musique arabo-andalouse

Publié le 3 Avril 2014

Cheikh Larbi Bensari

Cheikh Larbi Bensari (1867- 1964) est le maître du gharnati et du hawzi tlemcénien. C'est l'artiste le plus en vogue de l'école de Tlemcen au début du 20ème siècle. Initié par Makchiche, M'naouar et Boudelfa, il a su mettre en pratique les ressources de son étonnante mémoire, de son intelligence musicale et de sa volonté pour réussir à s'imposer comme l'un des meilleurs exécutants de la ville. Sa palette allant du hawzi au arûbi, il accordait cependant une place prépondérante à la musique classique. Il laissera à sa mort plusieurs noubas sur les 24 que compte la musique de Zyriab. Ce court portrait rend hommage à ce grand maitre de la musique andalouse.

 

Cheikh Larbi Bensari

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #Musique arabo-andalouse

Repost0

Publié le 26 Octobre 2012

Le MED Orchestra est une formation musicale dirigée par Tom Cohen qui nous entraine à travers un voyage musical qui présente les différents aspects de la tradition judéo-arabe dans un répertoire musical varié issu des classiques de la musique marocaine, allant du Al-Ala-Andalous à des compositions plus contemporaines. Il propose aussi la traditionnelle technique du Matrouz, alliant texte poétique en hébreux et le son et la musicalité de la langue arabe, jouant sur des fusions musicales. L’orchestre invite le célèbre interprète de la musique Judéo-arabe, le légendaire chanteur Rabbi Haim Louk qui transmet par son expérience les profondeurs des poèmes liturgiques hébreux et arabes.

Voir les commentaires

Rédigé par Last Night in Orient

Publié dans #Matrouz, #Haim Louk, #MED Orchestra, #Tzur Shehechyani, #Tom Cohen, #Musique arabo-andalouse

Repost0

Publié le 16 Juillet 2010

Maurice El Médioni, né le  à Oran, en Algérie, est un pianiste interprète juif d'Algérie de musique andalouse et de raï. Originaire d’une famille de musiciens (son oncle est le musicien Messaoud Médioni dit Saoud l'Oranais) du quartier juif d'Oran. Il est l’un des interprètes et représentants de la musique arabo-andalouse et sépharade et l'un des rares artistes vivants qui a joué avec des artistes comme Lili Labassi, Line Monty, Lili Boniche, Samy Elmaghribi, Reinette l’Oranaise.

 

Très jeune, il apprend le piano tout seul, en autodidacte, à l'âge de 9 ans sur un piano désaccordé acheté par son frère aux puces.

En 1942, les troupes américaines s'installent à Oran et le jeune Maurice, âgé de 14 ans à l'époque, découvre au contact des G.I.'s le jazz, le boogie-woogie et la musique portoricaine.

Dans sa ville natale, dans les années 1950, il commence par façonner progressivement les nouveaux sons du raï.

En 1961, Maurice El Médioni quitte l’Algérie pour émigrer en Israël où il séjournera quelque temps avant de s’installer en France, à Paris puis à Marseille où il vit et travaille toujours.

Amateur de jazz, Maurice El Médioni s'intéressera également au boogie-woogie et à la musique latine et deviendra l’inventeur du style pianoriental (fusion de jazz et de rumba transposant le quart de ton du oud arabe sur le clavier occidental, pour le mâtiner de jazz, de boogie-woogie et de tempos latinos. On le voit régulièrement accompagnant Fouad Didi dans des concerts de musique arabo-andalouse.

En 2006, à l'âge de 78 ans, Maurice el Medioni publie son quatrième album, enregistré à New York avec le groupe cubain de Roberto Rodriguez, un percussionniste cubain de New York qui dit de lui : « Maurice El Medioni est un vrai original. Dans sa musique, on entend de tout : de la liturgie juive au raï, des romances espagnoles à la salsa, jusqu’au jitterbug et au jazz. La musique est aussi riche et exquise que celle des grands musiciens originaires de Cuba... En écoutant sa musique, la connexion entre arabe et sépharade est devenue très claire ; il y a la présence forte des rythmes africains et de belles et romantiques mélodies, comme dans une chanson cubaine. ».

Voir les commentaires

Repost0