  

Avec une surface cumulée de près de 3 000 m2, la patinoire Royale / Galerie Valérie Bach est un des plus spacieux espaces, en mains privées, dédié à l’art moderne et contemporain en Europe. 

le « Royal Skating » de Bruxelles accueillait autrefois des patineurs à roulettes.

Voir les commentaires

Repost0